Voyages textiles

/// Voyages textiles /// —- Encore en cours de rédaction —
Nouvel article du 31 Août 2020 — ce projet de Biolab Maraîchage ne fait que commencer…
Prochain article sur les AMAP ou peut-être sur les Ronces, la Filature ou bien encore les Purins, j’attends vos réactions, pour le moment j’accumule les informations…
Je suis bien revenue en France et j’y serai jusqu’au 12 novembre et peut-être même plus.
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Voyages, voyages…

Je rêve toujours de nouveaux voyages, certains peuvent s’imbriquer…

Je me prépare encore avec patience pour une grande boucle…

Sous cette rubrique, je vais vous présenter mes voyages au fur et à mesure.

Voici donc venir, les derniers, voyages à la fois dans les domaines textiles et dans le temps, en Suisse, près du Lac de Neuchatel, au Village Lacustre de Gletterens et à Hallstatt, en Autriche.

Gletterens voyages
Village Lacustre de Gletterens, reconstitution d’un village néolithique

Je vous invite donc à me suivre dans mes voyages textiles et tinctoriaux.

J’espère que mon article sur Gletterens et Hallstatt sera suivi de nouveaux points de chûtes.

Auparavant, mes articles de voyages, notamment sur le Pérou et le Brésil atterrissaient dans le blog, Maintenant, je vais leur dédier une rubrique dans le menu.

Il y aura aussi, sans doutes, des voyages imaginaires par les livres et par les wwoofers internationaux qui arrivent à Biolab Maraîchage en attendant un prochain départ… Ils nous permettent souvent de voyager par procuration, par ces temps de confinement…

Vous aurez peut-être aussi le droit de connaître mes déboires avec la SNCF, dont les performances m’ont paru très décevantes pour un pays vieillissant (je ne suis plus toute jeune) et qui prétend attirer toujours plus de touristes… Curieuse manière d’inciter à voyager léger… Quel contraste avec quelques pays visités dernièrement.

Pour être plus positive, je vous parlerai aussi des musées que j’adore visiter et peuvent même être le but…

Bonne visite

Je vous souhaite donc de bons parcours dans ces articles… que j’espère voir se multiplier rapidement…

Orties qui font plus que piquer

Un essai de filature de fibres d’orties m’a rappelé que je ne devais pas oublier mon site. Me voici donc de retour… après le montage de la yourte, celle-ci a vite été habitée par de nombreux wwoofeurs tous plus intéressants les uns que les autres.

/// Orties qui font plus que piquer /// —- Encore en cours de rédaction —
Article mis à jour le 16 Septembre 2020 — ce projet de Biolab Maraîchage ne fait que commencer…
Prochain article sur les AMAP ou peut-être sur les Ronces, la Filature ou bien encore les Purins, j’attends vos réactions, pour le moment j’accumule les informations…
Je suis bien revenue en France et j’y serai jusqu’au 12 novembre et peut-être même plus.
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Alors, une botte d’orties fraîches ramenées par Gérard, l’oncle de Paul Thierry de Biolab Maraîchage m’a incitée à faire un test depuis longtemps repoussé… Il s’agit de la filature d’orties. Il était grand temps de m’y mettre.

J’avais trop hésité. J’avais tout sous la main. Il fallait prendre le temps d’essayer. Et les connaissances s’acquièrent aussi par la pratique. Tout n’est malheureusement pas dans les livres, ni sur internet… Voilà, le premier pas est fait.

botte d'orties fraîches
Orties fraîches attendant l’expérience de filature

Oui, les orties piquent

Mais pas tant, il suffit de se frotter avec un peu de plantain pour oublier ses démangeaisons. Le miel aussi peut aussi être utilisé avec efficacité.

En outre, il semblerait qu’elles piquent moins lorsqu’elles sont mouillées.

Plantain dans la serre
Joli pied de plantain dans la serre, bon remède contre les piqûres occasionnées par les orties

Des gants suffisent pour les ramasser et leur ôter les feuilles que je mets de côté pour la teinture.

orties pour teinture
Orties, les feuilles serviront pour la teinture

En outre, il y a une technique pour attraper les orties sans se piquer. Il suffit de les attraper par en-dessous et l’expérience aidant, on devient presqu’insensible.

comment cueillir une ortie
Comment cueillir une ortie sans se faire piquer? j’attends l’aide d’un photographe amateur.

Donc, leur caractère piquant n’est pas le plus intéressant, il ne doit pas cacher de nombreuses qualités.

Les orties se mangent

Nous l’avions oublié. Gratuites et faciles à trouver, les orties sont comestibles et peuvent remplacer avantageusement les épinards. Elles font partie des merveilleuse et surprenantes comestibles sauvages.

On peut difficilement les confondre avec des plantes trompeuses toxiques.

Elles peuvent même se manger crues, il y a une astuce pour cela. Lien Youtube.

Elles sont une excellente source de vitamines et de minéraux nécessaires à une bonne santé.

Ces jeunes orties sont excellentes
Ces jeunes orties sont excellentes, dommage de s’en priver

Les orties sont médicinales

Comme de nombreuses “mauvaises herbes“, les orties, ces méconnues, sont aussi très utiles pour la santé animale et humaine et permettent de se soigner par son alimentation.

Il existe une bibliographie assez étendue à ce sujet.

Il ne faut pas les confondre avec les lamiers. Ils sont aussi médicinales et ne piquent pas. Ils appartiennent à une autre famille botanique. Leurs fleurs permettent de les distinguer.

lamiers pourpres
Ici des lamiers pourpres en fleurs se distinguent nettement des orties
lamiers blancs
Les petites fleurs blanches derrière le plan de kiwi sont des lamiers blancs

Il y a de la variété chez les orties

Il y a de la petite, de la moyenne et de la grande… Mais lors de mon dernier voyage, au Village Lacustre de Gletterens, en Suisse, près du lac de Neuchatel, j’en ai vu une sorte très fine et élégante.

ortie élégante
Ces orties étaient très élégantes

Je vous invite à aller visiter ce site animé par des gens passionnant qui ont beaucoup plus à montrer que de jolies orties.

Mes expériences textiles au Village Lacustre de Gletterens ont été si nombreuses que je n’ai pas eu le temps d’essayer de les filer. Le spécialiste des textiles est aussi malheureusement tombé malade peu avant les Rencontres Préhistoriques. Quel dommage! J’espère pouvoir le rencontrer l’année prochaine.

Les orties se filent et se tissent

Lorsque l’on mentionne des fibres végétales, on pense tout de suite au lin, au coton et au chanvre. Mais, de l’ortie, peu s’en souviennent… Encore un oubli concernant les orties. Nous allons le réparer tout de suite…

Un peu d’histoire sur les orties

Depuis le plus haut Moyen-Âge, les orties se filent et se tissent en Europe. Elles font partie des fibres végétales oubliées, de même que les mauves et le tilleul…

Au Népal, certaines variétés d’orties sont encore filées et tissées traditionnellement.

Mais je n’ai trouvé que très peu de littérature à ce sujet, à part quelques mentions de Michel Pastoureau dans ses livres. Le personnage légendaire de Robin des Bois aurait été vêtu de vêtements à base d’orties.

Lors de mes recherches pour la rédaction de cet article, j’ai appris que les fibres d’orties sont très solides. On en faisait des toiles de tentes, des vêtements de travail et même des uniformes… Mais je n’ai pas encore trouvé d’informations techniques concrètes.

Des videos

Si les écrits manquent, il existent quelques videos en anglais sur Youtube. Je les ai visionnées plusieurs fois pour vérifier certains détails avant de me lancer. Lien. Cette video m’a beaucoup aidée pour mon premier test.

Ma filature d’orties

Après ce temps de recherche, je me suis lancée. Il faut bien se décider à passer à l’action.

Orties, premier essai de préparation de fibres fraîches
Orties, premier essai de préparation de fibres fraîches

La préparation

J’ai dû changer d’outils, revisionner une video… et m’armer de patience, beaucoup de patience. Car, je n’ai filé que 4, oui 4 orties en plusieurs heures. Cela relève presque de la méditation, il fallait observer de nombreux détails.

Ce marteau en caoutchouc semblait bon, mais il s’est cassé. Il était cependant trop cassant pour les fibres.

Orties fibres marteau
Ce deuxième marteau était beaucoup plus violent pour les fibres d’orties

Comme les fibres se cassaient trop, j’ai encore cherché une autre solution, un manche d’outil en bois, était plus doux.

manche en bois pour frapper les orties
Ce manche en bois pour frapper les orties m’a semblé être la meilleure solution

Dans cette image, on voit les fibres externes des orties qui ont été sélectionnées. Comme dans la video, je vais les gratter doucement avec le couteau pour enlever la pectine qui unit les fines fibres à filer.

orties fibres
J’enlève mécaniquement la pectine entre les fibres des orties en les grattant doucement au couteau

Voici ce que j’ai obtenu avec une première ortie.

fibres une orties
Résultat de préparation de fibre d’une seule ortie, début filature

Il s’agit, en fait de redécouvrir des gestes anciens, détruits par l’urgence des temps modernes.

Traitement des fibres obtenues

Enfin, le résultat: une petite poignée de fibres verdâtres.

D’abord, j’ai rincé cette première partie à la lessive de cendres, fabrication maison, dans l’espoir d’assouplir un peu ces fibres encore un peu rêches.

Filature orties
Filature de la première ortie, encore humide, après lavage à la lessive de cendres

Puis, une autre partie a été traitée au vinaigre blanc additionné de bicarbonate de soude, dans le même but… Le reste de cette préparation servira pour laver la vaisselle…

traitement des orties
Traitement des orties au vinaigre et au bicarbonate

Ce verre contient les fibres de 3 orties.

Ces deux traitements, le premier plutôt basique, le second plutôt acide, ont été copieusement rincés ensuite.

Je suis à la recherche d’un outil à teiller manuel pour poursuivre mes recherches textiles. Cet outil, s’utilisait encore au début du XXème siècle, pour préparer les fibres de chanvre et de lin.

Machine à teiller qui sert à préparer les fibres de lin, de chanvre, mais aussi d'orties
Machine à teiller qui sert à préparer les fibres de lin, de chanvre, mais aussi d’orties

La filature

Alors, j’ai filé ces fibres encore humides, en espérant qu’ainsi elles s’agglutineraient mieux, comme pour la laine.

filature d'orties
Filature d’orties au fuseau

Il est à noter que les fibres restent vertes, même après avoir séché.

J’aurai donc passé tout un après-midi pour filer seulement 4 plantes. Mais cette expérience valait la peine.

Après quelques mois, il me semble que le vert a un peu pâli.

Photo récente de mon teste de filature d'orties
Photo récente de mon teste de filature d’orties

Prochains tests

Orties séchées

Alors que mon premier test était avec des orties fraîches, j’ai laisser sécher des orties martelées dans l’espoir que les fibres se séparent plus facilement des parties ligneuses.

La partie blanchâtre ligneuse semble se séparer mieux, mais les fibres externes se sont aussi coupées et ont donc rétréci. Il faut encore les séparer de la substance verte qui unit les fibres.

orties preparees
Orties préparées pour la récupération des fibres

Je pense que je vais les faire tremper pour faciliter la suite du travail.

Orties trempées

J’ai aussi laisser tremper une partie de la botte d’orties effeuillées dans une grande auge remplie d’eau de pluie, pour tester une méthode similaire à celle utilisée pour le lin et le chanvre. Cette technique est appelée rouissage.

Le temps de rouissage peut être assez long.

Orties séchées entières

J’ai aussi une réserve d’orties coupées qui attendent aussi d’être testées.

mauves et orties
Mauves et orties en attente de filature

Les mauves et les roses trémières aussi peuvent être filées, mais la documentation à ce sujet est encore plus pauvre.

La ramie, une cousine de l’ortie

La ramie est une plante de la même famille que les orties, mais elle ne pique pas. Elle est cultivée surtout en Asie pour la production de textiles. Ces fibres sont un peu brillantes et très agréable au toucher.

Je suis à la recherche de graines de ramie. J’aimerai pouvoir compléter mon expérience en ce qui concerne les urticacées.

Je n’ai toujours pas vu de ramie, comme plante, mais lors de mon dernier voyage en Suisse, j’ai pu en acheter. En effet, mes amis du Village Lacustre de Gletterens m’ont très gentiment amenée voir des boutiques de laines. Dans l’une d’elles, il y avait de nombreuses fibres, dont de la ramie. J’en ai donc acheté 100 grammes pour la tester.

C’est très doux et résistant. Mes amis qui travaillent dans la reconstitution archéologique me commentaient que l’idéal pour les cordes d’arc était la fibre d’ortie. J’en ai filé un peu, puis je l’ai retordue pour qu’ils la testent sur leur arc.

Enfin, les orties teignent aussi….

Entre autres substances utiles, elles contiennent de nombreux flavonoïdes qui interviennent notamment dans les teintures jaunes

Maintenant, le bain de teinture est en préparation et attends Coralie, la propriétaire de la laine…

bain teinture orties
Bain de teinture d’orties en attente, cuisson prochaine

Sur le feu

Coralie aime le jaune et veut se faire un tapis de yoga. Nous teignons donc la laine en toison après lavage et rinçage.

Le premier bain d’essai était composé de 10 kg de ronces qui ont attendu plus d’un mois le lavage de la laine, le résultat a été un peu décevant. Peut-être que le mordançage à l’alun a été un peu insuffisant. J’avais voulu l’économiser. Mais la casserole était grande. J’ai obtenu de bien meilleurs résultats avec les ronces à Puerto Montt.

preparation teinture ronces
Préparation du bain de teinture aux ronces

Puis, le deuxième bain, plus sympathique a été complété et remplacé les ronces par des camomilles des teinturiers qui ont donné un meilleur jaune. Peut-être que le post-mordançage n’a pas été suffisant, lors du premier bain.

camomille des teinturiers
Les camomilles des teinturiers fourniront un excellent second bain

Voici le résultat de ce deuxième bain.

teinture ronce camomille
À gauche, teinture aux camomilles des teinturiers. À droite, teinture à la ronce. Laine séchée, cardée, doit être relavée…

Le troisième bain sera un bain d’orties pour récupérer les feuilles et les restes de tiges des plantes que j’ai essayé de filer.

Teinture aux orties
Bain de teinture aux orties

Il fallait aussi que je les teste en ecoprint, car ces feuilles sont délicates et devraient avoir un joli rendu. Mais, le test fait au Village Lacustre de Gletterens a été plutôt décevant, curieusement. Il faudra que je recommence avec les orties de Biolab Maraîchage.

Couleur d’orties…

couleur orties
Voici le résultat, valorisation de déchets d’orties

Les orties bio-indicatrices

Je ne peux pas rester sans mentionner le caractère bio indicateur de cette plante et je vous invite donc à voir les nombreuses video passionnantes de Gérard Ducerf et de Konrad Schreiber.

Jeunes orties dans une serre
Jeunes orties dans une serre, future matière première et remède pour la terre

Et le purin…

Il ne faut pas oublier le fameux purin d’orties qui a tant fait parler de lui, tant il était absurde de vouloir l’interdire. Nous avons fait des tests avec différentes plantes, avec une wwoofeuse, Mayeni.

C’était un autre pas à franchir, nous avons profité d’un grand tonneau, de “mauvaises herbes” et de quelques gros orages pour l’eau de pluie… Le temps a fait le reste.

Nous pensons rédiger un article en commun, prochainement, concernant différents purins. L’ortie est bonne pour la santé humaine, animale. Mais, elle est aussi excellente pour les plantes.

purin d'orties
Gregory, wwoofer à Biolab nous aide à enlever les orties du purin, avant de le filtrer. Heureusement, les odeurs ne passent pas par internet. Mais c’est très efficace.

Du papier d’orties

J’aimerai beaucoup faire des essais de papier végétal. Les orties pourraient être une bonne matière première.

J’ai de bons espoirs de pouvoir bientôt faire quelques tests, histoire d’agrandir un peu mes champs de compétences.

Conclusion

Il me semblait nécessaire de rendre justice à ces mal aimées que sont les orties en rappelant quelques une de leurs qualités. Nos temps épris d’urgences (parfois et même souvent inutiles et insensées) nous les ont fait oublier.

Et pourtant, même Victor Hugo leur a dédié un poème

Je dois remercier Madame Marie Pierre Puybarret pour les informations précieuses qu’elle m’a données si gentiment. Je vous invite a visionner un documentaire Neolithic Fashion” où on la voit tisser une reconstitution magnifique de tunique néolithique.

Un grand merci

Je suis de retour en France, j’y serai jusqu’au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile
Un grand MERCI d’avance à tous ceux qui m’aideront
Article mis à jour le 16 septembre 2020

Merci, merci et encore merci

Il paraît qu’exprimer sa gratitude, dire merci, est bon pour la santé, je vais donc créer une nouvelle page, car je dois dire merci à beaucoup de gens et cela me semble simple justice.

Pour faire vite, pour le moment, je vais reprendre une partie du rapport que je suis en train de rédiger pour mon diplôme par VAE, où l’on me reprochait de parler trop souvent d’amis.

Encore une fois, mon expérience se situe au Chili, où règne encore une certaine solidarité[1] et donc les relations et l’amitié ont beaucoup d’importance.

Ce sont parfois seulement des relations commerciales, mais avec un petit plus difficilement traduisible en français. Ils méritent aussi leur merci.

Il y a ainsi un certain nombre de personnes qui ont participé de manières diverses à mon développement professionnel. Et je leur suis très reconnaissante, au point que je pense à créer une page sur mon site web pour leur exprimer ma gratitude.

Cette participation est d’autant plus importante dans le cadre de l’économie de la connaissance[2], mais aussi de celle de la contribution. Les apports des amis sont donc des briques de base de la construction de ma professionnalisation.

“Les amis sont des compagnons de voyage, qui nous aident à avancer sur le chemin d’une vie plus heureuse.” Pythagore

Chili

Viña del Mar

Il faudrait commencer par Alejandro Cespedes, mon premier client à l’imprimerie, qui me faisait ma comptabilité et m’a beaucoup aidé lors des différents déménagements. Sans lui je n’aurais pas pu imprimer sur métal.

La Ligua

Beaucoup de gens m’ont aidé durant les difficiles années que j’ai passées à La Ligua. J’ai oublié certains noms, pas certainement pas tout ce que je leur dois.

Métiers à tisser

Pour les métiers à tisser, il faudrait citer Homero Campusano, avec qui j’ai pu développer mes premiers métiers à clous, avec lesquels je travaille encore. Il y a aussi eu Pato Pato qui m’a découpé mes métiers pour les gilets. Je regrette beaucoup sa disparition.

Copiapo

D’autres comme Daisy de Paipote, m’ont rencontré sur une foire et m’ont proposé mes premières expériences de cours.

Iquique

Les artisans hippies d’Iquique (Pato Pato, Barba, Naty, Memo, les deux Lalo… et beaucoup d’autres du Pasaje Baquedano dont je ne connais que les surnoms) m’ont beaucoup aidé dans la période de vente ambulante.

Véronica, artisane, thérapeute en fleurs de Bach, beaucoup mieux établie socialement que le groupe précédent, m’a offert entre autres la possibilité de donner le cours à Pica. Bien que j’enseignais mes techniques, les participantes m’ont beaucoup appris et je leur dois un grand merci.

Jeannette Baeza, designer textile et créatrice de costumes de théâtre à Iquique à organisé plusieurs expositions dans sa boutique, ou avec Veronica et d’autres a organisé une exposition au Palais Astoreca, ainsi qu’un défilé de mode « Indigène » où elle présentait un certains nombre de pièces qu’elle m’avait achetées et parfois modifiées.

Roxana, responsable du Syndicat des Propiétaires de Bateaux de Tourisme du Muelle Prat à Iquique qui m’a autorisé à vendre sur ce quai, ce qui le rendait plus attractif. Il y avait là aussi Cecilia Chang qui prenait beaucoup de plaisir à défiler avec mes tricots et vendait ses colliers.

Merci à ceux de Mamiña

Raquel Mamani de Mamiña, avait 3 kiosques dont elle ne pouvait évidemment qu’en tenir un à la fois. Mon arrivée à Mamiña lui permettait donc de vendre plus et me donnait la possibilité de vendre mes produits.

Son frère, Gumercindo, m’a aussi donné des informations précieuses qui me servent au quotidien.

Carmen Zenaida Reyes, vient de l’île Maillen[3], mais tient un « Residencial »[4] à Iquique, elle m’a été présentée par un collègue artisan lors de mon retour à Iquique, à la suite de l’accident de transport en commun que j’ai eu en Bolivie. Elle est aussi artisane et m’a toujours reçu gratuitement lors de mes passages à Iquique.

Uldis, gros propriétaire terrien, passionné d’artisanat, notamment textile, m’a proposé de développer un projet une sur parcelle de 200 hectares, à Concon, près de Viña del Mar, Zone centrale.

Don Esteban et sa femme

Sebastiana et son mari Braulio

“El Fanta”

“El Soldado”

María Bacian, l’institutrice

Juan José Cautin

Señora Berta

Lalo de Mamiña

et bien d’autres…

Rancagua

Lucia Fuentes et son mari

Puerto Montt

Angel de Puerto Montt, commerçant en laine et artisanat, je suis arrivée en cherchant de la laine et la même nuit, je dormais dans son local. Je travaille avec lui depuis plus de cinq ans.

Andacollo

Solange Carmona, aussi thérapeute en fleurs de Bach, cherchait à apprendre la teinture naturelle et une amie commune nous a mis en contact. Il y a eu donc une première semaine de cours, puis je suis passée la voir quelques jours avant mon voyage au Pérou et à nouveau récemment à mon retour de France, je suis passée la voir et nous avons de nouveau teint. Elle a des projets auxquels elle veut m’associer.

Santiago

Un grand merci aux étudiants du groupe de Fernan à qui je dois un microscope et de nombreuses informations…

À la mère et à la soeur d’Angel qui m’ont reçue plusieurs fois chez elles, dans ce Santiago si grand et un peu inquiétant…

À Leila Sammur, avec qui j’ai eu le plaisir de visiter “El Pueblito Artesanal – Los Domenicos”

Argentine

Lucrecia et Mara, à Santa Fe (Argentine) se sont aussi converties en amies lors du premier cours, elles m’ont aussi acheté beaucoup de tricots et il y a eu un second cours, trois ans plus tard et nous sommes restées en contact.

Pérou

Antonio Oquiche

Segundo, d’Artequilla à Cajamarca

Equateur

Ivan et Narcisa

Madagascar

Et, j’allais oublier Hilaire de Madagascar, encore un cas d’échanges, basés sur la confiance et l’amitié.

Il y a bien sûr Andrée Ethève qui a organisé l’IFPECO de Madagascar en 2017.

Merci aussi au propriétaire de l’Hotel Shangai à Antananarivo qui m’a donné de bons tuyaux informatiques…

France

Je crois que je vais devoir un grand merci à l’équipe des Crapauds Fous que j’ai découverts grâce à la l’interview de Thanh Nghiem sur la chaîneThinkerview

Enfin, je dois remercier Madame Marie Pierre Puybarret pour les informations qu’elle m’a données si gentiment. Je vous invite a visionner un documentaire Neolithic Fashion” où on la voit tisser une reconstitution magnifique de tunique néolithique.

La Mère Lison, ce n’est pas une personne comme on pourrait le croire, mais une association bien sympathique qui tient une petite librairie à Loches. Ils m’ont beaucoup aidé, à plusieurs reprises.

Merci, aux adhérents du FabLab de Loches et notamment à Jean-Noël sans qui ce site ne serait pas en état de marche…

Joëlle, de l’Atelier de Joëlle, le Fablab de Loches

Éric, Dominique et Pierre que j’ai rencontrés au Village Lacustre de Gletterens, en Suisse.

Paul Thierry et Valentin de Biolab Maraîchage

Merci aux wwoofers

Merci aux Amapiens et tout spécialement à Monique…

Suisse

Je viens de faire un merveilleux voyage en Suisse, pour les Rencontres Préhistoriques, au Village Lacustre de Gletterens.

Je tiens à remercier ardemment toute l’équipe qui a rendu possible cet événement sans pareil et à tous ceux que j’ai rencontré là-bas.

Encore, merci…

Pour tous ceux qui me lisent régulièrement, car il ne faut pas les oublier…

Conclusion, un grand merci pour tous

L’ordre dans lequel je mentionne les pays et les amis est totalement aléatoire, car bien sûr ce texte ne vise pas à créer une échelle absurde, chacun a joué son rôle…

La catégorie “ami” ne correspond donc pas à « ami facebook », mais à des personnes qui ont influencé très positivement mon développement professionnel, ce sont cependant plus que des relations commerciales, ce qui ne leur quitte pas leur sérieux, d’autant plus que je ne bois pas d’alcool, ne fume pas et ne me drogue pas.

Les contacts sont beaucoup plus facile au Chili et il me semble que tous ces gens me considèrent comme leur amie.-Il ne s’agit donc pas de camaraderie, mais bien de relations professionnelles améliorées.

Toutes ces aides ont joué un rôle appréciable dans mon évolution professionnelle.Qui peut se construire professionnellement seul ?

Il ne s’agit que d’un début… Cet article va s’allonger au fur et à mesure. Soyez patient.

Il faudrait un merci de plus pour que le SEO soit content

Donc, à mon extension merci de me prévenir



[1] Comme le commente une chanson du duo Schwenke y Nilo qui fait la comparaison entre l’augmentation régulière  de l’importance de la carte bancaire et la diminution de la solidarité et de l’importance sociale de l’amitié.

[2] Il s’agit d’un thème cher à Idriss Aberkane, qu’il a développé dans de nombreuses conférences et dans son livre « Libérez votre cerveau ».  Une économie bien plus ancienne que l’économie matérielle et plus rentable, 1 + 1 = 3, favorise les amoureux…

[3] Île en face de Puerto Montt.

[4] Hôtel économique, si vous voyagez à Iquique, Pasaje Baquedano con Riquelme, Iquique, Iª Región, Chili

Video et Documentaires Textiles

/// Video et Documentaires Textiles ///
Nouvelle révision de cet article le 28 Mars 2020
Je suis bien revenue en France et j’y serai jusqu’au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

On peut apprendre beaucoup en regardant des video. Cet article sera donc alimenté régulièrement.

Après mes indications bibliographiques, je vais donc réunir dans cette page des directions de video et documentaires textiles avec leur liens, au fur et à mesure de mes découvertes…

J’attends vos propositions de lien pour enrichir cet article.

En attendant que je crée, mes propres video (il faut que j’apprenne encore cela…), je vous invite à visiter ce que j’ai découvert lors de mes recherches sur internet et pendant mes voyages…

Video sur les textiles

Le Musée d’Arts Précolombiens de Santiago du Chili présente de nombreuses voici le lien.

Je viens de découvrir une video sur les tissages de crins de cheval.

Je viens de découvrir une conférence gesticulée sur le textile.

Video sur les métiers à tisser

Video sur la filature

Il y a beaucoup de manière de filer et beaucoup de matières premières.

Je viens d’en découvrir une nouvelle bien originale.

Les orties

Voici deux videos en anglais sur la préparation et la filature des orties. Cela donne envie d’essayer.

Video sur la couleur

Podcasts de France Culture, janvier 2013.

Concernant la théorie de la couleur et Goethe, un autre reportage d’Arte: https://www.youtube.com/watch?v=ARkldz8Im2w

Cinq émissions sur les couleurs avec Michel Pastoureau.

Video sur la teinture

Dominique Cardon

Voici la dernière video que je viens de trouver et une autre plus ancienne, en français.

Michel Garcia

Michel Garcia a été un de mes premiers maîtres en teinture avec Dominique Cardon dont j’ai lu et relu tous les livres. Je vous invite à visiter son site.

Il a publié plusieurs DVD techniques très instructifs, disponibles sur son site ou chez Couleur Garance.

Voici une court film, ancienne, où il présentent les plantes tinctoriales, à Lauris

Il y en avaient trois, et il vient de publier la quatrième video: “Natural Dye Workshop IV: Beyond Mordants Indigo and Direct Application of Dye”

Je l’attends avec impatience.

Je viens de le recevoir, ce sont près de 4 heures de concentré d’informations.

Je viens de prendre le temps de le voir, il est vraiment passionnant. Rien que de la teinture sans mordants chimiques, et vraiment beaucoup d’informations et de réflexions.

Couleur Garance

Une autre video, plus récente sur Couleur Garance.

Shibori

J’ai plusieurs video sur le shibori qui est une technique de teinture avec réserves, aussi appelée tye-dye, utilisant des amarres.

Yoshiko Iwamoto Wada

Il s’agit d’une grande spécialiste japonaise des textiles. Elle organise des ateliers et des voyages sur les thèmes textiles. Elle a écrit de nombreux livres et produit des DVD

shop.slowfiberstudios.com

Américaine

Ikat

J’ai aussi une video sur la pratique rituelle de l’ikat à Rumah Gary à Borneo.

Video sur les voyages

Ady Gasy

Ady Gasy de Lova Nantenaina est le premier film que je vous recommanderai dans cette section. Je l’ai vu la première fois lors de l’IFPECO à Madagascar. C’est impressionnant et très instructif…

Vous pouvez vous le procurer chez Laterit Production.

Ady Gasy, une video à voir absoolument
Ady Gasy, une video à voir absolument

Video sur les plantes

Je pense d’abord à la série de Jean Marie Pelt sur la grande aventure des plantes. Jean Marie Pelt est aussi l’auteur de nombreux livres passionnants.

Je recommanderai aussi les conférences et video de:

  • Hervé Coves, il vous fait apprécier les ravageurs.
  • Georges Oxley, comestibles sauvages…
  • Francis Hallé, les arbres vus sous toutes leurs dimensions…
  • Jean-Marie Pelt, des documentaires et des livres passionnants…
  • Gérard Ducerf, ses livres sur les plantes bioindicatrices valent vraiment leur prix (voir chez Promonature qui diffuse aussi bien d’autres livres)
  • Claude et Lydia Bourguignon, les sols vivants ou l’on apprend comment Paris s’alimentait de sa propre production maraîchère au XIXème siècle, et bien d’autres informations surprenantes…
  • Olivier Husson qui parle de la “Santé des plantes par le RedOx
  • Gilles Clément, de nombreux livres très poétiques
  • Konrad Schreiber, de nombeuses video passionnante et très didactiques,
  • Maurice Chaudière, sculpteur, greffeur, apiculteur et auteur du livre “Le goût du sauvage” avec Ruth Stegassy,
  • Marc André Selosse, j’ai lu son livre “Jamais seul“, on y apprend beaucoup de choses sur le microbiote… Je viens aussi de le second sur les tannins, vraiment très intéressant, et maintenant des conférences.
Livre de MMarc-André Selosse sur les tanins
Livre de Marc-André Selosse sur les tanins

Chacun a des points de vue différents, qui se complètent souvent…

Lors de recherches pour la rédaction d’un prochain article sur les “mauvaises herbes”, une amie m’a fait découvrir quelques sites d’informations botaniques.

À cela, il faudrait ajouter Telabotanica, en français, qui propose aussi des MOOC et une application de reconnaissance botanique.

Video d’archéologie

Video de philosophie

Bernard Stiegler

Miguel Benasayag

Chaînes youtube

Thinkerview

Passeurs d’histoire d’histoire de vie

Un site plein de surprises

Podcasts

France Culture

J’écoute souvent France Culture avec un peu de retard, en podcast, mais c’est généralement très intéressant.

Autres video

Conférence gesticulée inclassable, Laurent Rigaud

Depuis quelques temps, je reçois des video du Corning Glass Museum, c’est très beau de voir comment les artistes du verre confectionnent des pièces artistiques. Travail en équipe et beaucoup de matériel à disposition, très professionnel. Malheureusement en anglais.

Quelqu’un des Crapauds Fous m’a donné le lien suivant, mérite d’être vu et médité.

A la suite d’une remarquable conférence gesticulée de Bernard Friot, j’ai découvert les stages de langue de bois.

Matières premières, que choisir?

/// Matières premières /// Article mis à jour le 31 août 2019
Prochain retour en France du 25 février au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Matières premières: fibres végétales, animales, artificielles, synthétiques?

Tout bon livre de teinture naturelle (il en est de même pour les teintures chimiques) commence par une description des fibres. Cela est d’une très grande importance, de cela dépend le type de mordant et bien souvent le résultat.

Oui, je sais, je vous ai déjà parlé des matières premières. Je ne vais pas radoter, mais c’est un thème important et j’ai de nouvelles informations à vous apporter. Ainsi, je vous invite à relire le précédent article.

Les matières premières à la loupe

Ou mieux encore, au microscope. J’en rêvais depuis longtemps…

Une des meilleures méthodes pour déterminer à quel type de fibre on a affaire, est de l’étudier au microscope.

Et je vais sortir mon microscope

Un étudiant doctorant, Fernan, est venu avec des amis de Santiago au local Rincón de Angel et nous avons beaucoup parlé de teintures, eux les utilisaient pour leurs préparations au microscope.

Ils auraient préféré utiliser des teintures naturelles pour cela. Je leur ai donné un peu de cochenille pour qu’ils fassent des essais. Très peu leur suffisait…

Le retour de Fernan

Quelques mois plus tard, Fernan est revenu avec 20 étudiants de son laboratoire. Et ils m’avaient apporté un microscope qui se branche sur l’ordinateur.

Voici le fameux microscope
Voici le fameux microscope

C’est un bon outil pour analyser rapidement des matières premières. Les fibres se distinguent par leur forme, la présence d’écailles… Tout cela influe sur la teinture.

On peut aussi voir si la laine est propre ou contient encore de la graisse. C’est très important pour la solidité de la teinture qui préfère s’allier à la graisse qu’à la fibre et aura tendance à s’en aller avec la graisse au lavage.

Je vais donc le brancher pour continuer l’article

Depuis que je l’ai, il a voyagé avc moi, au Pérou, au Brésil, et maintenant en France, il va certainement m’accompagner lors de mon tour du monde pour analyser toutes les fibres que je rencontrerai sur mon chemin.

Le voici branché il faut bien installer l’éclairage et le régler…

Microscope installé, près à visionner différentes matières premières
Microscope installé, près à visionner différentes matières premières

Nous allons voir de belles matières premières

Je vais réunir les fibres que j’ai sous la main pour vous les montrer sous un autre jour.

Petit sac de restes de fibres, à vérifier au microscope
Petit sac de restes de fibres, à vérifier au microscope

Laines

Chez mon ami Angel, il y en a une grande variété.

Laine de mouton vue au microscope, on voit les petites écailles
Laine de mouton vue au microscope, on voit les petites écailles

Alpaga

Je vais vous montrer ce que j’ai tondu à Concon en 2017.

Fibres d'alpaga vues au microscope
Fibres d’alpaga vues au microscope

Vigogne

J’en ai trouvé en Bolivie. C’est rare et très cher.

Fibres de vigogne, c'est vraiment beaucoup plus fin...
Fibres de vigogne, c’est vraiment beaucoup plus fin…

Coton natif péruvien

Eh oui, le coton n’a pas toujours été blanc, et celui a bien failli disparaître. Heureusement, il y a des artisans qui le sèment encore, notamment dans la région de Chiclayo (Nord du Pérou).

Il est brut de récolte, ces fils semblent plats.

Fibres de coton natif péruvien
Fibres de coton natif péruvien

Soie de Madagascar

J’en ai ramené de chez mon ami Hilaire, quand je suis allée à l’IFPECO de Madagascar. Il m’en reste un peu.

Soie de Madagascar non décreusée
Soie de Madagascar non décreusée

J’ai aussi décreusé un peu de cette soie, nous allons aussi l’étudier.

Soie décreusée
Soie décreusée

Autres soies

Voici la soie du Laos qu’utilise mon amie à l’Atelier de Joëlle…

Soie du Laos, fiilée industriellement, teinture chimique
Soie du Laos, fiilée industriellement, teinture chimique

Paille à chapeau, d’Equateur

J’en ai ramené un peu de Ciudad Eten, près de Chiclayo, où ils ont la spécialité de tisser des chapeaux… Les femmes tressent leurs chapeaux, chez elles. On les voit depuis la porte ou la fenêtre ouverte…

Paille utilisée dans les chapeaux tissés au Nord du Pérou, elle  provient d'Equateur, tout proche
Paille utilisée dans les chapeaux tissés au Nord du Pérou, elle provient d’Equateur, tout proche

Cheveux humains

Je vais en profiter pour examiner mes cheveux, pourquoi pas. C’est très instructif.

Mes cheveux
Mes cheveux

Crin de queue de cheval (noir)

Quand je suis allée tondre les alpagas à Concon, on m’a donné une queue de cheval. Nous allons donc étudier ces crins.

Crin de cheval, c'est vraiment très gros au microscope
Crin de cheval, c’est vraiment très gros au microscope

Chanvre

Ma voisine récupère auprès du facteur les liens des paquets de courrier. Il paraît que c’est du chanvre.

Chanvre
Chanvre

Lin

Je n’ai pas retrouvé de fibre de lin. Quand j’en aurai je remettrai à jour cet article.

Orties et ramies

Les orties et la ramie (sous-espèce d’ortie non urticante) sont aussi des fibres intéressantes, mais je n’en ai malheureusement pas d’échantillon.

Fibres de bananier

J’ai ramené un peu de fibres de bananiers de Madagascar, cet échantillon a été teint à la cochenille.

Fibres de bananier
Fibres de bananier

Sisal

Celui-ci provient aussi de Madagascar, il a été légèrement teint à l’indigo.

Sisal de Madagascar
Sisal de Madagascar

Rafia

J’ai aussi ramené un peu de rafia de Madagascar, qui en produit beaucoup. Celui-ci a été teint à la cochenille. Naturel, il et moins blanc que la paille à chapeau équatorienne.

Rafia, teint à la cochenille
Rafia, teint à la cochenille

Plume

Je viens de trouver uune plume dans la toison d’alpaga que j’allais préparer pour la filer… Nous allons l’étudier.

Plume, duvet
Plume, duvet

Fibres de bambou

Je n’en ai pas. Il s’agit en fait d’une viscose de bambou, avec tout le brillant de la viscose et tous ces défauts. La viscose est une fibre très flateuse, qui se teint généralement très bien.

N’importe quelle cellulose convient pour la fabriquer. Pratiquement toute biomasse végétale doit pouvoir servir à sa fabrication. Il s’agit donc d’une fibre artificielle.

Le problème est que le mode de fabrication, en général à base d’acétone ou d’autres solvants organiques, produit beaucoup de COV (composés organiques volatiles) et autres déchets qui ne sont pas franchement aimables avec le milieu ambiant.

La viscose est aussi très inflammable. Les retardateurs de combustion sont par ailleurs très toxiques.

Les fibres qui me manquent…

Liber de tilleul et de bouleau, qui furent longtemps utilisés, notamment au moyen-âge.

Lapin et chèvre angora, yack…

Synthétiques et artificielles

Il faut bien voir ce qui nous envahit…

Laine fantaisie, fibres synthéques
Laine fantaisie, fibres synthéques

Visite à leur laboratoire

Quelques temps plus tard, avant de repartir en voyage, je passe quelques jours à Santiago. Et Fernan m’invite à une conférence de ses étudiants à leur campus Lo Contador, Faculté d’Architecture – Université Catholique à Santiago du Chili.

C’était très intéressant. Il y avait là un FabLab, je n’ai seulement pu le voir que par une grande baie vitrée, il y avait beaucoup de machines.

Nouveaux Projets avec Fernan

Voici des nouvelles fraîches. Je viens de reprendre contact avec Fernan qui me propose plusieurs projets concernant l’amélioration de ce microscope et sa diffusion en open source et low cost.

Il l’utilisait pour l’étude des levures et veut l’adapter mieux à l’étude des matières premières textiles.

C’est vraiment une bonne nouvelle!

Métier à tisser Tissanova

Métier à tisser Tissanova – Article mis à jour le 26 janvier 2020
Prochain retour en France du 25 février au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Nouveau métier

Tissanova, ce n’est pas une nouveauté, ils ont plus de 50 ans. Pour moi, c’est un souvenir d’enfance… Cela a été ma première expérience de tissage. La fabrique a fermé dans les années 1960.

C’est très différent du Métier María, des métiers à clous et de ceux de fortune dont j’ai parlé dans des articles précédents. J’aime varier les techniques.

Découverte d’un groupe facebook Tissanova

Par hasard, un jour, j’ai découvert un groupe Tissanova, je ne savais pas que c’était la marque de mon jouet d’enfance.

Si vous êtes intéressés par ce type de métier à tisser, je vous invite à prendre contact avec ce groupe, ce sont des passionnées. Ce sont elles qui m’ont signalé la petite annonce, pour mon troisième métier de ce type.

Il y a aussi un blog dédié, très intéressant.

Mon premier métier Tissanova

Il était petit, environ 20 x 30 cm, il ne me reste que le peigne, mais c’est un miracle que je l’ai encore après 50 ans de déménagements internationaux et interrégionaux, à chaque déménagement on perd des choses, quand j’ai déménagé de Mamiña à Puerto Montt un sac contenant un métier maya et mon métier de ceinture que j’avais ramené de Moquegua avait disparu…

Peigne de mon premier métier Tissanova
Peigne de mon premier métier Tissanova

Quand j’étais petite, j’ai tissé des napperons en raphia naturel et synthétique, avec des chaines en coton qui ne faisaient que la longueur du métier.

Le second métier Tissanova

Quand je suis passée en France, pour aller à l’ISEND de Kuching, ma mère m’en a acheté un autre du même style un peu plus grand.

Second métier style Tissanova et peigne du premier
Second métier style Tissanova et peigne du premier

Je l’ai testé de retour à Mamiña avec de la laine d’alpaga, le cadre permet d’enrouler la chaîne et la toile. Mais, j’ai eu de grosses difficultés car les barreaux d’ensouple avaient tendance à se dévisser.

Tissanova, vue de côté, on voit les écrous papillons qui ont tendance á se dévisser
Vue de côté, on voit les écrous papillons du Tissanova qui ont tendance á se dévisser

En outre, les fils de chaîne avaient tendance à sortir du peigne, j’ai essayé de les bloquer avec un morceau de Scotch, ce n’était vraiment pas l’idéal. Ce peigne n’a pas la rainure des deux autres métiers Tissanova.

Second métier Tissanova, vue d'en haut
Second métier Tissanova, vue d’en haut

J’ai tout de même réussi à tisser deux écharpes, je n’allais tout de même pas gâcher toute cette laine d’alpaga.

Je n’en ai malheureusement pas pris de photo.

Le troisième métier Tissanova

Il m’est arrivé hier de France, dans son emballage d’origine, je n’ai pas résisté à l’envie de l’essayer tout de suite. Il est très léger, ce qui plaît beaucoup, car ainsi il pourra m’accompagner lors de mon tour du monde textile et tinctoriale.

Je viens juste de déballer mon nouveau métier Tissanova
Je viens juste de déballer mon nouveau métier Tissanova

J’ai dû trouver une laine assez fine, par chance j’en avais une assez grosse pelote, malheureusement, elle n’avait pas été retordue, j’ai profité de notre rouet pour le faire.

Je retords la laine qui était composée de deux fils simples
Je retords la laine qui était composée de deux fils simples

A peine la laine retordue, j’ai commencé à monter la chaîne, j’ai envoyé une photo au groupe Tissanova, j’ai tout de suite eu des informations me donnant des conseils très utiles.

´Montage erroné, heureusement que le groupe Tissanova m'a prévenue à temps, j'ai donc recommencé
´Montage erroné, heureusement que le groupe Tissanova m’a prévenue à temps, j’ai donc recommencé
J’ai donc remonté la chaîne comme cela me paraissait logique, c’est-à-dire en enroulant la chaîne autour du cadre

J’ai utilisé la barre régulateur pour répartir mieux les fils sur le peigne, j’aurai très bien pu m’en passer.

Installation du peigne Tissanova
Installation du peigne Tissanova

Puis, j’ai commencé à tisser.

Tissage et bobines de soie utilisées pour cette pièce sur Tissanova
Tissage et bobines de soie utilisées pour cette pièce sur Tissanova
Tissanova Début du tissage, j'ai déjà enlevé la barre régulateur
Début du tissage, j’ai déjà enlevé la barre régulateur

J’aurai dû laver la laine avant de la tisser, en effet, elle glisse mal sur le peigne et quand on passe la navette entre les fils de chaîne, et là, on n’a pas beaucoup de place.

Tissage bien avancé
Tissage bien avancé

J’ai tout de même réussi à tisser une pièce complète de 34 cm x 1,20 m en un jour et demi.

Je passe les dernières trames
Je passe les dernières trames
Je termine par un point péruvien
Je termine par un point péruvien
Pièce prête à être coupée
Pièce prête à être coupée
Pièce sortie du métier
Pièce sortie du métier

Comme d’habitude, je fais des finitions.

Finition des des bords au crochet
Finition des des bords au crochet

Comme cette pièce est relativement fine, je vais la laver bien, et je vais la teindre en ecoprint.

Pièce terminée
Pièce terminée

C’était donc ma méthode instinctive pour monter ce métier. Il n’est pas exclu que je l’utilise de nouveau.

Nouvel essai sur Tissanova avec de la soie

J’ai ramené de la soie domestique de Madagascar, je vais essayer de la tisser sur mon nouveau Tissanova. Je l’ai utilisée en double pour plus de solidité, je ne l’ai pas retordue, je vais devoir consulter mon ami Hilaire. Il fait un certain nombre d’opérations avec son fil de soie avant de monter sa chaîne.

Machine pour mouliner la soie, chez mon ami Hilaire, à Talata, Madagascar
Machine pour mouliner la soie, chez mon ami Hilaire, à Talata, Madagascar

Je verrai si je la teindrai aussi en ecoprint certainement après l’avoir utilisé comme une pièce de gaze dans du feutre.

Tisser la soie est bien différent. C’est la première fois que je tisse de la soie.

La laine naturelle a tendance à s’accrocher entre les fibres, ce qui est très intéressant au niveau du tissage, cela n’oblige pas à tisser serré. Cela est pour moi une expérience nouvelle.

J’ai donc monté une nouvelle chaîne en suivant les explications de la notice et j’ai commencé à tisser. Les fils s’accrochent moins dans le peigne et l’ouverture se fait plus facilement. J’ai utilisé les fils en double, aussi bien pour la trame que pour la chaîne.

Début de nouvelle chaîne en soie
Début de nouvelle chaîne en soie

Comme, il me manque une pièce U, j’ai attaché la barre régulateur au cadre provisoirement, le temps de monter la chaîne.

Montage du peigne un peu délicat
Montage du peigne un peu délicat

Comme d’habitude, j’ai démarré avec une ligne de point péruvien (je l’explique dans l’article précédent sur le tissage du métier María).

Démarrage avec point péruvien
Démarrage avec point péruvien

Le tissage se passe bien pour le moment.

Début du tissage
Début du tissage

Aujourd’hui, j’ai fait avancer le tissage, j’ai assuré la barre régulateur, malgré cela quelques fils se sont échappés, j’ai dû les remettre en place, la chaîne s’est trop détendue, j’ai placé une navette classique entre la barre régulateur et le cadre.

Tissage et bobines de soie utilisées pour cette pièce sur Tissanova
Tissage et bobines de soie utilisées pour cette pièce

J’en suis à la moitié du tissage.

Récupération des fils qui s'étaient échappés de la barre régulatrice du Tissanova
Récupération des fils qui s’étaient échappés de la barre régulatrice du Tissanova

Cela a été un peu laborieux, les fils sont fins et l’on a du mal à voir où les replacer.

On voit par transparence, à travers la chaîne, le tissage qui a un peu bougé et est devenu irrégulier
On voit par transparence, à travers la chaîne, le tissage qui a un peu bougé et est devenu irrégulier

Les fils de soie sont lisses, les trames ont bougé quand j’ai fait tourner le tissage pour avancer.

Quand les fils descendent mal sur le peigne, je les aide en appuyant ma main sur le tissage
Quand les fils descendent mal sur le peigne, je les aide en appuyant ma main sur le tissage

Ces fils fins s’accroche n’importe où sur le bois, il a d’ailleurs falu limer la navette qui coinçait à chaque passage.

Quelques fils de chaîne s'étaient déplacés et les mouvement du peigne et de la navette devenaient vraiment difficiles, j'ai donc arrêté le tissage en laissant un peu plus de franges, je finis avec le point péruvien
Quelques fils de chaîne s’étaient déplacés et les mouvement du peigne et de la navette devenaient vraiment difficiles, j’ai donc arrêté le tissage en laissant un peu plus de franges, je finis avec le point péruvien

Plus que jamais, il faut commencer et finir par le point péruvien.

Vue générale sur le métier Tissanova avant d'enlever le peigne
Vue générale sur le métier Tissanova avant d’enlever le peigne

Et, c’est presque fini!

J'ai commencé à libérer la barre régulateur
J’ai commencé à libérer la barre régulateur

Il faut libérer la barre régulateur.

J'enlève le peigne du Tissanova
J’enlève le peigne du Tissanova
Aspect de la toile avant de la libérer du métier Tissanova
Aspect de la toile avant de la libérer du métier Tissanova
Libération de la toile du métier Tissanova
Libération de la toile du métier Tissanova
Libération de la deuxième extrémité de la toile
Libération de la deuxième extrémité de la toile

Enfin finie ma première toile en soie.

Toile finie
Toile finie
Me voilà déjà avec deux toiles tissées sur Tissanova
Me voilà déjà avec deux toiles tissées sur Tissanova

En quelques jours j’ai déjà tissé deux toiles.

Le Tissanova et le coton

Le coton passe aussi bien en ecoprint, nous en avons à la vente chez Rincón de Angel, je vais donc aussi le tester. Il ne me reste plus de lin pour le tester, c’est dommage, toutes les fabriques ont fermé au Chili.

J’ai donc choisi deux pelotes de coton, l’une lisse pour la chaîne, l’autre flamée pour la trame.

Démarrage de la nouvelle chaîne sur Tissanova
Démarrage de la nouvelle chaîne sur Tissanova

La chaîne est toujours la partie la plus délicate d’un tissage, il faut donc lui accorder beaucoup d’attention.

Premier noeud, barre régulateur bien fixée
Premier noeud, barre régulateur bien fixée
Détail, barre régulateur
Détail, barre régulateur

Le fil doit toujours être bien tendu, les fils extérieurs ont toujours tendance à se détendre.

Détail du montage de la chaîne sur la barre régulateur
Détail du montage de la chaîne sur la barre régulateur

Il faut bien enfoncer chaque fil pour qu’il ne saute pas pendant le tissage.

Chaîne à moitié montée sur Tissanova
Chaîne à moitié montée sur Tissanova

L’idéal est de ne pas s’interrompre pendant le montage de la chaîne pour que la tension des fils reste la même partout. Vu que l’ouverture du peigne n’est que de quelques centimètres sur le Tissanova, il est important que les fils montent et descendent bien.

Chaîne montée
Chaîne montée

Une fois montée la chaîne, il faut installer le peigne, pour cela j’ai l’aide d’une  navette qui soulève un peu les fils.

Je glisse le peigne
Je glisse le peigne
Répartition des fils sur le peigne
Répartition des fils sur le peigne

Il s’agit d’une autre étape importante, il ne faut pas croiser les fils.

Dèmarrage avec point péruvien
Dèmarrage avec point péruvien

Sur cette photo, on voit bien la texture du fil de trame.

Détail du point péruvien
Détail du point péruvien

Une fois le point péruvien terminé, ont peut commencer à tisser.

Démarrage du tissage sur métier Tissanova
Démarrage du tissage sur métier Tissanova
Déjà quelques centimètres tissés
Déjà quelques centimètres tissés

Avec le coton, on ne peut pas bloquer les fils de chaîne, en haut du peigne, par chance cela n’a pas été nécessaire.

Comparaison des trois pièces Tissanova
Comparaison des trois pièces Tissanova

Ces trois fibres donnent des résultats très différents.

Et on avance encore
Et on avance encore

Je n’avais pas encore déplacé le tissage, maintenant je vais le faire.

Après un petit déplacement du tissage, j'assure la fixation de la barre régulateur du Tissanova
Après un petit déplacement du tissage, j’assure la fixation de la barre régulateur du Tissanova
Et je peux continuer d'enrouler le tissage, ou plutôt de déplacer la toile sur le Tissanova
Et je peux continuer d’enrouler le tissage, ou plutôt de déplacer la toile sur le Tissanova
Le travail avance, le tissu paraît plus lâche sur les côtés
Le travail avance, le tissu paraît plus lâche sur les côtés

Les fils sont lisses, ils n’ont pas d’écailles comme la laine, ils ont toujours tendance à bouger.

Tissage presque fini, finition au point péruvien
Tissage presque fini, finition au point péruvien

Il ne restait plus de place pour passer la navette, je finis donc la pièce comme toujours au point péruvien.

Je libère la toile après avoir libéré la barre régulateur
Je libère la toile après avoir libéré la barre régulateur
Pièce sortie du métier Tissanova
Pièce sortie du métier Tissanova

Il faut terminer cette toile, je fais donc les finitions au crochet, ce qui régularisera l’espace entre les fils de trame.

Détail de la finition au crochet
Détail de la finition au crochet
Détail de la finition au crochet
Détail de la finition au crochet

Et voilà, elle est finie.

Pièce finie
Pièce finie
Trois fibres différentes, trois pièces différentes...
Trois fibres différentes, trois pièces différentes…

Le Tissanova et l’alpaga

J’ai de petites quantité de laine d’alpaga fine et régulière, malheureusement pas retordue, je vais les tester, j’espère que le tissage ne se retorde pas de trop.

Tissanova, nouvelle chaîne en alpaga gris filé industriellement
Tissanova, nouvelle chaîne en alpaga gris filé industriellement

Pour la chaîne, j’ai choisi une laine filée industriellement donc bien balancée. C’est très important. Pour la trame, j’ai pris une laine d’alpaga que j’ai filée personnellement, non retordue, j’ai toujours tendance à filer trop tordu, pour la solidité, je ne l’ai pas retordue car j’avais peur d’en manquer.

Installation un peu délicate de la chaîne sur le peigne du Tissanova
Installation un peu délicate de la chaîne sur le peigne du Tissanova

Je mets d’abord une navette debout pour ne pas accrocher et étirer les fils de chaîne avec les dents du peigne.

Montage du peigne du Tissanova
Montage du peigne du Tissanova

Puis, je redresse le peigne, c’est assez délicat avec un fil aussi fin, on a vite fait d’en mettre deux dans la même encoche.

Peigne redressé, fils encore désordonnés
Peigne redressé, fils encore désordonnés
Peigne redressé, fils encore désordonnés, vue de détail
Peigne redressé, fils encore désordonnés, vue de détail

Il faut faire de l’ordre minutieusement pour que les fils ne se croisent pas.

Fils enfin ordonnés sur Tissanova
Fils enfin ordonnés sur Tissanova

Comme d’habitude, je commence par le point péruvien pour bien bloquer le démarrage. Je laisse un peu de place pour les franges.

Point péruvien de démarrage
Point péruvien de démarrage
On s'assure que la barre régulateur ne se libère pas en cours de tissage
On s’assure que la barre régulateur ne se libère pas en cours de tissage

J’ai utilisé deux grosses aiguilles (à coudre les sacs de pommes de terre) qui me servent habituellement pour tisser les métiers à clous, pour obtenir l’espace nécessaire au passage de l’aiguille.

Passagee de l'aiguille
Passagee de l’aiguille
Passagee de l'aiguille, détail
Passagee de l’aiguille, détail
Une fois assurée la barre régulateur, j'enlève les grosses aiguilles et commence à tisser
Une fois assurée la barre régulateur, j’enlève les grosses aiguilles et commence à tisser

Je peux enfin tisser tranquillement, l’alpaga est très agréable à tisser.

Tissage en cours
Tissage en cours
Tissage en cours. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine
Tissage en cours. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine
Tissage en cours sur Tissanova. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine, gros plan
Tissage en cours sur Tissanova. on peut apprécier les variations de couleurs de la laine, gros plan
Les fils ont bougé, il faut les remettre en place
Les fils ont bougé, il faut les remettre en place

Cela peut donner des idées pour effectuer des points nouveaux. Mais, dans ce cas j’ai redressé la situation.

Les fils ont bougé, il faut les remettre en place, détail
Les fils ont bougé, il faut les remettre en place, détail
Fin du tissage, cela a été agréable malgré de petites difficultés avec la chaîne qui s’est un peu détendue, des noeuds se sont aussi relachés, certains fils se sont libérés de la barre régulateur. Et surtout, le tissage est parti en biais, ce la ne se voit pas sur le tissage fini, il y a seulement des franges plus longues d’un côté que de l’autre.
Point péruvien de fin de tissage
Point péruvien de fin de tissage
C'est le moment d'enlever le peigne du Tissanova
C’est le moment d’enlever le peigne du Tissanova
Peigne enlevé, il faut libérer la barre régulateur
Peigne enlevé, il faut libérer la barre régulateur

C’est là que l’on voit que le tissage est parti en biais.

Libération des franges
Libération des franges
A peine la toile s'est libérée du Tissanova, qu'elle s'est enroulée, cela est dû à l'excès de torsion du fil de trame
A peine la toile s’est libérée du Tissanova, qu’elle s’est enroulée, cela est dû à l’excès de torsion du fil de trame

Cela est dû au fait que j’ai utilisé en trame une laine que j’ai filée un peu trop tordue (pour la solidité) et que je n’ai pas retordu en sens inverse pour qu’elle soit bien balancée.

Dernière pièce tissée sur Tissanova déjà en exposition
Dernière pièce tissée sur Tissanova déjà en exposition

Nouveau test: coton, raphia et racines de vétiver

Montage d'une nouvelle chaîne en coton sur Tissanova
Montage d’une nouvelle chaîne en coton sur Tissanova
Installation du peigne
Installation du peigne
Premier passage de trame
Premier passage de trame
Dans ce cas les fils de chaîne ne peuvent pas être retenus
Dans ce cas les fils de chaîne ne peuvent pas être retenus

Malgré ce détail, la chaîne était bien tendue, les fils n’ont pas eu tendance à s’échapper du peigne.

Travail commencé
Travail commencé
J’alterne deux navettes, l’une avec du coton, l’autre avec du raphia de Madagascar, j’ajoute à interval régulier des racines de vétiver malgache.
Détail du tissage
Détail du tissage
Préparation de la barre régulateur, séparée du support par deux grosses aiguilles
Préparation de la barre régulateur, séparée du support par deux grosses aiguilles
Suite de la préparation de la barre régulateur, l'aiguille à canevas passe bien
Suite de la préparation de la barre régulateur, l’aiguille à canevas passe bien
Premier déplacement de la toile sans problème
Premier déplacement de la toile sans problème
Pièce prête à être libérée du Tisssanova
Pièce prête à être libérée du Tisssanova

J’avais déjà enlevé le peigne

Barre régulateur libérée
Barre régulateur libérée
Pièce libérée d'un côté
Pièce libérée d’un côté
Barre régulateur enlevé
Barre régulateur enlevé
Pièce tissée sur Tissanova finie
Pièce tissée sur Tissanova finie

J’ai fait une finition au crochet, en coton, sur les bords pour cacher les changements de trame. C’est un peu raide à cause des racines de vétiver, mais comme chemin de table, ce n’est pas gênant.

Pièce tissée sur Tissanova en exposition, à côté de ses semblables
Pièce tissée sur Tissanova en exposition, à côté de ses semblables

Expérience pour rallonger la chaîne

Il s’agit d’un retour aux métiers de fortune. Le peigne spécial devrait bien s’adapter à ces techniques minimalistes, il s’agit de me préparer pour mon grand voyage textile et tinctoriale.

Je dois pouvoir tisser toutes sortes de fibres (les métiers à clous, ne me permettent que de travailler qu’avec des fibres relativement grosses), même dans les conditions les plus précaires. Ce métier à la grande qualité d’être très léger. C’est bon pour ma valise qui a toujours tendance à dépasser les normes. Notamment les navettes, quelle différence avec celles que l’on trouve habituellement au Chili.

Rallonges pour ce métier

Un voisin qui est excellent menuisier, m’a fait des rallonges pour mon métier. Il faudra que je les essaie.

Metier Tissanova et ses nouvelles rallonges
Metier Tissanova et ses nouvelles rallonges

Expériences FabLabs

Lors de mon  voyage au Pérou et dernièrement à Loches, en France, j’ai eu l’occasion de contacter des FabLabs pour  voir comment améliorer ce métier.

Quelles sont vos expériences?

Si vous avez des expériences avec ce type de métiers, cela serait intéressant de les partager, j’attends vos commentaires.

Heureuse de travailler la laine

Je suis heureuse de travailler la laine

Je suis très heureuse de travailler et de manipuler la laine, c’est la fibre que je peux travailler depuis la source au produit fini, il ne me manque que d’élever les animaux à tondre… J’espère que cela viendra (j’ai déjà fait un essai à Mamiña, avec des lapins angora)… J’aimerais aussi beaucoup essayer la sériciculture (élevage de vers à soie)…

Très heureuse, entrain de tondre un alpaga, à Concón, Bébé alpaga très curieux
Très heureuse, entrain de tondre un alpaga, à Concón, Bébé alpaga très curieux

La laine est la matière que j’ai en très grande quantité à ma disposition, ici à Puerto Montt, chez mon ami Angel, mais je m’intéresse aussi à toutes les autres fibres, surtout naturelles, bien que certaines soit rares et coûteuses ici (soie, lin, chanvre…).

Petite sélection de laines
Petite sélection de laines

A Madagascar, j’ai eu l’occasion de faire des essais avec la soie, le sisal, les fibres de bananier et le raphia.

Démostration de teinture à la cochenille sur différents types de fibres
Démostration de teinture à la cochenille sur différents types de fibres

C’est d’ailleurs, cet intérêt pour la diversité qui me pousse à me préparer pour un tour du monde textile et tinctorial. Je veux bien sûr retourner dans les endroits où j’ai eu des expériences de teintures intéressantes, mais il y a aussi beaucoup à apprendre en chemin

Si vous souhaitez organiser, là où vous vivez, une étape de formation et d’échanges techniques, n’hésitez pas à me contacter pour nous organiser.

Dans cet article, vous allez en apprendre plus sur moi.

Heureuse de filer

Débuts à La Ligua

J’ai appris à filer la laine il y a environ 10 ans, quand je vivais à La Ligua, qui est supposée être la capitale textile au Chili, c’était sans doute le cas il y a trente ans, où l’on entendait le bruit des machines à tricoter et des métiers à tisser, partout dans la ville.

Maintenant, la production a beaucoup diminué et est essentiellement à base de fibres syntétiques. Il y a un peu plus de dix ans, quand je vivais là-bas, j’ai tout de même trouvé une artisane qui a eu la gentillesse de m’enseigner à filer, il s’agit de Paulina de Origen Chile, je l’en remercie encore aujourd’hui,

Avoir appris à filer m’a beaucoup apporté et j’en suis heureuse. Cela n’est pas difficile, mais il faut de la pratique et c’est long, très lent. Au fuseau, mètre par mètre, au rouet électrique, c’est plus rapide, mais la qualité n’est plus la même. L’intérêt est que cela me permet d’obtenir un fil personnel qui ne peut pas se confondre avec un fil industriel. D’ailleurs, chaque personne qui file, file à sa façon, les femmes qui filent et vendent leur laine, la reconnaisse, même teinte parmi toutes les laines filées par leurs collègues.

Laines filées par différentes mains
Laines filées par différentes mains

Maintenant

Je trouve merveilleux de pouvoir partir d’une matière brute, directement de la tonte, d’en faire un fil, éventuellement de le retordre avec un autre, de pouvoir  mélanger cette matière brute avec une autre (de la soie, par exemple) ou avec une ou plusieurs autres couleurs, de tester les différents types de torsion, différentes textures… Les variantes sont infinies…

Laine de mouton en toison brute
Laine de mouton en toison brute

Filer permet d’occuper ses mains quand il fait froid, de ne pas rester à ne rien faire dans les temps d’attente, il m’arrive d’emmener de la laine et un fuseau quand je sors faire des démarches, d’ailleurs, je file aussi en marchant…

Filer comme culture

Je pense que l’on devrait enseigner aux enfants à filer, non seulement pour développer motricité fine et pour faire suivre des traditions qui risquent de se perdre, mais aussi parce que la filature au fuseau réunit un certain nombre de lois physiques et permet de les expliquer simplement (résistance, inertie, forces centrifuge et centripète…).

Filer pour la qualité

Filer moi-même ma laine me permet d’obtenir un résultat différent et donc une pièce unique non reproductible à l’identique, comme on le fait à La Ligua où tous se copient avec les mêmes matériaux de base (fils synthétiques, gammes de couleurs limitées, même si les hangars des marchands de “laine” sont impressionnants).

Sans le savoir, je suis rentrée dans le mouvement “slow“…

De plus, si je veux pouvoir être exigeante sur la qualité de laine que l’on me vend, je dois connaître tous les processus pour l’obtenir, les femmes qui me vendent leur laine savent que je file aussi et beaucoup ont amélioré la qualité de leur laine depuis la date où je suis arrivée à Puerto Montt.

Filer, c’est un peu méditer

Quand on file, on entre dans un autre monde, au fil des pensées qui vont et viennent, comme on analyse le fil qui se construit, petit à petit, on commence à voir les choses sous différents angles, à se poser des questions, à imaginer des expériences… Tisser et tricoter, avec leurs aspects mathématiques, permettent de poursuivre ces réflexions. Ces pratiques me font beaucoup de bien, et je ne voudrais pas être la seule à en bénéficier.

Heureuse de teindre

En même temps que j’apprenais à filer, je découvrais les teintures naturelles grâce à un livre de Dominique Cardon.

Livre de Dominique Cardon qui m'a donné les bases de ma nouvelle carrière
Livre de Dominique Cardon qui m’a donné les bases de ma nouvelle carrière

 La teinture est pour moi un vrai plaisir, la couleur modifie complètement la texture et la qualité de la laine, généralement en bien, parfois en mal, et ce si possible pour longtemps.

Quel plaisir que d’épuiser un bain (de cochenille, par exemple) et d’obtenir ainsi une série de couleurs en dégradé (certains bains semblent interminables), ou d’obtenir des laines multicolores, soit en reteignant, soit en jouant avec les mordants.

Tous ces roses saumon proviennent d'un seule et même bain de garance et cochenille qui n'en finit pas de s'épuiser, de ce bain sont aussi sortis quelques kilos de ruban à feutrer et de laine filée industriellement
Tous ces roses saumon proviennent d’un seule et même bain de garance et cochenille qui n’en finit pas de s’épuiser, de ce bain sont aussi sortis quelques kilos de ruban à feutrer et de laine filée industriellement

C’est aussi pour moi très agréable d’enseigner et de partager mes techniques.

Comment ne pas s’enthousiasmer quand on peut faire jaillir un jaune éclatant d’une simple “mauvaise herbe” comme la “sorona” ou “brea”… ou d’un déchet… On ne regarde plus son environnement de la même manière après ces simples expériences. Après, on voit des teintures partout… dans la cuisine, dans la rue, dans les poubelles… Il suffit d’essayer.

Jaune de sorona, plante détestée par tous ceux qui cultivent dans le nord du Chili - teinture lors du cours à Pica
Jaune de sorona, plante détestée par tous ceux qui cultivent dans le nord du Chili – teinture lors du cours à Pica

Certaines teintures peuvent être faites avec des enfants, il s’en émerveilleront.

Les enfants de Mamiña teignent du papier au choux rouge
Les enfants de Mamiña teignent du papier au choux rouge

Les matières tinctoriales sont très nombreuses et les techniques aussi. Il y a toujours de nouvelles expériences à faire, des plantes à tester, des essais de fermentation, d’ecoprint, de shibori, d’ikat…

A chaque teinture, j’apprends quelque chose, c’est aussi important

Heureuse de tisser

Après avoir obtenu une très ample gamme de couleurs naturelles, j’éprouve beaucoup de plaisir à les unir, les mélanger… en les tissant sur toute sorte de métiers, même en absence de métier véritable

Métier à tisser de fortune, à Concón
Métier à tisser de fortune, à Concón

Heureuse de tricoter

Non seulement je tisse, mais je tricote depuis l’enfance… le crochet me permet toujours d’unir les pièces tissées (je n’aime pas coudre, je couds donc au crochet).

J’ai beaucoup crocheté à différentes périodes de ma vie. Et, maintenant, je vis du travail de la laine, sous toutes ses formes.

Mon stand. lors de l'exposition à l'Alliance Française `à Antananarivo, MMadagascar, lors de l'IFPECO en mai 2017
Mon stand. lors de l’exposition à l’Alliance Française `à Antananarivo, MMadagascar, lors de l’IFPECO en mai 2017

Le crochet donne toutes les possibiltés: travaux plats, mais aussi en volume… qui peuvent s’aggrandir dans tous les sens, qui va de l’utile au simplement estéthique.

Chaque tissage est une expérience différente, il faut en tirer profit…

Heureuse de feutrer

Le feutre est une autre façon d’utiliser la laine avant sa filature. J’ai testé les deux techniques, humide avec l’eau et le savon et sèche avec les aiguilles.

Quelle surprise que de voir cette laine sans forme se compacter et prendre forme, passer d’un paquet de fibres de laines désordonné à une toile non tissée, mais résistante ou une pièce en volume et solide. unifiée, parfois souple et légère et presque transparent ou raide et compacte, en passant par tous les intermédiaires.

Là aussi, la couleur intervient, elles peuvent se fondre ou s’opposer.

On peut y inclure des fibres différentes, du tissu. des pièces de crochet, on peut le broder, l’imprimer, le feutre est donc une matière très versatile.

Echarpe en feutre brodée, teinte aux feuilles de noyers
Echarpe en feutre brodée, teinte aux feuilles de noyers

J’espèrais pouvoir recycler ainsi des laines courtes que les femmes qui filent ne veulent pas utiliser, mais cela n’est pas si facil, le nettoyage de ces laines est très long et je n’ai pas réussi à obtenir des résultats très satisfaisants. Et pourtant, on doit pouvoir partir de la laine brute.

Heureuse d’enseigner

Enseigner et partager mes connaissances et expériences est très bénéfique.

Quand j’avais ma petite imprimerie informatique, quand je suis arrivée au Chili, à Viña del Mar pour y rester en 1999, je faisais toute sorte d’impressions (cartes de visite, souvenirs, parchemins…) avec mon client à côté et je m’efforçais de me plier à ses désirs…

Maintenant, il en est de même avec les formations qui doivent s’adapter à chaque cas… Par exemple, pour le cours de teintures naturelles à La Redonda, Santa Fe, Argentine, ils ont voulu travailler surtout avec le coton, parce qu’il faisait très chaud déjà, et que la laine n’est pas courante dans cette région, je m’y suis adapté, et cela a été passionnant pour moi, l’expérience a été si intéressante que j’ai choisi d’en parler lors de ma présentation à l’IFPECO de Madagascar en mai 2017, plutôt que de parler des quatre dernières années à Puerto Montt, où je vis au milieu de la laine.

Technique à l'indigo de réserve à l'argile de Michel Garcia complétée à l'argile de couleur par des stagiaires céramistes
Technique à l’indigo de réserve à l’argile de Michel Garcia complétée à l’argile de couleur par des stagiaires céramistes

Je souhaite donc multiplier à l’infini ces expériences…

Heureuse de toutes les rencontres

Je suis heureuse de toutes les rencontres faites lors de mes cheminements. Je pourrais écrire tout un livre sur les personnages de Mamiña, ce village vit à la fois décalé du monde moderne et est en même temps trop proche de la modernité qui menace de l’engloutir…

A chaque étape, j’ai connu des gens qui me donne envie de revenir…

Parfois, heureuse de vendre

J’ai parfois le bonheur de vendre… Ce n’est pas aussi facile que l’on pourrait le croire, le temps n’est malheureusement pas valorisé, ni l’expérience… comme si les choses se fabriquaient toutes seules…

C’est tout de même agréable de voir ses créations appréciées… Cela a été le cas lors de l’IFND à Taiwan où j’ai vendu plus de la moitié des deux valises de tricots et tissages en laine que j’avais amenées. J’ai été vraiment très agréablement surprise, vu qu’il fait très chaud à Taiwan.

Pourquoi suis-je aussi heureuse?

Une autre des composantes de mon bonheur sont les voyages. Ma passion m’a permis de voyager, et je me prépare pour un long voyage d’investigations et d’échanges sur ces techniques…

La lecture, technique, mais aussi diverse est une partie importante de ma vie, malheureusement la culture a un coût élevé ici.

Je suis aussi heureuse d’être apicultrice

Cela n’a peut-être rien à voir avec le sujet, mais ce sont les abeilles qui m’ont introduite dans le monde de l’écologie, j’y étais déjà sensible, mais en théorie, pas dans la pratique. J’avais encore quelques rûches quand j’ai commencé à teindre avec les plantes…

Un des trois essaims d'abeilles que j'ai récupéré à Longotoma
Un des trois essaims d’abeilles que j’ai récupéré à Longotoma

En découvrant les abeilles, j’ai aussi compris beaucoup de relations entre la chimie et beaucoup de choses, entre autre la teinture naturelle…

J’ai aussi découvert une apicultrice, mon amie Lucia à Rancagua… avec elle nous avons aussi fait des expériences de teintures naturelles…

Comment suis-je heureuse?

Les découvertes quotidiennes pratiques et théoriques me rendent heureuse et me poussent à en faire toujours plus. Et le plus beau de tout cela, c’est que je le fais d’habitude avec peu de moyens… Parfois moins est mieux!

Et si je partageais ce plaisir?

C’est ce que j’essaie de faire avec ce site et avec les formations. Et je continue à vous proposer d’organiser de nouvelles expériences… pour innover en retournant aux traditions…

Conclusion

Ma vie consiste donc, maintenant, à manipuler la laine ou d’autres fibre par tous les moyens possibles pour obtenir des objets de toutes sortes…

Je m’intéresse aussi à tout ce qui est tresses, cordons, mais aussi dentelles, frivolité… et autres techniques anciennes, voire “primitive” qui sont parfois fort compliquées et très créatives…

J’aime mélanger les techniques, elles se complètent… et m’enseignent des détails qui peuvent être importants.

Cette vie me permet de toujours apprendre, ce qui allie l’utile à l’agréable et j’en suis heureuse…

Tisser avec le métier Maria

Comment tisser avec le métier María

Dans un article précédent, j’ai expliqué les qualités de ce métier à tisser intermédiaire entre les cadres à clous, les métiers anciens, traditionnels, à pieux, mapuche… et les métiers dits “professionnels” à pédales.

Maintenant, je vais vous montrer comment le tisser…

Petite pièce tissée, avec des restes de laines teintes naturellement
Petite pièce tissée, avec des restes de laines teintes naturellement

Préparer la chaîne

Pour ce métier à tisser, la préparation de la chaîne est une étape de première importance, car les erreurs gêneront durant toute la durée du tissage. Donc pour bien tisser, il faut faire très attention à l’installation de la chaîne.

D’autre part, il faut aussi essayer d’économiser les matières premières, les laines de chaîne doivent être de la meilleure qualité possible, elle doivent résister aux mouvement du peigne (qui s’il est mal pensé, peut user et couper les fils de chaîne). Donc, il faut au moins une fibre à deux fils, pour la solidité. Cela a un coût, surtout si on travaille avec des fibres filées artisanalement.

C’est la raison pour laquelle je prépare des chaînes les plus longues possibles. Je coupe les pièces une fois tissées, et renoue les futures franges pour recommencer une nouvelle pièce.

Mes premières chaînes longues devaient mesurer 5-6 mètres, dès que j’ai commencé à travailler avec ce métier à tisser, en revenant de Santa Fe (Argentine), à Mamiña.

L’idéal est de monter la chaîne à l’extérieur, mais en évitant les jours de vent, celui-ci peut emmêler les fils, et il a tendance à allonger certains fils plus que d’autres.

Montage de chaîne sur métier à tisser María à Mamiña
Montage de chaîne sur métier à tisser María à Mamiña

Montage d'une chaîne sur métier à tisser María, lors du cours que j'ai donné à Pica
Montage d’une chaîne sur métier à tisser María, lors du cours que j’ai donné à Pica

A Puerto Montt, j’ai de la place je monte des chaînes de plus de 10 mètres, récemment, je suis allée donner un cours à Andacollo, nous avons monté une chaîne de 18 mètres de long.

J’ai donc moins de pertes que si je monte 6 ou 7 chaînes de 2,50 m (par exemple, dans le cas des jetées de lit), ou l’on perd toutes les attaches des deux côtés. Il y a des gens qui coupent les fils de chaîne un par un, ils ont beaucoup de perte, on ne tend pas toujours pareil les fils, à la sortie du métier le tissage se rétrécie dans les deux sens, il faut donc en tenir compte dans les calculs…

Je préfère monter de longues chaîne, mesurer mes pièces au fur et à mesure du tissage, et couper quand je veux, je renoue la chaîne et continue jusqu’à épuisement de la chaîne, ainsi je l’utilise à fonds.

Je vais donc vous montrer le montage d’une chaîne de 10 m, étape par étape, sur un métier d’1.20 m de large au moyen de photo.

Le métier doit être bien fixé à une table inamovible. La chaîne va s’accrocher à une barre, ou à un pieux.

Les fils passent en double dans les fentes du peigne.

Les fils passent double dans les fentes et vont s'attacher sur l'ensouple arrière
Les fils passent double dans les fentes et vont s’attacher sur l’ensouple arrière

Enrouler la chaîne sur le métier à tisser

Avant, je coupais la chaîne et en faisait une ou plusieurs chaînettes géantes avec toute la chaîne, o la chaîne divisée en trois ou quatre parties.

Premiers essais de montage de chaîne
Premiers essais de montage de chaîne

Maintenant, une fois la chaîne tendue, je la coupe, et la noue en la lissant bien à un objet (actuellement une valise, j’ai vu une video sur internet où ils utilisaient une bouteille de 5 l d’eau). Avec ce système, je peux monter ma chaîne toute seule.

Attache de la chaîne sur la valise
Attache de la chaîne sur la valise

On tire la valise en enroulant la chaîne sur l'ensouple
On tire la valise en enroulant la chaîne sur l’ensouple

J’enroule la chaîne sur l’ensouple en tirant sur la valise, qui se rapproche petit à petit du métier sans s’emmêler.

Quand la valise est assez proche du métier, on peut détacher la chaîne et on continue à enrouler en lissant bien la chaîne
Quand la valise est assez proche du métier, on peut détacher la chaîne et on continue à enrouler en lissant bien la chaîne

Quand il ne reste presque plus de chaîne à enrouler, on dénoue la valise, on ne garde que le nécessaire pour nouer la chaîne sur l’autre ensouple ou s’enroule la toile.

On coupe les fils de chaîne pour les égaliser avant de les nouer. Je récupère ces déchets pour faire des franges…

On égalise les fils de chaîne avant de les sèparer entre fentes et trous et de les nouer
On égalise les fils de chaîne avant de les sèparer entre fentes et trous et de les nouer

Nous passons à l’étape suivante.

Séparer les fils pairs et impairs

A ce niveau, on peut désolidarisé le métier de la table. On va retirer un fil de chaque fente du peigne pour le passer dans le trou à côté. On le fait fil par fil.

On sépare les fils de chaîne entre les fentes et les trous
On sépare les fils de chaîne entre les fentes et les trous

Attacher les fils  de chaîne sur le métier à tisser

Une fois cette étape finie, on va attacher les fils de chaînes à l’ensouple sur laquelle va s’enrouler la toile tissée.

On va prendre ces fils par petits paquets (je prends habituellement 4 et 4) et je les noue sur la latte de bois qui est attachée à l’ensouple. Je les noue de façon à pouvoir les dénouer à la fin du tissage pour les transformer en franges.

Tous les fils de chaînes sont attachés
Tous les fils de chaînes sont attachés

Commencer à tisser

Et maintenant, on peut commencer à tisser.

Je laisse 3 trois fois la largeur de la chaîne de fil de trame sans le tisser.

Je tisse les premières trames (environ 10), en général, avec une laine fine, semblable à la chaîne.

On prépare la navette
On prépare la navette

On passe la navette dans l’ouverture des fils, on pousse le fil de trame vers soi, à l’aide du peigne, on inverse la position du peigne et on repasse la navette dans l’autre sens.

Passage de la navette, peigne en position basse
Passage de la navette, peigne en position basse

Passage de la navette, peigne en position haute
Passage de la navette, peigne en position haute

Une fois que l’on a une dizaine de trames tissées, on fait le point péruvien.

Premières trames passées
Premières trames passées

Je prends alors le fil que j’avais laisser en dehors du tissage. je l’enfile sur aiguille à canevas. Je vais faire le point péruvien pour bloquer la chaîne et la trame. Cela évite de faire des noeuds avec les franges.

On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes
On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes

On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes
On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes

On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes
On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes

On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes
On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes

On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes
On prend 3 trames et on décale de 2 chaînes

En fin de compte, c’est un point de broderie. Je vais prendre deux fils de chaîne et trois de trame, j’obtiens un point oblique, qui bloque le tissage.

Point péruvien appliqué aussi bien à l'horizontal qu'à la vertical
Point péruvien appliqué aussi bien à l’horizontal qu’à la vertical

Je fais le point péruvien à la verticale, juste avant de rembobiner la toile
Je fais le point péruvien à la verticale, juste avant de rembobiner la toile

Ce chemin de table est parcouru sur toute s longueur par des points péruviens, il ne lui manque que les finitions
Ce chemin de table est parcouru sur toute s longueur par des points péruviens, il ne lui manque que les finitions

Ce point peut aussi s’utiliser à la verticale ou au milieu du tissage comme décoration. J’applique ce même point à la fin du tissage.

Point péruvien terminé, pièce prête à être coupée
Point péruvien terminé, pièce prête à être coupée

Mesurer les pièces à tisser

Pour mesurer les pièces, quand je vivais à La Ligua, on m’a expliqué comment faire, une petite astuce, il suffit d’un mettre ruban, ou mieux deux collés l’un à la suite de l’autre.

On le bloque quand on commence à enrouler la pièce, juste au début de la pièce. C’est bien pratique, mais pas tout à fait précis, car on tend la toile au fur et à mesure que l’on l’enroule et tisse, quand on coupe la pièce, celle-ci se rétracte, il faut en tenir compte. Cela dépend de la tension de votre chaîne quand vous travaillez.

Mètre de couturier coincé au début de la toile, il s'enroule au fur et à mesure que l'on tisse
Mètre de couturier coincé au début de la toile, il s’enroule au fur et à mesure que l’on tisse

Finir une pièce

Pour finir la pièce, je fais de nouveau un ligne de point péruvien en brodant 3 trames et déplacement sur le côté de 2 chaînes.

On fnit la pièce par le point péruvien
On fnit la pièce par le point péruvien

On termine le point péruvien en cachant le fil avant de le couper
On termine le point péruvien en cachant le fil avant de le couper

J’enroule un peu la toile pour les franges et je coupe.

On enroule la chaîne
On enroule la chaîne

On coupe la pièce en crèant des franges
On coupe la pièce en crèant des franges

Il suffit de dérouler l’ensouple et de dénouer les franges du début.

Pièce déroulée
Pièce déroulée

On dénoue les franges
On dénoue les franges

Franges dénouées, elles devront être égalisées
Franges dénouées, elles devront être égalisées

Les franges de la prochaine pièces seront certainement plus régulières.

Je ne suis pas obligée de couper à chaque fois, je peux laisser un vide et recommencer à tisser en bloquant bien avec le point péruvien.

On renoue les fils de chaîne pour commenceer une nouvelle pièce
On renoue les fils de chaîne pour commenceer une nouvelle pièce

Je termine la pièce en crochetant les bords
Je termine la pièce en crochetant les bords

Pièce terminée -chemin de table 2,30 x 0,33 m
Pièce terminée -chemin de table 2,30 x 0,33 m

Finir la chaîne

S’il reste un peu de chaîne, on peut le terminer en faisant de petites pièces, j’ai souvent fait des ceintures, ou de petites bandes que j’ai terminé en petites pochettes.

Fin de la chaîne, je fais le point péruvien de fin de pièce et je suis prête à couper
Fin de la chaîne, je fais le point péruvien de fin de pièce et je suis prête à couper

Vue arrière du métier
Vue arrière du métier

J'ai commencé à couper la quatrième et dernière pièce de cette chaîne
J’ai commencé à couper la quatrième et dernière pièce de cette chaîne

Quatrième et dernière pièce de cette chaîne juste sortie du métier, il lui manque les finitions sur les côtés, comme elle est presque blanche et lisse, je pense la teindre en ecoprint
Quatrième et dernière pièce de cette chaîne juste sortie du métier, il lui manque les finitions sur les côtés, comme elle est presque blanche et lisse, je pense la teindre en ecoprint

Le métier que j’utilise actuellement me permet d’utiliser à fonds mes chaînes, avant avec l’ancien métier, je le retournais et le tissais à l’envers.

Métier tissé des deux côtés
Métier tissé des deux côtés

Conclusion

Et nous sommes prêts pour commencer un nouveau tissage.

Nouvelle pièce commencée
Nouvelle pièce commencée

Nouvelle pièce en fin de journée
Nouvelle pièce en fin de journée

Les possibilités au niveau des points sont infinies, rayures, torsions de chaînes, broderie, trames supplémentaires… Puis, il faut jouer avec les différentes grosseurs et textures de fibres, les couleurs, si possible naturelles

Petit échantillons de laines teintes naturelles attendant de rencontrer un métier à tisser
Petit échantillons de laines teintes naturelles attendant de rencontrer un métier à tisser

Je prévois un autre article présentant des points particuliers et éclairant certains détails, j’attends vos questions…