Voyage au Pérou tant attendu

Passionnée de textiles anciens, depuis longtemps, je rêvais de visiter les sites archéologiques du Pérou… riches en textiles anciens remarquables. Chaque civilisation avait ses techniques, toutes très surprenantes…

De décembre 2018 à la mi-février 2019, j’ai fait tout un périple au Pérou, mais il faudra que j’y retourne… Je n’ai pas encore tout vu. Alors, le temps m’a manqué… Il y a tant de choses à voir.

Principales étapes au Pérou

Mon voyage a été très passionnant. Il a donc duré beaucoup plus que prévu. Je suis arrivée de Santiago du Chili à Lima, grâce à un billet d’avion très économique.

Lima, capitale du Pérou

Et j’ai continué mon parcours en bus, après 15 jours de visite de musées à Lima, rencontres dans un fablab, bibliothèques, librairie, visites de marchés locaux, d’artisanat, mais aussi de produits pour artisans (laines, cuirs, revues, fuseaux, métiers à tisser et autres outils…). Le temps est passé très vite. Je vous en parlerai prochainement dans un autre article.

Dès le premier jour, ce voyage a été positif. Il y avait une foire-exposition d’artisanat de la zone amazonienne du Pérou. J’ai pu apprendre une technique de tissage à l’aiguille très ancienne que pratiquent encore des indigènes près d’Iquitos, en échange de la création et impression de cartes de visites… Ils filent leur fibre (semblable a du sisal) petit à petit au fur et mesure qu’ils tissent, les bouts sont donc unis sans noeuds.

Les musées

Il sont très nombreux, je n’ai pas réussi à les visiter tous. Les gens ne les connaissent pas forcément, et vous envoie dans une direction erronée. C’est ainsi que je suis arrivé au Musée MALI (qui était très intéressant) en en cherchant un autre.

Certains musées sont si intéressants qu’ils méritaient plusieurs visites. Par exemple, j’ai fait plusieurs passages au Musée Amano et au Musée Larco. Je dois insister sur le fait que bien que je ne sois pas archéologue ni anthropologue, mais mes questions ont toujours été écoutées avec attention, ce qui malheureusement, rarement le cas au Chili.

Dans la plupart des musées, on peut prendre des photos, comme celle que j’ai mise en entête. Ces photos me sont très utiles pour mes recherches sur les techniques anciennes de tissages qui étaient souvent très complexes.

Musée d'Anthropologie de Lima, Pérou
Musée d’Anthropologie de Lima, Pérou

Comme je m’intéresse tout spécialement aux textiles, je ne parlerai pas de la céramique, de l’orfèvrerie et de l’architecture, mais il y a beaucoup à voir dans ces domaines où les civilisations anciennes excellaient aussi.

Les livres

Des livres, on en trouve dans la plupart des musées. Il y a aussi de très bonnes librairie dans la vieille ville et à Miraflores. J’ai donc pu aussi acheter de nombreux livres qui me seront très utiles, j’ai aussi rencontré des archéologues et des artisans…

De plus, il y a aussi des bibliothèques où l’on peut consulter, faire photocopier ou photographier des livres.

Suite du voyage

J’ai décidé de remonter vers le Nord en suivant la côte et de revenir vers le Sud par la Cordillière. En réalité, ce n’est pas aussi facile que l’on pourrait le penser. Les zones de cordillières ne sont pas toujours très bien connectées. L’idéal serait en fait de voyager en zigzag.

Heureusement, les Offices de Tourisme péruviens donnent toujours de très bonnes informations, n’hésitent pas à appeler leur collègues des autres villes… Ils m’ont souvent aidé (toujours gratuitement) à organiser les visites locales et les trajets avec beaucoup de précisions.

Trujillo, seconde ville du Pérou

Après ces 15 jours à Lima, j’ai donc pris un bus pour Chancay, où une civilisation préinca (800-1300 Après JC) créait des gazes d’une finesse remarquable. Ce musée est intéressant, mais un peu décevant du point de vue textile, les plus belles gazes Chancay sont certainement au Musée Amano, à Lima et hors du Pérou, au Museo de Arte Precolombino de Santiago de Chile, aux Etats-Unis, en Europe…

Détail de gaze Chancay (entre 800 et 1300 après JC) des tiroirs du Musée Amano - Miraflores - Lima - Pérou
Détail de gaze Chancay (entre 800 et 1300 après JC) des tiroirs du Musée Amano – Miraflores – Lima – Pérou

A Chancay, il y a un “château” très kitsch datant des années 1920, c’est plutôt un parc d’attraction, que je ne vous le recommanderai pas.

En soirée, j’ai donc pris un bus pour Trujillo, mon étape suivante, où je suis arrivée le matin de bonne heure. J’y suis resté une semaine. Il y a beaucoup de sites à visiter dans cette zone.

Je me suis logée près du marché, le quartier est moins cher, les marchés sont très souvent très intéressants à visiter, on peut y manger bien pour pas trop cher. On y découvre aussi de l’artisanat et des produits pour artisans, des plantes médicinales et toutes sortes de produits traditionnels (une grande variété pommes de terre, mais aussi de farines – blé, riz, maïs, bien sûr, mais aussi banane, tamarugo, yuca, mandioca… il y en avait tellement que j’en oublie).

Comme à Trujillo, on travaille beaucoup le cuir, on peut y trouver des peaux de toutes sorte. Cela fait envie d’apprendre à fabriquer des chaussures… Un projet de plus pour mes prochains voyages…

Mural des Mythes, Huaca de la Luna, Pérou
Mural des Mythes, Huaca de la Luna, Pérou

Chan Chan, la Huaca de la Luna et les autres sites archéologiques de la zone de Trujillo sont vraiment impressionants. Il y a aussi un musée dans la vieille ville où j’ai pu consulter des livres. Dommage que le Musée de Chan Chan était fermé pour réhabilitation.

Chan Chan, près de Trujillo, Pérou
Chan Chan, près de Trujillo, Pérou

Chiclayo

Puis, je suis partie pour Madgalena de Cao pour voir la Dame de Cao, elle a été enterrée avec tous les symbôles du pouvoir, mais aussi ses fuseaux (extrêmement fins et de près de 40 cm de longueur).

Dans ce musée, j’ai rencontré une famille de Trujillo, c’étaient des professeurs d’histoire…

Le lendemain, j’ai pris la route de Chiclayo, où je suis restée aussi une semaine.

Tombes des chefs de Cao, Pérou
Tombes des chefs de Cao, Pérou

J’ai visité de nombreux sites emblématiques tels que Lambayeque, Monsefu, el Bosque de Pomac (forêt tropicale sèche, avec des arbres millénaires et bien sûr des pyramides), Morrope, Ciudad Eten, Ferreñafe, Tucume, Tumbas Reales de Sipan… J’en parlerai aussi dans un prochain article.

Echantillons de cotons natifs, encore avec leurs graines, production de la Señora Rosita de Morrrope, Pérou
Echantillons de cotons natifs, encore avec leurs graines, production de la Señora Rosita de Morrrope, Pérou

J’avais enquêté sur le coton natif, et je me suis mise à la recherche d’une artisane de Morrope qui en cultive de diverses couleurs (ces espèces de ont bien failli disparaître), c’est surprenant la variété de couleurs, partant du blanc pur allant au chocolat, il y aussi un vert clair et paraît-il un bleu clair. Elle le file au fuseau, puis le tisse au métier de ceinture.

Incahuasi

Une archéologue, spécialiste des textiles, m’avait aussi parlé d’Incahuasi, dans la Sierra de Chiclayo… Elle m’avait dit que c’était un peu loin. J’ai été curieuse de connaître. Et bien m’en a pris. A Ferreñafe, je suis monté dans un fourgon en partance pour Incahuasi. La route est cahoteuse, mais le paysage est très beau. Dans ce petit village, presque tous les habitants sont habillés avec leur costume traditionnel et parlent quechua, les femmes filent la laine de leurs moutons en marchant… J’y ai passé le nouvel an. J’y consacrerait certainement un article prochainement.

Femme d'Incahuasi, Pérou, filant la laine
Femme d’Incahuasi, Pérou, filant la laine

L’artisanat traditionnel de ces femmes est de très bonne qualité et mériterait d’être mieux diffusé.

Cajamarca

Enfin, je me suis enfin décidée pour partir vers le sud. Bien sûr, j’étais invitée avec beaucoup d’insistance en Equateur par de bons amis équatoriens. Mais j’étais un peu inquiète par l’hiver altiplanique, et j’avais réservé mon billet d’avion pour le Brésil début mars. Je suis donc repartie vers la cordillère, à Cajamarca, pour une semaine. Là aussi, je me suis logée près du marché.

Là, près d’un marché, j’ai vu une femme qui filait de laine très fine en utilisant un gros fil de fer comme fuseau. Cajamarca est supposée être une ville à laine, mais en réalité, il faut s’éloigner de la ville pour en trouver.

J’ai rencontré des artisans. En particulier, j’ai connu Segundo (tisserand sur métier à pédales et formateur en teintures) et sa femme. Avec eux nous avons fait des tests d’ecoprint.

Tests d'ecoprint, Segundo tient une feuille de schinus molle, arbre très courant à Cajamarca, qui teint joliment en jaune
Tests d’ecoprint, Segundo tient une feuille de schinus molle, arbre très courant à Cajamarca, qui teint joliment en jaune

Visites touristiques

J’ai visité plusieurs sites précolombien, dont un canal surprenant qui date de 800 Avant JC qui unit deux rivières (l’une allant vers l’Atlantique, l’autre vers le Pacifique – 9 km de longueur, une merveille d’ingénierie), Kuntur Wasi (datant aussi de 800 Avant JC)…

Canal préinca, près de Cajamarca, Pérou
Canal préinca, près de Cajamarca, Pérou

Visite de la Granja Porcón, coopérative agricole qui ne manque pas d’intérêt. Ils ont organisé un zoo avec un élevage de cerfs gris du Pérou qui était pratiquement en voie de disparition. C’était le gibier préféré des grands chefs de la plupart des grandes civilisations précolombiennes du Pérou. Mais ils vivent surtout de la monoculture de 3 espèces de pins sur près de 10.000 ha. L’autre activité importante de cette communauté est l’élevage bovin laitier, dont on trouve les produits dans tout le Pérou.

Comme j’en avais le temps, je suis allée profiter des eaux thermales de Baño del Inca, vraiment très agréables. Cet endroit s’appelle ainsi car la ville de Cajamarca est connu pour être l’endroit où les colons espagnols ont fait prisonnier l’Inca Atahualpa qui était venu s’y reposer à la suite d’une bataille avec son frère Huascar.

Kuelap

Evidemment, je n’ai pas résisté à l’idée de connaître la légendaire Kuelap et je suis donc partie pour Chachapoyas en passant par Celendín. A partir de Celendin, la route était une piste en lacet plutôt dangereuse, mais je ne le regrette pas. Les paysages étaient très intéressants, la végétation évoluant peu à peu avec l’altitude et l’exposition au soleil… Avec un changement brutal, quand on arrive du côté amazonien du Pérou. Tout d’un coup, tout devient vert, avec même des fougères arborescentes… La vallée de Leymebamba m’a beaucoup plu.

Habitations de la forteresse préinca de Kuelap à plus de 4000 d'altitude, Chachapoyas, Pérou
Habitations de la forteresse préinca de Kuelap à plus de 4000 d’altitude, Chachapoyas, Pérou

En quelques jours, j’ai visité l’impressionante forteresse préinca de Kuelap accessible par téléphérique, les musées de Chachapoyas et Leymebamba… Je ne regrette pas le détour.

Récemment, je viens de voir un reportage sur Arte sur Kuelap très intéressant.

Puis j’ai continué en fourgon vers le sud du coté amazonien par Moyobamba, Tarapoto, Juanjuy, Tocache, Tingo María (zone de production de cacao, café et huile de palme) en direction de Huanuco. En passant la cordillère de nouveau peu avant Huanuco, nous sommes passés par un tunnel, le contraste entre la zone Est verdoyante et la sortie du tunnel à l’Ouest quasi désertique est vraiment surprenante.

Chavin de Huantar

A partir de Huanuco, le but était d’aller connaître Chavin de Huantar, autre civilisation datant de 800 Av. JC.

En réalité, cela a été plus compliqué que prévu, il n’y avait pas de bus direct… Ni même de fourgon, j’ai dû prendre une voiture en attendant de 8 heures du matin, jusqu’à 11 heures, que toutes les places soit occupées, pour partir jusqu’à La Union. Et de La Union jusqu’à Catac, j’ai dû prendre une autre voiture. Les distances ne sont pas très grandes, mais les pistes sont très mauvaises. L’hiver altiplanique, saison des pluies (de janvier à mars) commençait avec retard et avec beaucoup de violence, il y avait eu des éboulements, des huaycos, déjà quand j’étais de l’autre côté de la Cordillière.

Succession de
Succession de “têtes-clous” montrant la transformation du shaman, elles étaient disposées tout autour de la pyramide, il en reste une en place

C’est une zone de très haute altitude. Les paysages sont fantastiques. Plein de lacs… J’ai donc dormi à Catac. Le lendemain, je suis allée à Chavin de Huantar. Il y a un Musée et une pyramide avec des canaux mystérieux (qui ont une acoustique particulière), ils ont détourné une rivière, tout cela dans une zone très sismique. La pyramide a été enfouie sous des décombres, mais ne s’est pas écroulée. Ce site date de 800 Avant JC, cette culture a rayonné sur grande partie du Pérou.

Huaraz

De Catac, je suis repartie pour Huaraz où j’ai passé deux jours. Il y a aussi des bains thermaux, bien agréables, des musées, des sites archéologiques et des marchés… Je suis aussi allée au Carhuaz, voir un site archéologique, Tumshukaiko, dommage que le musée était fermé (c’était dimanche).

Mais, sur ce site archéologique, déblayé par les habitants du village, une curieuse structure ronde en spirale, sur une colline, poussaient des figuiers de Barbarie, certains étaient infectés de cochenilles. C’était la première fois que je voyais de près des cochenilles sauvages… On aurait dit des tiques couverts d’une poudre blanche. J’ai pris beaucoup de photos, je pourrait ainsi mettre à jour mon article sur la cochenille.

Feuille de figuier de Barbarie attaquée par la cochenille, site archéologique de Tumshukaiko, près Carhuaz, Pérou
Feuille de figuier de Barbarie attaquée par la cochenille, site archéologique de Tumshukaiko, près Carhuaz, Pérou

Avant de revenir à Huaraz, j’ai visité encore une petite ferme zoologique, un projet municipal en peu abandonné, mais bien agréable.

Lima, à nouveau

De Huaraz, je suis retournée à Lima, je suis revenue au Musée Amano et au FabLab Esan. J’ai récupéré mes valises que j’avais laissées en consigne.

J’ai cherché une fabrique de laines et je l’ai trouvée, c’est un contact intéressant de plus.

Nouveau départ vers le Sud, avec tous mes bagages, très lourds, beaucoup de livres, un peu de laine, du cuir pour faire des semelles, des moules pour faire des chaussures en feutre…

Ica

Je voulais passer par Huancayo et Huancavélica, mais c’était trop compliqué et le temps passait, d’autant que ces villes sont en cordillière, cela m’aurait beaucoup retardé.

Alors, j’ai décidé d’aller directement à Ica pour voir les textiles Paracas. Il y en a au Musée d’Ica. On ne pouvait malheureusement pas prendre de photos, pour des raisons de sécurité, à cause d’un vol.

Miniature Paracas, exposée au Musée Amano, Miraflores, Lima, Pérou
Miniature Paracas, exposée au Musée Amano, Miraflores, Lima, Pérou

A Paracas même, je n’y suis pas allée, l’ancien musée est fermé, suite à un tremblement de terre, les pièces textiles ont été ramenées au Musée d’Ica, les sites archéologiques ne se visitent pas.

Cette nuit-là, il y a eu une secousse sismique, degré 5 sur l’échelle de Richter, mais cela est courant.

Arequipa

A Arequipa, comme d’habitude, j’ai visité des musées, des marchés, j’ai aussi rencontré un archéologue que j’avais connu lors d’un précédent voyage à Moquegua.

Il m’a aidé à chercher de la cochenille et m’a proposé de garder mes valises pour que je sois plus libre de mes mouvements dans la suite du voyage. Ce que j’ai accepté avec plaisir. Je lui suis très reconnaissante pour toute son aide.

Enfin, nous avons aussi visité une fabrique de laine, très connue pour sa qualité.

Poste de sélection des laines d'alpaga, selon les 24 couleurs naturelles et leur qualité, Fabrique de laine, Arequipa, Pérou
Poste de sélection des laines d’alpaga, selon les 24 couleurs naturelles et leur qualité, Fabrique de laine, Arequipa, Pérou

Moquegua

Passage à Moquegua pour chercher de la cochenille. Visite du marché. Le Musée, je l’avais déjà visité. J’y reviendrai au retour de Bolivie.

Cela a été laborieux, il faisait chaud, j’étais arrivée à 4 heures du matin et n’avait presque pas dormi. De la cochenille, il n’y en a plus autant qu’avant, maintenant ils exportent les figues de Barbarie, ce qui implique l’élimination de la cochenille qui est un parasite qui donne un goût amer au fruit.

Alors, je continue mon voyage vers la Bolivie, direction El Desaguadero.

El Desaguadero, Pérou et Bolivie unis par une foire

El Desaguadero est un endroit qui vaut la peine d’être vu, je connaissais déjà, car j’y étais passé lors d’un voyage en Bolivie avec mes amis équatoriens Ivan et Narcisa. C’est la pointe sud du Lac Titicaca. Le village est séparé par un petit pont entre le Pérou et la Bolivie. On passe quand même par la douane, cela vaut mieux. Les jours de foire, il y a des allées et venues dans tous les sens.

Agents de change, jour de foire, en attendant de passer à la douane, El Desaguadero, Pérou
Agents de change, jour de foire, en attendant de passer à la douane, El Desaguadero, Pérou

A mon avis, il faut y aller les jours de foire, c’est-à-dire les mardi et vendredi, les autres jours, c’est mort. Certaines boutiques n’ouvrent que les jours de foire. Il faut arriver de bonne heure, bien qu’il fasse encore nuit, tous les stands sont déjà installés, il y a déjà des acheteurs. Il y a de tout… On peut y manger et très bien pour pas cher.

Et c’est le passage vers la Bolivie.

Bolivie

Une fois passé le pont, le marché continue, mais il faut chercher le fourgon pour aller à La Paz qui est à 80 km.

El Alto

Il est recommandé de faire un peu attention quand on choisit le fourgon. Mais je n’ai pas eu de problèmes.

En fait, j’allais à El Alto, c’est la banlieue haute de La Paz. J’allais tout spécialement dans le quartier 16 de Julio, très facile d’accès, à partir du “périphérique” local, La Ceja ou depuis la ville de La Paz en contrebas, depuis quelques années en téléphérique (ligne rouge et ligne bleue). Il y a une foire immense les jeudi et les dimanche. Cela occupe des dizaines de rues, chaque rue a sa spécialité. Certaines vendent de l’habillement, d’autres de la laine, d’autres des meubles, de la peinture…

Je suis arrivée un vendredi, je cherchais un monsieur qui fabrique des métiers à tisser et d’autres machines textiles. J’ai bien trouvé sa boutique, mais là aussi tout était fermé.

La solution a donc été d’acheter une puce bolivienne pour le téléphone et j’ai réussi à prendre contact avec lui, il m’a invité à visiter son atelier. Cela a été très intéressant. J’ai vu un hangar rempli de toutes sortes de machines à filer, à carder, à retordre la laine, à tisser… Le dimanche matin, je suis restée pour la foire et je suis aussi allée à sa boutique. Je reviendrai certainement le voir.

J’ai aussi réussi à prendre contact avec le patron d’une fabrique de laine, puis je suis allée visiter sa boutique à La Paz, en téléphérique.

Le dimanche à la foire, j’ai pu trouver de la laine d’alpaga brute de tonte, j’en ai acheté deux tons de gris très beau et du noir, les couleurs qui me manquaient…

La Paz

Je n’y ai passé que très peu de temps, pour aller voir cette boutique, acheter des aguayos et des toiles de laine pour teindre.

La Paz, Bolivie, vue depuis le téléphérique qui descend de El Alto
La Paz, Bolivie, vue depuis le téléphérique qui descend de El Alto

La vue depuis le téléphérique est vraiment impressionante, c’est mieux que les fourgons, il y a dix ans avec mes amis équatoriens, le fourgon s’était retourné et nous avons volé par la fenêtre arrière tous les trois, nous avons passés une semaine à l’hôpital, très bien traités… Je garde de très bons souvenirs, notamment des musiciens invisibles qui s’entrainaient pour une fête religieuse. Ily avait deux groupes, quand la mélodie d’un groupe s’affaiblissait, celle de l’autre groupe se renforçait.

Dommage que je n’aie pas pu rester plus longtemps en Bolivie. Encore une fois, je suis passé devant Tiwanaku sans rien voir de ce site prestigieux. Il faut absolument que je revienne.

Retour au Pérou

El Desaguadero

Enfin, j’ai donc pris le chemin du retour pour le Pérou, en passant par El Desaguadero de nouveau. Cette fois-ci, pas de foire, cétait vide. Une longue queue à la douane péruvienne, le système informatique était en panne.

En tirant mes bagages, j’ai attrapé dès que j’ai pu le bus pour Puno, toujours sur la rive Ouest du Lac Titicaca, après avoir fait trois fois de suite la queue avec mes bagages à la traine.

Puno – Juliaca

Après tout cela, je suis arrivée la nuit tombée, par chance, j’ai vite trouvé où me loger à un prix abordable et près du Terminal de Bus (c’est important quand on est trop chargé). J’y ai passé trois jours. Les gens de l’Hostal m’ont beaucoup aidé.

Là, je cherchais un fabricant de laine, des teintures pour mon ami de Puerto Montt et un métier à tisser de ceinture, que je n’avais pas encore trouvé lors de mon périple.

J’ai encore visité un musée, plusieurs marchés…

Quelle surprise! Des Péruviennes qui nous vendent de l’artisanat chez Rincón de Angel m’ont reconnue et m’ont appelée. Elles vendaient des billets pour aller voir l’île des Uros. J’y suis donc allée. C’est très touristique, mais il est intéressant de voir comment sont confectionnées ces îles flottantes…

Iles de joncs des Uros, Lac Titicaca, Pérou
Iles de joncs des Uros, Lac Titicaca, Pérou

Juliaca

Bien que l’on m’aie prévenue de faire bien attention, je suis allée à Juliaca, à la recherche du fabricant de laine. J’ai fini par le trouver chez son fils qui est dentiste. En passant, j’ai aussi rencontré des gens qui vendent des machines textiles… Et, dans un marché surprenant sur d’anciens rails, j’ai fini par trouver un métier à ceinture, beaucoup plus grand que ce que je cherchais (trop grand pour rentrer dans ma valise) et des fuseaux… Tout cela sans le moindre problème.

Passage de retour à Moquegua

Retour à Moquegua, pour chercher la cochenille que j’avais réservée.

De là, je voulais en expédier en France, cela n’a pas été possible, bien que l’on m’ait donné tous les tarifs à la Poste. Cette déconvenue m’a bien compliqué les choses par la suite…

Trajet vers Arequipa sous une pluie diluvienne.

Retour rapide à Arequipa

De nouveau, Arequipa, comme prévu, pour récupérer mes bagages, dernières visites de musées, nouvelles recherche de cochenille, introuvable… Achat d’un sac de voyage supplémentaire pour mieux répartir les bagages, la valise pleine de livres avait déjà perdu une roue…

La pluie diluvienne continue, en passant par Moquegua, jusqu’à Tacna.

Tacna, sortie du Pérou

Tacna sous une pluie torrentielle digne de Puerto Montt, une ville du désert complètement inondée, plusieurs huaycos ont détruit des habitations, sites archéologiques et bains thermaux fermés.

Derniers jours au Pérou,

Retour au Chili

Les pluies inhabituelles ont provoqués nombreux drames autant au Pérou qu’au Nord du Chili.

L’accès à Iquique était bloqué. Tous les bus étaient suspendu vers le Nord, au Pérou et vers le Sud, au Chili.

Il a donc fallu attendre la réouverture des routes. J’en ai profité pour faire plusieurs aller-retour entre Tacna et Arica. J’avais 7 bagages, en comptant mon métier à tisser. J’en laissait chaque fois à la consigne du terminal de bus d’Arica.

J’ai eu des difficultés avec le SAG chilien, qui voulait récupérer ma cochenille. Ils ne connaissaient pas leurs propres réglementations. Mais certainement, ils savaient le coût de ce produit et la rareté). Quelle honte! J’ai de quoi écrire un roman complet sur ce service qui prétend nous défendre en faisant entrer toutes sortes de produits toxiques. Fini le respect, bonjour la discrimination.

Arica

Je retournais chaque fois dormir à Tacna, c’est plus économique. J’en profitais pour préparer mes laines d’alpaga pour qu’elles passent mieux la frontière, de toute manière cette préparation doit être faite pour la filer.

Enfin, la route a été réouverte pour Iquique, dernier passage à la douane, le SAG a décidé de s’approprié un reste de miel, des gouttes à la propolis avec lesquelles je me soignais et quelques autres bricoles qui leur ont plu. J’ai dû faire du stop en plein désert pour arriver à Arica avec mes bagages, juste à temps pour prendre le bus…

Iquique

J’étais contente de revenir à Iquique, ville où j’ai vécu plus de deux ans. Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de retourner à Mamiña. J’ai retrouvé des amis artisans, certains manquaient. Cette ville en plein désert a elle aussi été inondée… J’ai dormi chez une amie, Señora Carmen, qui a un “Hostal“, nommé “Isla Maillen”, nom d’une île en face d’Angelmó, où elle est née.

Cette amie travaille aussi la laine, on a donc toujours beaucoup de choses à nous raconter.

Cette fois-ci, j’ai été un peu déçu par cette ville que j’amais beaucoup et qui a perdu certains de ses attraits.

Santiago

On m’attendait, à Puerto Montt, passage obligé par Santiago, chez la soeur de mon ami Angel, pour différents achats pour la boutique.

Achat d’une valise supplémentaire, pour pouvoir ramener les encres pour teindre et autres produits pour la boutique de mon ami Angel.

Mes bagages en partant de Santiago, il manque le métier à tisser qui a bien failli ne pas partir avec moi
Mes bagages en partant de Santiago, il manque le métier à tisser qui a bien failli ne pas partir avec moi

Dernière nuit de voyage pour arriver vers 9 heures du matin à Puerto Montt.

Puerto Montt

Retour au train-train habituel. Teindre le plus possible de laine à feutre avant mon départ pour le Brésil.

Montrer les nouveautés que je ramenais…

Et me préparer pour la prochaine aventure…

Lors de ce voyage, j’ai fait de nombreuses expériences qui me seront utiles lors de mon tour du monde. J’ai eu des échanges techniques très intéressants, j’ai beaucoup appris.

La prochaine fois, j’essaierai de voyager avec moins de bagages car les consignes à Arica et à Iquique m’ont coûté cher. Je tenterai aussi de dépenser moins en logement, ce qui est sans doute difficile pas impossible, en se préparant mieux.

Cependant, c’était un peu un essai, en modèle réduit, de mon projet de tour du monde, le plus gros problème est que je n’ai pas généré de recettes, alors que je dépensais tous les jours.