Métier à tisser Tissanova

Nouveau métier Tissanova

Tissanova, ce n’est pas une nouveauté, ils ont plus de 50 ans. Pour moi, c’est un souvenir d’enfance… Cela a été ma première expérience de tissage.

C’es très différent du Métier María, des métiers à clous et de ceux de fortune dont j’ai parlé dans des articles précédents. J’aime varier les techniques.

Découverte d’un groupe facebook Tissanova

Par hasard, un jour, j’ai découvert un groupe Tissanova, je ne savais pas que c’était la marque de mon jouet d’enfance.

Si vous êtes intéressés par ce type de métier à tisser, je vous invite à prendre contact avec ce groupe, ce sont des passionnées.

Il y a aussi un blog dédié, très intéressant.

Mon premier métier Tissanova

Il était petit, environ 20 x 30 cm, il ne me reste que le peigne, mais c’est un miracle que je l’ai encore après 50 ans de déménagements internationaux et interrégionaux, à chaque déménagement on perd des choses, quand j’ai déménagé de Mamiña à Puerto Montt un sac contenant un métier maya et mon métier de ceinture que j’avais ramené de Moquegua avait disparu…

Peigne de mon premier métier Tissanova
Peigne de mon premier métier Tissanova

Quand j’étais petite, j’ai tissé des napperons en raphia naturel et synthétique, avec des chaines en coton qui ne faisaient que la longueur du métier.

Le second métier Tissanova

Quand je suis passée en France, pour aller à l’ISEND de Kuching, ma mère m’en a acheté un autre du même style un peu plus grand.

Second métier style Tissanova et peigne du premier
Second métier style Tissanova et peigne du premier

Je l’ai testé de retour à Mamiña avec de la laine d’alpaga, le cadre permet d’enrouler la chaîne et la toile. Mais, j’ai eu de grosses difficultés car les barreaux avaient tendance à se dévisser.

Vue de côté, on voit les écrous papillons qui ont tendance á se dévisser
Vue de côté, on voit les écrous papillons qui ont tendance á se dévisser

En outre, les fils de chaîne avaient tendance à sortir du peigne, j’ai essayé de les bloquer avec un morceau de Scotch, ce n’était vraiment pas l’idéal. Ce peigne n’a pas la rainure des deux autres métiers Tissanova.

Second métier, vue d'en haut
Second métier, vue d’en haut

J’ai tout de même réussi à tisser deux écharpes, je n’allais tout de même pas gâcher toute cette laine d’alpaga.

Je n’en ai malheureusement pas pris de photo.

Le troisième métier Tissanova

Il m’est arrivé hier de France, dans son emballage d’origine, je n’ai pas résisté à l’envie de l’essayer tout de suite.

Je viens juste de déballer mon nouveau métier Tissanova
Je viens juste de déballer mon nouveau métier Tissanova

J’ai dû trouver une laine assez fine, par chance j’en avais une assez grosse pelote, malheureusement, elle n’avait été retordue, j’ai profité de notre rouet pour le faire.

Je retords la laine qui était composée de deux fils simples
Je retords la laine qui était composée de deux fils simples

A peine la laine retordue, j’ai commencé à monter la chaîne, j’ai envoyé une photo au groupe Tissanova, j’ai tout de suite eu des informations me donnant des conseils utiles.

´Montage erroné, heureusement que le groupe Tissanova m'a prévenue à temps, j'ai donc recommencé
´Montage erroné, heureusement que le groupe Tissanova m’a prévenue à temps, j’ai donc recommencé
J’ai donc remonté la chaîne comme cela me paraissait logique, c’est-à-dire en enroulant la chaîne autour du cadre

J’ai utilisé la barre régulateur pour répartir mieux les fils sur le peigne, j’auraui très bien pu m’en passer.

Installation du peigne
Installation du peigne

Puis, j’ai commencé à tisser.

Navette préparée avec la même laine retordue
Navette préparée avec la même laine retordue
Début du tissage, j'ai déjà enlevé la barre régulateur
Début du tissage, j’ai déjà enlevé la barre régulateur

J’aurai dû laver la laine avant de la tisser, en effet, elle glisse mal sur le peigne et quand on passe la navette entre les fils de chaîne, et là, on n’a pas beaucoup de place.

Tissage bien avancé
Tissage bien avancé

J’ai tout de même réussi à tisser une pièce complète de 34 cm x 1,20 m en un jour et demi.

Je passe les dernières trames
Je passe les dernières trames
Je termine par un point péruvien
Je termine par un point péruvien
Pièce prête à être coupée
Pièce prête à être coupée
Pièce sortie du métier
Pièce sortie du métier

Comme d’habitude, je fais des finitions.

Finition des des bords au crochet
Finition des des bords au crochet

Comme cette pièce est relativement fine, je vais la laver bien, et je vais la teindre en ecoprint.

Pièce terminée
Pièce terminée

C’était donc ma méthode instinctive pour monter ce métier. Il n’est pas exclu que je l’utilise de nouveau.

Nouvel essai sur Tissanova avec de la soie

J’ai ramené de la soie domestique de Madagascar, je vais essayer de la tisser sur mon nouveau Tissanova. Je l’ai utilisée en double pour plus de solidité, je ne l’ai pas retordue, je vais devoir consulter mon ami Hilaire. Il fait un certain nombre d’opérations avec son fil de soie avant de monter sa chaîne.

Machine pour mouliner la soie, chez mon ami Hilaire, à Talata, Madagascar
Machine pour mouliner la soie, chez mon ami Hilaire, à Talata, Madagascar

Je verrai si je la teindrai aussi en ecoprint certainement après l’avoir utilisé comme une pièce de gaze dans du feutre.

Tisser la soie est bien différent. C’est la première fois que je tisse de la soie.

La laine naturelle a tendance à s’accrocher entre les fibres, ce qui est très intéressant au niveau du tissage, cela n’oblige pas à tisser serré. Cela est pour moi une expérience nouvelle.

J’ai donc monté une nouvelle chaîne en suivant les explications de la notice et j’ai commencé à tisser. Les fils s’accrochent moins dans le peigne et l’ouverture se fait plus facilement. J’ai utilisé les fils en double, aussi bien pour la trame que pour la chaîne.

Début de nouvelle chaîne en soie
Début de nouvelle chaîne en soie

Comme, il me manque une pièce U, j’ai attaché la barre régulateur au cadre provisoirement, le temps de monter la chaîne.

Montage du peigne un peu délicat
Montage du peigne un peu délicat

Comme d’habitude, j’ai démarré avec une ligne de point péruvien (je l’explique dans l’article précédent sur le tissage du métier María).

Démarrage avec point péruvien
Démarrage avec point péruvien

Le tissage se passe bien pour le moment.

Début du tissage
Début du tissage

Aujourd’hui, j’ai fait avancer le tissage, j’ai assuré la barre régulateur, malgré cela quelques fils se sont échappés, j’ai dû les remettre en place, la chaîne s’est trop détendue, j’ai placé une navette classique entre la barre régulateur et le cadre.

Tissage et bobines de soie utilisées pour cette pièce
Tissage et bobines de soie utilisées pour cette pièce

J’en suis à la moitié du tissage.

Récupération des fils qui s'étaient échappés de la barre régulatrice
Récupération des fils qui s’étaient échappés de la barre régulatrice

Cela a été un peu laborieux, les fils sont fins et l’on a du mal a voir où les replacer.

On voit par transparence, à travers la chaîne, le tissage qui a un peu bougé et est devenu irrégulier
On voit par transparence, à travers la chaîne, le tissage qui a un peu bougé et est devenu irrégulier

Les fils de soie sont lisses, les trames ont bougé quand j’ai fait tourner le tissage pour avancer.

Quand les fils descendent mal sur le peigne, je les aide en appuyant ma main sur le tissage
Quand les fils descendent mal sur le peigne, je les aide en appuyant ma main sur le tissage

Ces fils fins s’accroche n’importe où sur le bois, il a d’ailleurs falu limer la navette qui coinçait à chaque passage.

Quelques fils de chaîne s'étaient déplacés et les mouvement du peigne et de la navette devenaient vraiment difficiles, j'ai donc arrêté le tissage en laissant un peu plus de franges, je finis avec le point péruvien
Quelques fils de chaîne s’étaient déplacés et les mouvement du peigne et de la navette devenaient vraiment difficiles, j’ai donc arrêté le tissage en laissant un peu plus de franges, je finis avec le point péruvien

Plus que jamais, il faut commencer et finir par le point péruvien.

Vue générale sur le métier avant d'enlever le peigne
Vue générale sur le métier avant d’enlever le peigne

Et, c’est presque fini!

J'ai commencé à libérer la barre régulateur
J’ai commencé à libérer la barre régulateur

Il faut libérer la barre régulateur.

J'enlève le peigne
J’enlève le peigne
Aspect de la toile avant de la libérer du métier Tissanova
Aspect de la toile avant de la libérer du métier Tissanova
Libération de la toile
Libération de la toile
Libération de la deuxième extrémité de la toile
Libération de la deuxième extrémité de la toile

Enfin finie ma première toile en soie.

Toile finie
Toile finie
Me voilà déjà avec deux toiles
Me voilà déjà avec deux toiles

En quelques jours j’ai déjà tissé deux toiles.

Le Tissanova et le coton

Le coton passe aussi bien en ecoprint, nous en avons à la vente chez Rincón de Angel, je vais donc aussi le tester. Il ne me reste plus de lin pour le tester, c’est dommage, toutes les fabriques ont fermé au Chili.

J’ai donc choisi deux pelotes de coton, l’une lisse pour la chaîne, l’autre flamée pour la trame.

Démarrage de la nouvelle chaîne
Démarrage de la nouvelle chaîne

La chaîne est toujours la partie la plus délicate d’un tissage, il faut donc lui accorder beaucoup d’attention.

Premier noeud, barre régulateur bien fixée
Premier noeud, barre régulateur bien fixée
Détail, barre régulateur
Détail, barre régulateur

Le fil doit toujours être bien tendu, les fils extérieurs ont toujours tendance à se détendre.

Détail du montage de la chaîne sur la barre régulateur
Détail du montage de la chaîne sur la barre régulateur

Il faut bien enfoncer chaque fil pour qu’il ne saute pas pendant le tissage.

Chaîne à moitié montée
Chaîne à moitié montée

L’idéal est de ne pas s’interrompre pendant le montage de la chaîne pour que la tension des fils reste la même partout. Vu que l’ouverture du peigne n’est que de quelques centimètres sur le Tissanova, il est important que les fils montent et descendent bien.

Chaîne montée
Chaîne montée

Une fois montée la chaîne, il faut installer le peigne, pour cela j’ai l’aide d’une  navette qui soulève un peu les fils.

Je glisse le peigne
Je glisse le peigne
Répartition des fils sur le peigne
Répartition des fils sur le peigne

Il s’agit d’une autre étape importante, il ne faut pas croiser les fils.

Dèmarrage avec point péruvien
Dèmarrage avec point péruvien

Sur cette photo, on voit bien la texture du fil de trame.

Détail du point péruvien
Détail du point péruvien

Une fois le point péruvien terminé, ont peut commencer à tisser.

Démarrage du tissage
Démarrage du tissage
Déjà quelques centimètres tissés
Déjà quelques centimètres tissés

Avec le coton, on ne peut pas bloquer les fils en haut du peigne, par chance cela n’a pas été nécessaire.

Comparaison des trois pièces
Comparaison des trois pièces

Ces trois fibres donnent des résultats très différents.

Et on avance encore
Et on avance encore

Je n’avais pas encore déplacé le tissage, maintenant je vais le faire.

Après un petit déplacement du tissage, j'assure la fixation de la barre régulateur
Après un petit déplacement du tissage, j’assure la fixation de la barre régulateur
Et je peux continuer d'enrouler le tissage
Et je peux continuer d’enrouler le tissage
Le travail avance, le tissu paraît plus lâche sur les côtés
Le travail avance, le tissu paraît plus lâche sur les côtés

Les fils sont lisses, ils n’ont pas d’écailles comme la laine, ils ont toujours tendance à bouger.

Tissage presque fini, finition au point péruvien
Tissage presque fini, finition au point péruvien

Il ne restait plus de place pour passer la navette, je finis donc la pièce comme toujours au point péruvien.

Je libère la toile après avoir libéré la barre régulateur
Je libère la toile après avoir libéré la barre régulateur
Pièce sortie du métier
Pièce sortie du métier

Il faut terminer cette toile, je fais donc les finitions au crochet, ce qui régularisera l’espace entre les fils de trame.

Détail de la finition au crochet
Détail de la finition au crochet
Détail de la finition au crochet
Détail de la finition au crochet

Et voilà, elle est finie.

Pièce finie
Pièce finie
Trois fibres différentes, trois pièces différentes...
Trois fibres différentes, trois pièces différentes…

Le Tissanova et l’alpaga

J’ai de petites quantité de laine d’alpaga fine et régulière, malheureusement pas retordue, je vais les tester, j’espère que le tissage ne se retorde pas de trop.

Nouvelle chaîne en alpaga gris filé industriellement
Nouvelle chaîne en alpaga gris filé industriellement

Pour la chaîne, j’ai choisi une laine filée industriellement donc bien balancée. C’est très important. Pour la trame, j’ai pris une laine d’alpaga que j’ai filée personnellement, non retordue, j’ai toujours tendance à filer trop tordu, pour la solidité, je ne l’ai pas retordue car j’avais peur d’en manquer.

Installation un peu délicate de la chaîne sur le peigne
Installation un peu délicate de la chaîne sur le peigne

Je mets d’abord une navette debout pour ne pas accrocher et étirer les fils de chaîne avec les dents du peigne.

Montage du peigne
Montage du peigne

Puis, je redresse le peigne, c’est assez délicat avec un fil aussi fin, on a vite fait d’en mettre deux dans la même encoche.

Peigne redressé, fils encore désordonnés
Peigne redressé, fils encore désordonnés
Peigne redressé, fils encore désordonnés, vue de détail
Peigne redressé, fils encore désordonnés, vue de détail

Il faut faire de l’ordre minutieusement pour que les fils ne se croisent pas.

Fils enfin ordonnés
Fils enfin ordonnés

Comme d’habitude, je commence par le point péruvien pour bien bloquer le démarrage. Je laisse un peu de place pour les franges.

Point péruvien de démarrage
Point péruvien de démarrage
On s'assure que la barre régulateur ne se libère pas en cours de tissage
On s’assure que la barre régulateur ne se libère pas en cours de tissage

J’ai utilisé deux grosses aiguilles qui me servent habituellement pour tisser les métiers à clous, pour obtenir l’espace nécessaire au passage de l’aiguille.

Passagee de l'aiguille
Passagee de l’aiguille
Passagee de l'aiguille, détail
Passagee de l’aiguille, détail
Une fois assurée la barre régulateur, j'enlève les grosses aiguilles et commence à tisser
Une fois assurée la barre régulateur, j’enlève les grosses aiguilles et commence à tisser

Je peux enfin tisser tranquillement, l’alpaga est très agréable à tisser.

Tissage en cours
Tissage en cours
Tissage en cours. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine
Tissage en cours. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine
Tissage en cours. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine, gros plan
Tissage en cours. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine, gros plan
Les fils ont bougé, il faut les remettre en place
Les fils ont bougé, il faut les remettre en place

Cela peut donner des idées pour effectuer des points nouveaux. Mais, dans ce cas j’ai redressé la situation.

Les fils ont bougé, il faut les remettre en place, détail
Les fils ont bougé, il faut les remettre en place, détail
Fin du tissage, cela a été agréable malgré de petites difficultés avec la chaîne qui s’est un peu détendue, des noeuds se sont aussi relachés, certains fils se sont libérés de la barre régulateur. Et surtout, le tissage est parti en biais, ce la ne se voit pas sur le tissage fini, il y a seulement des franges plus longues d’un côté que de l’autre.
Point péruvien de fin de tissage
Point péruvien de fin de tissage
C'est le moment d'enlever le peigne
C’est le moment d’enlever le peigne
Peigne enlevé, il faut libérer la barre régulateur
Peigne enlevé, il faut libérer la barre régulateur

C’est là que l’on voit que le tissage est parti en biais.

Libération des franges
Libération des franges
A peine la toile s'est libérée, qu'elle s'est enroulée, cela est dû à l'excès de torsion du fil de trame
A peine la toile s’est libérée, qu’elle s’est enroulée, cela est dû à l’excès de torsion du fil de trame

Cela est dû au fait que j’ai utilisé en trame une laine que j’ai filée un peu trop tordue (pour la solidité) et que je n’ai pas retordu en sens inverse pour qu’elle soit bien balancée.

Dernière pièce déjà en exposition
Dernière pièce déjà en exposition

Nouveau test: coton, raphia et racines de vétiver

Montage d'une nouvelle chaîne en coton
Montage d’une nouvelle chaîne en coton
Installation du peigne
Installation du peigne
Premier passage de trame
Premier passage de trame
Dans ce cas les fils de chaîne ne peuvent pas être retenus
Dans ce cas les fils de chaîne ne peuvent pas être retenus

Malgré ce détail, la chaîne étaiet bien tendue, les fils n’ont pas eu tendance à s’échapper du peigne.

Travail commencé
Travail commencé
J’alterne deux navettes, l’une avec du coton, l’autre avec du raphia de Madagascar, j’ajoute à interval régulier des racines de vétiver malgache.
Détail du tissage
Détail du tissage
Préparation de la barre régulateur, séparée du support par deux grosses aiguilles
Préparation de la barre régulateur, séparée du support par deux grosses aiguilles
Suite de la préparation de la barre régulateur, l'aiguille à canevas passe bien
Suite de la préparation de la barre régulateur, l’aiguille à canevas passe bien
Premier déplacement de la toile sans problème
Premier déplacement de la toile sans problème
Pièce prête à être libérée
Pièce prête à être libérée

J’avais déjà enlevé le peigne

Barre régulateur libérée
Barre régulateur libérée
Pièce libérée d'un côté
Pièce libérée d’un côté
Barre régulateur enlevé
Barre régulateur enlevé
Pièce finie
Pièce finie

J’ai fait une finition au crochet, en coton, sur les bords pour cacher les changements de trame. C’est un peu raide à cause des racines de vétiver, mais comme chemin de table, ce n’est pas gênant.

Pièce en exposition, à côté de ses semblables
Pièce en exposition, à côté de ses semblables

Expérience pour rallonger la chaîne du Tissanova

Il s’agit d’un retour aux métiers de fortune. Le peigne spécial devrait bien s’adapter à ces techniques minimalistes, il s’agit de me préparer pour mon grand voyage textile et tinctoriale.

Je dois pouvoir tisser toutes sortes de fibres (les métiers à clous, ne me permettent que de travailler qu’avec des fibres relativement grosses), même dans les conditions les plus précaires. Ce métier à la grande qualité d’être très léger. C’est bon pour ma valise qui a toujours tendance à dépasser les normes. Notamment les navettes, quelle différence avec celles que l’on trouve habituellement au Chili.

Quelles sont vos expériences?

Si vous avez des expériences avec ce type de métiers, cela serait intéressant de les partager, j’attends vos commentaires.

Besoin d’artisanat

A-t-on encore besoin d’artisanat?

Ces derniers temps donnent plutôt l’impression que l’on n’a plus besoin d’artisanat, et  encore moins de qualité…

L’été dernier, j’ai vu des touristes très pressés, qui ne prenaient pas le temps de voir les processus de production de la laine (chez Rincón de Angel, visite gratuite de l’atelier à l’étage), puis cet été, ils ne prenaient même pas le temps de faire le tour du local, quand ils entraient… Certainement que les fruits de mer et les saumons d’élevage sont plus importants…

Et pourtant, ce local est bien différent des autres… Pas de produits chinois…

Il est vrai que l’artisanat n’est pas un produit de première nécessité… La question du prix d’un vrai travail artisanal est aussi à prendre en compte. Mais tout le monde n’est pas dans la misère!

L’artisanat n’est que rarement un produit de marque, et créer une marque a un coût très élevé, j’ai assisté à un certain nombre de réunions pour le développement de l’artisanat où l’on nous disait que nous devions mettre des étiquettes (si possible bien multicolore, pour que cela coûte plus cher et soit moins efficace du point de vue de la visibilité), que nous devions laisser notre rôle créatif à des designers… J’ai vraiment eu l’impression d’avoir été infantilisée, d’autant plus que pour bien nous expliquer tout cela, ils ont utilisé des jeux!

Il y a tant de sollicitations

On aura ainsi tendance à faire passer un nouveau téléphone mobile avant quelques kilos de laine, ou un tricot fait main. Heureusement que tout le monde ne cède pas à la tentation…

Et il devient difficile de vendre quand on est minimaliste. Ceux qui ont les moyens, n’en voient pas le besoin; et ceux qui en ont besoin et qui savent apprécier l’artisanat, n’ont souvent pas les moyens…

Un bon tricot en laine ne se démode pas, s’il est bien traité peu durer des dizaines d’années, certains cherchent même à les raccomoder quand ils arrivent en fin de vie… C’est toute la différence entre un produit de qualité et un produit jettable.

Un besoin passéiste?

A l’origine, l’artisanat n’était pas commercial, mais utilitaire, occupait des temps libres pour la fabrication des objets du quotidien, chaque famille devait être autonome ou presque et les gens fonctionnaient beaucoup avec le troc.

Puis les techniques s’améliorant, des surplus se sont créés, permettant aussi des spécialisations… Certains villages se sont spécialisés dans certains articles, on le voit encore au Chili, avec par exemple La Ligua pour les tricots et ses « dulces » (petits gâteaux), Chimbarongo pour les balais, fromage de chèvre à Ovalle… Il m’a semblé voir le même genre de spécialisation à Madagascar, lors du trajet entre Antananarivo et Antsirabé, il y a une ville spécialisée dans la fabrication de casseroles en recyclant les moteurs de voitures (Ambatolampy)…

Voici quelques photo prises depuis le taxi brousse entre Antananarivo et Antsirabé, c’est pourquoi elles sont parfois un peu flou ou décadrée…

Postes de vente de fleurs au bord de la route vers Antsirabé, Madagascar
Postes de vente de fleurs au bord de la route vers Antsirabé, Madagascar
Vente de sculptures en raphia
Vente de sculptures en raphia
Vannerie traditionnelle et utilitaire
Vannerie traditionnelle et utilitaire
Encore de la vannerie
Encore de la vannerie
Carte de Madagascar
Carte de Madagascar
Jouets en cannettes de bières et de boissons recyclées
Jouets en cannettes de bières et de boissons recyclées

Je n’ai malheureusement pas pu les photographier tous… il y en avait une grande variété.

Au Chili, il n’y a pas encore si longtemps, les jeunes femmes tissaient encore les couvertures pour leur future famille, à partir des laines qu’elles avaient filées… Les hommes se fabriquaient leurs outils…

Une amie qui avait vécu un temps à Punta Arenas, me racontait qu’elle avait même dû apprendre à fabriquer son savon…

Maintenant, beaucoup de métiers à tisser se sont perdus quand les grands-mères sont mortes… et les techniques se perdent… A la ville, on considère toutes ces pratiques comme sales (l’odeur naturelle de la laine, quand elle ne rappelle pas de bons souvenirs, devient tout de suite puante…), et même à la campagne, on ne veut pas paraître paysan, sentir le feu de bois, c’est très mal vu ici…

Laine brute, un vrai besoin pour moi
Laine brute, un vrai besoin pour moi

C’est sûr que maintenant, on trouve tout, tout fait, sur internet! Tout est prêt à être acheter pour être jeter et remplacé. L’artisanat ne peut pas entrer dans ce jeu.

Il faut se procurer les matières premières, les rendre utilisables, les travailler pour obtenir un objet unique, qui montre même l’état d’esprit de son créateur (par les couleurs, la qualité des finitions et des détails…).

Ou un besoin pour le futur?

J’ai récemment découvert, en suivant un Mooc, le philosophe Bernard Stiegler, grand spécialiste des technologies, qui se préoccupe pour la perte de connaissance provoquée par les nouvelles technologies qui bousculent toutes les données concernant le travail… Ils propose d’imaginer de nouvelles formes de travail… Cela pourrait être une occasion de se réapproprier les techniques artisanales.

Un retour du besoin d’un artisanat de qualité est-il en cours?

Il semblerait bien que oui…

Le travail de la laine revient comme une thérapie…

Je vois qu’aux Etats-Unis des spécialistes de la vannerie proposent des retraites, non pas purement spirituelles, mais de techniques de vannerie.

Nous pourrions en faire autant sur le thème de la teinture naturelle, de la filature, du tissage ou du tricot. Ces activités me procurent beaucoup de bonheur, autant le partager.

Un retour aux gestes traditionnels est souvent recherché, comme apportant de nouvelles racines perdues, cela peut paraître un peu artificiel, mais cela peut provoquer des questionnements et déboucher sur des changements radicaux.

Rien que le fait de pratiquer une technique lente, qui laisse du temps à la pensée, peut bouleverser un système de travail établi basé sur des automatismes.

Un besoin d’exclusivité

Par chance, il existe aussi un besoin d’exclusivité, d’avoir des vêtements ou des accessoires différents de ceux des voisins… Encore faut-il que ce désir respecte le travail de l’artisan, ce matin on m’a fait la remarque, en me montrant une veste en laine rustique, filée et tricotée à la main « Et, vous n’avez rien de plus économique? »… Tout travail mérite son salaire. Ces tricots ne sont pas virtuels!

L’artisanat comme hobby

Il y a un regain d’intérêt pour l’artisanat comme loisir, pour la détente. Si tout le monde pense pouvoir faire le travail de l’artisan, parce qu’on a vu des tutoriel sur Internet, où tout paraît facile, il y a cependant beaucoup de détails cachés. Notamment, le temps nécessaire.

Vivre de l’artisanat

Dans ces conditions, vivre de l’artisanat est difficile. mais heureusement pas impossible, c’est pourquoi j’ai du mal à admettre des rabais sur mes travaux.

Et si on y prenait goût?

Il y a longtemps que j’y ai pris goût, j’ai même du mal à me cantonner dans mon domaine professionnel de la teinture et du tissage-tricot et je fais régulièrement des incursions d’autres domaines, papier, cuir, perles… mais aussi botaniqueagriculture, puisque je vise à une certaine autonomie à moyen terme.

Je suis d’ailleurs en formation, mais aussi expérimentation continue, par la lecture, video, Mooc, visites de musées, voyages, conversation avec les clients… Je saute sur chaque occasion.

On apprécie aussi des produits de qualité, avec de bonnes finitions, des fibres naturelles, si possible des couleurs naturelles, une laine bien travaillée… J’admire sincèrement mes collègues artisans qui maintiennent des traditions dévoreuses de temps…

Grandes toiles de raphia et soie, teintes naturellement, techniques d'ikat et shibori, produits par Terre-là, à Mahajunga, exposition lors de l'IFPECO de Madagascar
Grandes toiles de raphia et soie, teintes naturellement, techniques d’ikat et shibori, produits par Terre-là, à Mahajanga, exposition lors de l’IFPECO de Madagascar. Que de temps matérialisé ici!

Celui qui sait faire de l’artisanat, peut en être fier, il sait utiliser aussi bien sa tête que ses mains et parfois même ses pieds dans ses créations (je pense à ces femmes au Népal qui filent en faisant passer les fibres entre leurs doigts de pied, ou à cet orfèvre nomade Africain qui façonne des bijoux en or, en utilisant son pied comme une enclume), il doit être précis dans ses gestes, il doit avoir le sens de l’observation, savoir être patient… pour dompter ses matières premières, c’est tout un apprentissage quotidien auquel il prend plaisir. Cela devient pour lui un besoin que de créer…

Conclusion

Qu’attendons-nous pour sauver ces techniques qui se perdent et qui sans doute nous feront bientôt défaut? Je suis très surprise par certaines questions posées sur Facebook et je constate qu’il y a fort à faire et démontre un certain intérêt.

Partons vite à la recherche des connaissances et techniques perdues, pendant qu’il en est encore temps, la pratique est aussi indispensable que la théorie… Cela ne peut pas être remplacé par des ordinateurs…

Prix juste

Quel prix?

Le prix est un problème quotidien, posé tous les jours… Ici, au Chili (et spécialement chez Rincón de Angel). C’est un sujet qui fâche…

En Argentine, quelqu’un m’a dit gentillement que le prix d’une de mes pièces sonnait mal…

Voici la pratique chilienne. On marchande chez les artisans comme si on était au marché aux puces… quel dommage! A part quelques couvertures péruviennes anciennes très intéressantes, nous ne vendons pas de produits d’occasion! Et comme elles font preuve de techniques anciennes dévoreuses de temps, très peu pratiquées aujourd’hui (dans le genre ikat et dessins traditionels avec des chaînes supplémentaires, tissées sur métiers à pieux ou de ceinture), on ne les brade pas non plus.

Je vis depuis plus de 20 ans au Chili, j’ai la nationalité Chilienne depuis au moins 15 ans et ce n’est pas mon intention de dire du mal de ce pays où j’ai décidé de vivre. Il y a un proverbe ici qui dit « por todas partes se cuecen habas » (partout, on cuisine des fèves)… D’ailleurs, de nombreux Français marchandent aussi sur l’artisanat: c’est écrit dans les guides pour touristes qu’il faut le faire. Ah! Comme j’aimerai rencontrer un de ces rédacteurs de guide touristique! Quelle inconscience!

Il y a presque 20 ans, j’avais une petite imprimerie artistique, avec deux ordinateurs et des imprimantes à jet d’encre, je créais ce dont avait besoin les clients avec leur participation, là aussi, il y en avait qui marchandaient… et j’avais fait la remarque à un de mes clients que je buvais beaucoup de lait et que l’on ne me faisait pas de prix sur le lait, c’était mon aliment de base. Donc, un jour j’ai demandé un rabais sur le lait à la crèmerie ou j’achetais toutes les semaines 12 litres, ils ont bien rigolé… Cela ne faisait que 2 ans que je vivais au Chili!

Ici, pour l’artisanat, on veut le beafsteak au prix du pot-au-feu, mais quand on va à la boucherie, à la boulangerie, au supermarché ou au restaurant, on ne négocie pas. J’avais d’ailleurs mis une pancarte à ce sujet, j’ai dû l’enlever car les clients se sentaient insultés!!!

Le pire, c’est que nombre d' »artisans » baissent eux-mêmes leurs prix avant que le client ne le leur demande… après ils marchandent sur les matières premières s’ils fabriquent quelque chose ou vendent des importations industrielles chinoises, péruviennes ou équatoriennes, que l’on retrouve tout le long du pays, d’Arica jusqu’à Punta Arenas…

Encore quelques anecdotes sur le marchandage

Nous vendons d’adorables marionnettes de doigt, de provenance péruvienne, à 400 pesos chiliens l’unité (même pas la moitié d’un kilo de pain au Chili), et même la-dessus, on veut un rabais de 100 pesos, car les enfants ne joueront qu’un moment avec avant de les jeter!

Marionnettes de doigts, quel devrait être leur juste prix?
Marionnettes de doigts, quel devrait être leur juste prix?

Un autre exemple

Il y a près de vingt ans, quand j’avais l’imprimerie, j’avais un client habituel assez fortuné pour posséder une propriété et un laboratoire de cosmétique à Santiago, un appartement à Viña del Mar, en plein centre, un « fundo » et un cheval de course à Rancagua, gagnait très régulièrement au Casino, du personel pour tout cela… Un jour, il me raconte qu’il avait failli se faire voler dans la rue et qu’il avait près d’un million de pesos dans la poche, il me montre le paquet de billets… Il venait me faire faire des montages de photos de son vieux chien, de sa mère… qu’il imprimait sur papier photographique, je vendais la page à 2.000 pesos chiliens, il voulait utiliser jusqu’au dernier milimètre ce papier, il ne voulait pas comprendre qu’il y avait des marges techniques, il ne considérait pas le temps que je lui dédiais, il terminait toujours la séance (qui avait duré facilement 3 heures) en me disant qu’il n’avait pas budgeté autant d’argent pour cela (je vous recommande la vidéo du lien)… Un jour, il m’a même dit qu’il préférait venir dans ma boutique, que cela lui coûtait moins cher que d’aller voir le psiquiâtre…

Ce ne sont donc pas ceux qui sont dans le besoin qui marchandent le plus. C’est un peu comme un sport national. Cela leur paraît donc normal de rabaisser ainsi les artisans…

Et pour les amis?

Combien de fois, des gens qui m’étaient totalement inconnus me demandaient « et pour les amis, c’est combien? »

Même les voisins d’en face, ne veulent pas comprendre que les prix sont établis en fonction des coûts de production et négocient pour aller aux toilettes… Il n’y a pas de petites économies.

Nous n’inventons pas nos prix selon la tête du client.

Et la « yapa » pour revenir

La « yapa » es un terme d’origine Aymara, les Aymaras sont un peuple très commerçant et donnent souvent un petit supplément, un peu comme 13 à la douzaine… Le problème est quand on demande une « yapa » même pour 1.000 pesos chiliens d’achat!

Je  vais me le faire fabriquer en Allemagne!

Comme vous avez pu le constater, mes pièces sont uniques, malheureusement je n’arrive pas à demander beaucoup. Mais, c’est toujours trop, un jour, on m’a répondu qu’il valait mieux se le faire faire en Allemagne! Il est libre d’essayer…

Avec plus de vingt ans au Chili, il y a longtemps que je ne vis plus comme une touriste… Je suis même plutôt minimaliste… et je dois être très économe.

Après toutes ces anecdotes passons à l’économie sérieuse.

Coût de l’artisanat

L’artisanat ne tombe pas du ciel, il a donc un coût:

  • un coût des matières premières
  • un coût de transport de celles-ci, (même si on recycle)
  • un coût du temps de travail, qui peut être très élevé (bien que les salaires soit très bas… actuellement salaire minimum à 276.000 pesos chiliens, coût des aliments et de la vie en général assez semblables à ceux de France… la retraite de base est d’à peu près 104.000 pesos chiliens par mois)
  • coût de l’expérience, nécessaire à la réalisation de son ouvrage

Le temps, les traditions et l’expérience ne sont pas valorisés ici.

Coût de la laine naturelle – un exemple

J’explique dans un article précédent tout le travail de la laine et je prévois un nouvel article sur la filature de la laine…

Le coût de la laine brute est très bas, d’ailleurs il ne justifie pas l’élevage des animaux, exceptés pour des laines de luxe, mérinos et alpagas. Parfois, on peut avoir de la laine brute gratuite (certains éleveurs ne savent pas quoi en faire et la brûle), encore faut-il avoir les moyens de la transporter.

Si bien sûr, les moutons doivent être tondus tous les ans, toutes les laines ne servent pas, les moutons destinés à la viande, qu’encourage à élever le Ministère de l’Agriculture du Chili, ont des laines courtes et dures…

Tonte d'une brebis au Rancho Kawell à Concón, brebis à moitié tondue
Tonte d’une brebis au Rancho Kawell à Concón, brebis à moitié tondue

Lors du nettoyage et de la filature, on perd plus de la moitié de la toison.

Et je reviens à la question du temps! J’ai une bonne dizaine d’années d’expérience de filature au fuseau, aujourd’hui, avec de la bonne laine, longue, avec sa graisse, sans trop de saletés pour une fois, je n’ai réussi à filer que 50 grammes dans la journée! Mais j’ai filé fin. Qui va me payer 10.000 pesos chiliens (salaire seulement un peu plus que minimum journalier) pour 50 grammes de laine de mouton? et l’alpaga est encore plus long à filer, car c’est une fibre creuse et plus légère, j’en file à peu près 30 grammes par jour! Et c’est fatiguant pour les bras…

On démarre avec cette laine à bas prix. mais de bonne qualité tout de même, fibre longue et douce
On démarre avec cette laine à bas prix. mais de bonne qualité tout de même, fibre longue et douce
On l'étire doucement pour en faire un petit ruban, en éliminant les pointes brûlées par le soleil, les poussières...
On l’étire doucement pour en faire un petit ruban, en éliminant les pointes brûlées par le soleil, les poussières…
On étire à nouveau ce ruban pour pour pouvoir l'enrouler autour du poignet, ce qui le tord légèrement et élimine encore de la poussière, plus on répète cette étape, plus la laine sera fine et régulière
On étire à nouveau ce ruban pour pour pouvoir l’enrouler autour du poignet, ce qui le tord légèrement et élimine encore de la poussière, plus on répète cette étape, plus la laine sera fine et régulière
Une fois ces préparatifs terminés, on commence à filer
Une fois ces préparatifs terminés, on commence à filer
Une fois que l'on a deux bobines, après deux jours de filature, il faut la tordre dans le sens opposé
Une fois que l’on a deux bobines, après deux jours de filature, il faut la tordre dans le sens opposé
Je prépare donc une bobine avec les deux fils à tordre
Je prépare donc une bobine avec les deux fils à tordre

Il faut encore la retordre, la mettre en écheveau, la laver, éventuellement la teindre et enfin faire une pelote pour la tisser ou la tricoter.

Pour gagner un peu de temps, je le fais avec le rouet électrique
Pour gagner un peu de temps, je le fais avec le rouet électrique

Mon exemple peut paraître exagéré, mais plus un fil est fin, plus on peut tisser ou tricoter de grandes surfaces pour le même poids. D’ailleurs, rares sont les femmes qui filent fin et régulier, maintenant.

Je préfère filer au fuseau car je contrôle mieux mon fil, je file en marchant, en parlant… alors qu’avec le rouet, je n’ai pas la même liberté et le fil est souvent plus raide, trop tordu, et beaucoup plus irrégulier.

Laine retordue
Laine retordue
Pour laver la laine, je la mets en écheveau
Pour laver la laine, je la mets en écheveau
Echeveau avant lavage
Echeveau avant lavage
Je la lave à la main avec du vinaigre et du bicarbonate, puis je la rince
Je la lave à la main à l’eau froide, avec du vinaigre et du bicarbonate, puis je la rince

Je viens de terminer de retordre cette laine et de la laver, maintenant 100 grammes de laine filée sale pèsent maintenant ……,grammes,  mais je suis fière de mon travail. Cela aussi est important!

Laine presque sèche, il faudra attendre plusieurs jours, il fait froid et humide à Puerto Montt
Laine presque sèche, il faudra attendre plusieurs jours, il fait froid et humide à Puerto Montt
Vue de détail après lavage
Vue de détail après lavage

Après tout ce processus, le tissage ou le tricotage est très rapide, surtout si la laine est bien filée et bien propre.

Les laines industrielles ont mal habitué les tricoteuses qui ne savent plus ce qu’est une laine filée artisanale, le travail que cela comporte et veulent des laines aussi lisses et douces que les laines industrielles… C’est faisable, mais à un autre prix… D’ailleurs les meilleures laines mérinos s’en vont à l’exportation, rares sont ceux qui y ont accès au Chili. Ceux qui gardent encore les traditions savent encore le faire, peut-être plus pour longtemps…

Coût des fibres artificielles et synthétiques

Les fibres artificielles et synthétiques peuvent sembler plus économiques… Mais les prix de vente ne tiennent pas compte des coûts en pollution (production à partir du pétrole ou utilisant des solvants chimiques très polluants, coûts de transport, car elles ne sont pas produites au Chili, pollution provoquée par ce transport… conditions de production de ces fibres, souvent en Asie…, déchets, microfibres qui se libèrent au lavage, perturbateurs endocriniens…).

Le coût de la pollution et de la mauvaise santé est passé sous silence.

Prix du temps

Le temps se paie, même si on veut l’oublier. Pourquoi se donnerait-on la peine de travailler en artisanat si on peut gagner plus en faisant n’importe quoi d’autre, même éventuellement du ménage… En outre, il y a une différence entre faire de l’artisanat un hobby et arriver à en vivre! Sans s’épuiser à produire des articles à la chaîne…

Quand je vivais à La Ligua, ils ne comprenaient pas que je vende une tunique à 15.000 pesos, car il n’y avait que 200 grammes de laine. Ils n’avaient pas compris que l’artisanat ne se vend pas au poids! Pour tisser ces 200 grammes, il me fallait une journée et souvent avec tendinite en prime.

Prix du savoir

Le savoir, les compétences, les techniques, les tours de mains… prennent du temps, nécessitent de l’attention, des efforts, des lectures, de l’écoute, de la pratique, des visites de musées, du temps d’internet aussi et des échecs parfois…

Dans aucun tutoriel, on ne vous explique tout, on oublie de présenter des détails importants qui font qu’une technique fonctionne ou non…

Si tous mes bains de teinture avaient toujours réussis, je n’aurai pas appris grand chose. Je fais donc beaucoup de tests, je lis tout ce je peux pour comprendre certains résultats et les livres coûtent cher ici.

Prix de l’expérience

Lors de l’ISEND de Kuching, une Nord Américaine faisait la remarque que quand on lui demandait combien de temps elle passait pour faire une de ses oeuvres, elle répondait « un moment et 40 ans ».

Il y a peu, je lisais une anecdote concernant Picasso qui allait dans le même sens.

Prix de l’exclusivité

Tout le monde veut des exclusivités, des pièces uniques… et payer comme si c’étaient des produits chinois. Une Taiwanaise, lors de l’IFND de Taipeh, m’a fait la remarque en m’achetant un tricot « This is only for me » (il n’y en a qu’un pour moi).

Mes pièces ne suivent pas de modèles, je les crée au fur et à mesure que les tisse ou tricote, le résultat est souvent différent de ce que j’avais imaginé. C’est triste de copier, alors pourquoi se copier soi-même quand il y a tant d’essais à faire.

Ces développements prennent aussi leur temps, certaines pièces seront abandonnées en cours… car elles ne me satisfont pas.

Et vous faîtes des prix de gros?

Si vous m’achetez 10 pièces, elles seront toutes différentes, elles m’auront toutes pris du temps, je les aurais toutes faites une par une, en y dédiant toute l’attention nécessaire pour obtenir un objet qui donne du plaisir, d’ailleurs, je limite ma production.

Quand je vivais à La Ligua (centre du Chili), je tricotais surtout des tuniques d’abord en fibres synthétiques (les plus courantes à La Ligua), puis avec des fibres naturelles (laine et coton) quand j’ai commencé mon aventure avec les teintures naturelles. J’avais une grande variété de couleurs, car je combinais des fils industriels (qui devaient passer dans les machines à tricoter) et les variations étaient infinies. Je travaillais dur tous les jours à la maison, puis je partais faire une foire d’artisanat, ou à Iquique, et pendant que je vendais, je continuais à tricoter. Il y a eu un moment, où j’avais plus de 100 modèles différents, avec des inclusions de cuir… Et il manquait toujours une couleur!

Prix de la qualité

La qualité à un coût, choix des matières premières, choix des points et de leurs combinaisons, soin lors des changements de couleurs, noeuds cachés, finitions… tout cela doit influencer le prix, je n’ai pas l’habitude de travailler à la va vite…

Prix d’une tendinite?

Tout travail artisanal a ses contraintes au niveau de la santé, plus d’une fois j’ai souffert de tendinites quand je crochetais beaucoup. Maintenant, j’ai diversifié les techniques, crochet, fourche, différents métiers à tisser, filature, teinture… Toutes ces techniques ont leurs exigences physiques… et depuis que je change régulièrement de technique et que je ne m’impose plus de rendement et je commence donc différentes pièces et je passe de l’une à l’autre…

Quand j’explique ces contraintes de santé, les clients ne comprennent pas. Je ne vois pas pourquoi je devrais avaler des anti-inflammatoires dangereux pour le foie et d’autres organes, pour produire à la chaîne des tricots…

Coûts et Prix

Il y a donc une différence entre coût et prix. Le coût est malheureusement  souvent beaucoup plus élevé que le prix exigé en boutique.

Prix juste

C’est pourquoi, il serait souhaitable de pouvoir aboutir à un prix juste qui prennent en compte la vraie valeur des choses. On est encore loin du commerce équitable tel qu’on le conçoit en Europe. Et pourtant, il me semble qu’on le mérite.

Conclusion

Comment peut-on vendre un travail long à faire (slow fashion), personnalisé, avec une identité… au prix industriel? Grande partie de nos produits spéciaux sont fabriqués dans les moments de manque d’affluence du public qui parfois nous disent que cela nous occupe!… En attendant, il faut payer, loyers, salaires, matières premières, électricité…

Comment s’étonner que de nombreux artisans deviennent chauffeurs de taxi ou n’importe quoi d’autre? Il ya un proverbe chilien qui dit « no hay mal que dure 100 años, ni tonto que lo aguante » (il n’y a pas de mal qui dure cent ans, ni d’idiot que le supporte ».

Il y a longtemps que je voulais aborder le sujet du prix, c’est enfin fait! J’ai fini de vider mon sac.

J’espère que vous n’avez pas trouvé mon article trop amer, peut-être avez-vous des idées pour valoriser un peu mieux mon travail. J’attends donc vos commentaires avec impatience.

Quel est son prix? à votre avis?
Quel est son prix? à votre avis?