grand merci

Un grand merci

Prochain retour en France, du 25 février au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile
Un grand MERCI d’avance à tous ceux qui m’aideront

Il paraît qu’exprimer sa gratitude est bon pour la santé, je vais donc créer une nouvelle page, car je dois dire merci à beaucoup de gens et cela me semble simple justice.

Pour faire vite, pour le moment, je vais reprendre une partie du rapport que je suis en train de rédiger pour mon diplôme par VAE, où l’on me reprochait de parler trop souvent d’amis.

Encore une fois, mon expérience se situe au Chili, où règne encore une certaine solidarité[1] et donc les relations et l’amitié ont beaucoup d’importance.

Ce sont parfois seulement des relations commerciales, mais avec un petit plus difficilement traduisible en français.

Il y a ainsi un certain nombre de personnes qui ont participé de manières diverses à mon développement professionnel. Et je leur suis très reconnaissante, au point que je pense à créer une page sur mon site web pour leur exprimer ma gratitude.

Cette participation est d’autant plus importante dans le cadre de l’économie de la connaissance[2], mais aussi de celle de la contribution. Les apports des amis sont donc des briques de base de la construction de ma professionnalisation.

“Les amis sont des compagnons de voyage, qui nous aident à avancer sur le chemin d’une vie plus heureuse.” Pythagore

Chili

Viña del Mar

Il faudrait commencer par Alejandro Cespedes, mon premier client à l’imprimerie, qui me faisait ma comptabilité et m’a beaucoup aidé lors des différents déménagements. Sans lui je n’aurais pas pu imprimer sur métal.

La Ligua

Beaucoup de gens m’ont aidé durant les difficiles années que j’ai passées à La Ligua. J’ai oublié certains noms, pas certainement pas tout ce que je leur dois.

Métiers à tisser

Pour les métiers à tisser, il faudrait citer Homero Campusano, avec qui j’ai pu développer mes premiers métiers à clous, avec lesquels je travaille encore. Il y a aussi eu Pato Pato qui m’a découpé mes métiers pour les gilets. Je regrette beaucoup sa disparition.

Copiapo

D’autres comme Daisy de Paipote, m’ont rencontré sur une foire et m’ont proposé mes premières expériences de cours.

Iquique

Les artisans hippies d’Iquique (Pato Pato, Barba, Naty, Memo, les deux Lalo… et beaucoup d’autre du Pasaje Baquedano dont je ne connais que les surnoms) m’ont beaucoup aidé dans la période de vente ambulante.

Véronica, artisane, thérapeute en fleurs de Bach, beaucoup mieux établie socialement que le groupe précédent, m’a offert entre autres la possibilité de donner le cours à Pica.

Jeannette Baeza, designer textile et créatrice de costumes de théâtre à Iquique à organisé plusieurs expositions dans sa boutique, ou avec Veronica et d’autres a organisé une exposition au Palais Astoreca, ainsi qu’un défilé de mode « Indigène » où elle présentait un certains nombre de pièces qu’elle m’avait achetées et parfois modifiées.

Roxana, responsable du Syndicat des Propiétaires de Bateaux de Tourisme du Muelle Prat à Iquique qui m’a autorisé à vendre sur ce quai, ce qui le rendait plus attractif. Il y avait là aussi Cecilia Chang qui prenait beaucoup de plaisir à défiler avec mes tricots et vendait ses colliers.

Mamiña

Raquel Mamani de Mamiña, avait 3 kiosques dont elle ne pouvait évidemment qu’en tenir un. Mon arrivée à Mamiña lui permettait donc de vendre plus et me donnait la possibilité de vendre mes produits.

Son frère

Carmen Zenaida Reyes, vient de l’île Maillen[3], mais tient un « Residencial »[4] à Iquique, elle m’a été présentée par un collègue artisan lors de mon retour à Iquique, à la suite de l’accident de transport en commun que j’ai eu en Bolivie. Elle est aussi artisane et m’a toujours reçu gratuitement lors de mes passages à Iquique.

Uldis, gros propriétaire terrien, passionné d’artisanat, notamment textile, m’a proposé de développer un projet une sur parcelle de 200 hectares, à Concon, près de Viña del Mar, Zone centrale.

Don Esteban et sa femme

Sebastiana et son mari Braulio

“El fanta”

“El Soldado”

María Bacian, l’institutrice

Juan José Cautin

Señora Berta

Lalo de Mamiña

Rancagua

Lucia Fuentes et son mari

Puerto Montt

Angel de Puerto Montt, commerçant en laine et artisanat, je suis arrivée en cherchant de la laine et la même nuit, je dormais dans son local. Je travaille avec lui depuis plus de cinq ans.

Andacollo

Solange Carmona, aussi thérapeute en fleurs de Bach, cherchait à apprendre la teinture naturelle et une amie commune nous a mis en contact. Il y a eu donc une première semaine de cours, puis je suis passée la voir quelques jours avant mon voyage au Pérou et à nouveau récemment à mon retour de France, je suis passée la voir et nous avons de nouveau teint. Elle a des projets auxquels elle veut m’associer.

Argentine

Lucrecia et Mara, à Santa Fe (Argentine) se sont aussi converties en amies lors du premier cours, elles m’ont aussi acheté beaucoup de tricots et il y a eu un second cours, trois ans plus tard et nous sommes restées en contact.

Pérou

Antonio Oquiche

Cajamarca

Equateur

Ivan et Narcisa

Madagascar

Et, j’allais oublier Hilaire de Madagascar, encore un cas d’échanges, basés sur la confiance et l’amitié.

Il y a bien sûr Andrée Ethève qui a organisé l’IFPECO de Madagascar en 2017.

Merci aussi au propriétaire de l’Hotel Shangai à Antananarivo qui m’a donné de bons tuyaux informatiques…

France

Je crois que je vais bientôt devoir un grand merci à l’équipe des Crapauds Fous que j’ai découverts grâce à la l’interview de Thanh Nghiem sur la chaîne Thinkerview

Conclusion

L’ordre dans lequel je mentionne les pays et les amis est totalement aléatoire, car bien sûr ce texte ne vise pas à créer une échelle absurde, chacun a joué son rôle…

La catégorie “ami” ne correspond donc pas à « ami facebook », mais à des personnes qui ont influencé très positivement mon développement professionnel, ce sont cependant plus que des relations commerciales, ce qui ne leur quitte pas leur sérieux, d’autant plus que je ne bois pas d’alcool, ne fume pas et ne me drogue pas.

Les contacts sont beaucoup plus facile au Chili et il me semble que tous ces gens me considèrent comme leur amie.-Il ne s’agit donc pas de camaraderie, mais bien de relations professionnelles améliorées.

Toutes ces aides ont joué un rôle appréciable dans mon évolution professionnelle.Qui peut se construire professionnellement seul ?

Il ne s’agit que d’un début… Cet article va s’allonger au fur et à mesure. Soyez patient.



[1] Comme le commente une chanson du duo Schwenke y Nilo qui fait la comparaison entre l’augmentation régulière  de l’importance de la carte bancaire et la diminution de la solidarité et de l’importance sociale de l’amitié.

[2] Il s’agit d’un thème cher à Idriss Aberkane, qu’il a développé dans de nombreuses conférences et dans son livre « Libérez votre cerveau ».  Une économie bien plus ancienne que l’économie matérielle et plus rentable, 1 + 1 = 3, favorise les amoureux…

[3] Île en face de Puerto Montt.

[4] Hôtel économique, si vous voyagez à Iquique, Pasaje Baquedano con Riquelme, Iquique, Iª Región, Chili

Print Friendly, PDF & Email

Published by

Francoise Raffi - La Francesa Bigotuda

Artisane textile, tisserande, teinturière, vivant depuis plus de 20 ans au Chili, je travaille avec des teintures naturelles depuis plus de dix ans. J'ai participé à plusieurs séminaires internationaux (ISEND Kuching, IFND Taiwan et dernièrement IFPECO à Madagascar) Je tisse, tricote ou feutre les fibres teintes. Je propose des formations aux teintures naturelles adaptées au lieu. Artesana textil, tejedora, tintorera, viviendo desde más de 20 años en Chile, trabajo con teñidos naturales desde más de diez años. He participado a varios seminarios internacionales (ISEND Kuching, IFND Taiwan y ultimamente IFPECO en Madagascar). Tejo o afieltro las fibras teñidas. Propongo formaciones, capacitaciones, talleres de teñido natural adaptadas al lugar.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *