Premier test de métier à tisser à Concón

Métier à tisser de fortune

Spread the love

Tisser sans métier à tisser

Teindre c’est bien agréable, mais il faut aussi utiliser la laine. Je travaille donc au crochet, mais aussi sur métier à tisser et le feutre. Je combine souvent les techniques.

Quand je suis arrivée à Concón, je n’avais pas encore récupéré mes métiers à tisser. D’habitude, j’utlise différents types de métiers, métier à clous, métier María, métier maya… Mes métiers à tisser sont arrivés à Valparaíso seulement quand j’ai décidé de repartir vers Puerto Montt, ils ont donc voyagé inutilement. J’en ai donc dû en inventer un avec ce que j’avais sous la main.

Genèse d’un tissage

Premier essai

Le premier test, a été la photo d’entête de l’article, avec quelques dizaines de petits clous. Je suis partie sur l’idée d’un métier à clous, comme j’en utilise souvent, mais avec des clous seulement sur deux côtés. Il en est sorti une écharpe. Ce n’était pas très pratique à travailler, il fallait se tordre… Cette écharpe est plus large d’un côté que de l’autre.

Petite écharpe, teinture à l'écorce d'eucalyptus
Petite écharpe, teinture à l’écorce d’eucalyptus

Deuxième essai

Puis j’ai utilisé la petite structure devant ma pièce différemment, j’ai donc récupéré deux bambous que j’ai maintenus avec des clous et des cordons de manière à pouvoir le démonter.

J’ai monté la chaîne autour des bambous comme pour le métier mapuche, mais je me suis aussi inspirée d’une technique que j’ai vu employée par le célèbre tisserand péruvien Máximo Laura dans une de ses videos pour monter des lisses, par petits paquets de fils de chaînes. C’est pratique. La pièce tourne autour des bambous de base au fur et à mesure que l’on travaille.La position du bambou du bas doit être adaptée à la taille du tisserand qui ne doit pas se fatiguer le dos.

Il est assez difficile de maintenir la largeur du tissage, les fils de chaînes ont tendance à se rapprocher et vu que le métier est vertical, on ne peut pas utiliser la technique de la baguette avec un petit clou à chaque extrémité que j’ai vu utiliser chez mon ami Hilaire à Madagascar et par une tisserande de Quemchi (petite île près de Chiloe – sud du Chili). J’ai essayé, mais elle tombait toujours.

C’est long à travailler, mais cela permet de faire varier les points, comme avec les métiers à clous et aussi de faire varier la grosseur des fils de chaînes ce qui est plus difficile avec le métier María par exemple.

Métier à tisser basé sur une caisse en carton

À Puerto Montt, j’avais déjà fait une expérience assez semblable en utilisant une caisse en carton.

Métier à tisser/caisse en carton
Métier à tisser/caisse en carton

La plus grande difficulté réside dans le montage de la chaîne, car la laine est élastique et a tendance à céder, à s’étirer. Lors de l’expérience avec la caisse, j’avais coupé tous les fils de chaîne et je les avais noués, ce qui me permettait de défaire et refaire les noeuds si besoin.

Ici, j’ai utilisé des laines de grosseurs différentes, il y a même de gros cordons (blancs) qui ne pourraient pas passer dans le peigne du métier María et ne seraient pas très pratiques sur métier à clous.

Comme la caisse peut se travailler à l’horizontale ou en diagonale, c’est plus agréable.

Echarpe terminée
Echarpe terminée

Revenons à Concón

Mais sur la première pièce que j’ai faite à Concón, j’ai dû refaire toute la chaîne que j’avais montée la veille, parce que la nuit le vent avait soufflé (il y a beaucoup de vent à Concón) et la rosée avait ramollit la laine. D’ailleurs le résultat n’a pas été rectangulaire, mais trapézoïdale.

Premier essai sur métier à tisser de fortune
Premier essai sur métier à tisser de fortune

Troisème essai

La hauteur de l’installation ne m’a pas beaucoup plus et me provoquait mal au dos, je l’ai donc remonté à côté, un peu plus grand cette fois-ci. La position de travail (debout dans les trois cas) était un peu moins fatigante. C’est un point à tenir en compte quand on produit de grandes pièces. Ces pièces ont demandé plusieurs jours de travail.

Chaîne de la seconde gande pièce tissée à Concón

Cette fois-ci, la largeur et aussi la hauteur étaient plus grande, je l’ai travaillé avec des techniques de tapisserie. C’est pourquoi les trames ne sont pas toutes à la même hauteur.

Seconde grande pièce à mi-chemin
Seconde grande pièce à mi-chemin

Voici la pièce une fois terminée, je vais bientôt l’ajouter sur la boutique de ce site. Elle n’est pas parfaitement rectangulaire non plus, les bambous n’était pas parfaitement parallèles (je n’avais pas de niveau et j’ai monté l’installation seule, à vue de nez), et les bambous ont tendance à se courber au centre avec la tension de la laine. Les formes géométriques parfaites n’existent pas dans la nature.

Deuxième grande pièce terminée
Deuxième grande pièce terminée

Dans un prochain article je vous montrerai comment je travaille le métier à tisser à clous qui est aussi très économique mais offre de très grandes possibilités. Je m’en suis fabriqué beaucoup, simplement avec du bois, une scie manuelle, une règle, un marteau et des pointes. Je l’utilise beaucoup pour faire des tests de nouveaux points, avant de les utiliser sur des pièces de plus grandes dimensions sur métier María.

Je vous joints une petite galerie de photos.

 


Je tiens à vous préciser que je n’ai pas de formation en marketing et que bien sûr, je ne pense pas revendre les données ainsi collectées!

J’aimerai beaucoup savoir quels thèmes vous souhaiteriez voir développés, quels types de tissage vous intéresserait…

[contact-form][contact-field label= »Nom » type= »name » required= »true » /][contact-field label= »E-mail » type= »email » required= »true » /][contact-field label= »Site web » type= »url » /][contact-field label= »Message » type= »textarea » /][/contact-form]

Publié par

Francoise Raffi - La Francesa Bigotuda

Artisane textile, tisserande, teinturière, vivant depuis plus de 20 ans au Chili, je travaille avec des teintures naturelles depuis plus de dix ans. J'ai participé à plusieurs séminaires internationaux (ISEND Kuching, IFND Taiwan et dernièrement IFPECO à Madagascar) Je tisse, tricote ou feutre les fibres teintes. Je propose des formations aux teintures naturelles adaptées au lieu. Artesana textil, tejedora, tintorera, viviendo desde más de 20 años en Chile, trabajo con teñidos naturales desde más de diez años. He participado a varios seminarios internacionales (ISEND Kuching, IFND Taiwan y ultimamente IFPECO en Madagascar). Tejo o afieltro las fibras teñidas. Propongo formaciones, capacitaciones, talleres de teñido natural adaptadas al lugar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *