J'attends les photos des amis qui sèment et cultivent, semer est important

Semer des teintures

Spread the love

Semer des teintures peut être rentable

Semer appartient à l’histoire

Jusqu’en 1870, date des premiers colorants de synthèse, semer des teintures était très courant en Europe, mais aussi sur de nombreux continents… outre les plantes, insectes et arbres sauvages récoltés parfois à de très grandes distances, de très grandes surfaces étaient réservées à la culture de pastel, indigo, garance et même gaude pour fournir les ateliers de teinturiers. C’était un négoce très important comme en témoignent les informations fournies par Dominique Cardon et Michel Pastoureau.

La garance et le pastel firent la richesse du Sud de la France, au point que l’expression « pays de Cocagne » fait référence à la culture du pastel qui se préparait en « coques » pour pouvoir se conserver, se transporter plus facilement et concentrer les pigments.

Parfois même, certaines cultures de plantes tinctoriales étant plus rentables que les cultures vivrières provoquaient des disettes et famines. Un empereur de Chine fit même interdire de semer certaines plantes à teindre… Ces plantes ont  aussi provoqué des guerres…

Semer, c’est être cultivé

Semer des plantes tinctoriales, c’est sauvegarder des traditions, c’est d’autant plus intéressant que la plupart des plantes tinctoriales sont aussi des plantes médicinales… Et porter des vêtements teints naturellement est donc beaucoup plus sain que des vêtements teints chimiquement.

Je voudrai saluer les efforts de l’Association Couleur Garance à Lauris (84 Vaucluse – France) qui a eu la très grande gentillesse de m’avoir reçue pendant 15 jours, il y a de cela plusieurs années à mon reour de l’ISEND à Kuching.

Leur jardin qui offre une variété toujours croissante de plantes tinctoriales est un modèle pour moi.

Il est à noter qu’ils vendent des graines de nombreuses plantes très intéressantes, récoltées sur place, proposent des formations, des encres et des teintures naturelles. C’est un exemple à suivre.

Semer appartient à l’avenir

Aujourd’hui encore, cela peut être rentable et même être un facteur de développement, au Bengladesh, en Inde, à Madagascar, au Salvador, à Taiwan, mais aussi en France ou en Hollande où une coopérative s’est mise à culture de la garance.

L’indigo naturel est encore très recherché, en semer peut valoir la peine, le shibori est à la mode, l’indigo est la teinture idéale pour cette technique (dont les possibilités sont sans limites) et le mouvement slow fashion prend de l’ampleur. Il faut déterminer la plante qui convient le mieux au lieu que l’on veut cultiver. Certaines plantes à indigo sont des légumineuses donc des engrais verts et peuvent très bien se combiner dans un jardin en permaculture ou agroforestrerie.

Mon voyage autour du monde doit aussi m’apprendre à semer et récolter… aussi bien au sens propre qu’au sens figuré.

Je sèmerai aussi

Je voulais semer des plantes à indigo, du cosmos sulphureus, du carthame et de la garance à Concón, cela aurait été bon pour cette terre, malheureusement les chevaux les auraient manger. Je ne pouvais pas me limiter à récolter ce que ne peuvent pas manger les chevaux…

De retour de mon tour du monde tinctorial et textile, je chercherai un endroit où en semer ces plantes et bien d’autres pour mes besoins personnels… mon idée est d’être le plus autosuffisante possible… du point de vue alimentaire, mais aussi professionnel…

Pour préserver ces trésors, il est aussi important de multiplier les plantes que l’on utilise pour ne pas les exterminer sans le vouloir, il faut se rappeler que pour beaucoup de plantes, il faut 3 kg de plantes pour 1 kg de fibres… Donc il faut éviter de récolter les plantes rares, pour qu’elles puissent se reproduire et essayer de favoriser leur expansion.

De même je chercherai à semer de la garance tout en sachant que je devrais attendre plusieurs années pour en récolter les racines. C’est du travail à long terme, mais il faut se donner les moyens pour pouvoir créer… C’est pourquoi je veux aussi apprendre plus d’agronomie sustentable et je m’intéresse à la permaculture.

Pas de photos

Cet article ne montre pas de photo pour le moment, vu que je n’ai pas encore semé, je n’ai rien de personnel à vous montrer. Il va aussi s’enrichir prochainement d’informations complémentaires.

J'attends les photos des amis qui sèment et cultivent, semer est important
J’attends les photos des amis qui sèment et cultivent, semer est important

Je serai très heureuse de pouvoir visiter les semeurs de plantes tinctoriales et vous prie de vous manifester pour pouvoir vous inclure dans mon tour du monde tinctorial et textile.


Je tiens à vous préciser que je n’ai pas de formation en marketing et que bien sûr, je ne pense pas revendre les données ainsi collectées!

Je vous invite à laisser vos commentaires.

[contact-form][contact-field label= »Nom » type= »name » required= »true » /][contact-field label= »E-mail » type= »email » required= »true » /][contact-field label= »Site web » type= »url » /][contact-field label= »Message » type= »textarea » /][/contact-form]

Publié par

Francoise Raffi - La Francesa Bigotuda

Artisane textile, tisserande, teinturière, vivant depuis plus de 20 ans au Chili, je travaille avec des teintures naturelles depuis plus de dix ans. J'ai participé à plusieurs séminaires internationaux (ISEND Kuching, IFND Taiwan et dernièrement IFPECO à Madagascar) Je tisse, tricote ou feutre les fibres teintes. Je propose des formations aux teintures naturelles adaptées au lieu. Artesana textil, tejedora, tintorera, viviendo desde más de 20 años en Chile, trabajo con teñidos naturales desde más de diez años. He participado a varios seminarios internacionales (ISEND Kuching, IFND Taiwan y ultimamente IFPECO en Madagascar). Tejo o afieltro las fibras teñidas. Propongo formaciones, capacitaciones, talleres de teñido natural adaptadas al lugar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *