Fête de la Préhistoire

/// Fête de la Préhistoire /// 4ème article sur le Village Lacustre de Gletterens
Article cr´´eé le 24 novembre 2021, modifié le 1er décembre
J’aurais dû être de retour au Chili le 22 Novembre 2021, mais un formulaire lié au Covid en a décidé autrement – Retour en Europe probable printemps 2022 – Beaucoup de nouveautés
Orga
nisons donc des ateliers! C’est facile
+33 7 69 905 352 (whatsapp) – publicobre2000@yahoo.es
Plusieurs nouveaux articles sont en cours de rédaction et seront bientôt publiés. Je vous invite à suivre la suite du voyage…
N’oubliez pas de m’ajouter à vos favoris….

Fête de la Préhistoire, prochaine étape

Alors, c’est reparti pour 15 jours d’expériences…

Teintures et autres activités

Oui, la Fête de la Préhistoire arrive bientôt à Gletterens, peu après le Rassemblement Préhistorique. En attendant, je continue mes activités qui donnent un petit supplément de vie au lieu. Le feu pour les teintures réchauffe un peu l’atmosphère` fraîche de la maison.

Scène quotidienne de teintures naturelles en attendant la Fête de la Préhistoire
Scène quotidienne de teintures naturelles en attendant la Fête de la Préhistoire

L’atmosphère un peu enfumée de la maison donne aussi une bonne idée de ce que pouvait être la vie dans une maison néolithique. La fumée participe aussi à la préservation de la toiture.

Les particules fines existaient déjà… Tania et Doris fendaient le bois en plus petits morceaux pour essayer d’éviter cet excès de fumée.

La toiture
Vue intérieure de la toiture de la maison longue, là ou j'officiais avec mes teintures naturelles
Vue intérieure de la toiture de la maison longue, là ou j’officiais avec mes teintures naturelles

Celle-ci a plus de 20 ans et est encore apparemment en bon état. Cependant, elle doit être rénovée prochainement. En effet, c’est la première maison construite dans le village lacustre. Cela va être un très gros chantier. À suivre…

9 août

Je joue les prolongations. Martin m’a amenée voir deux boutiques de laines et autres fibres. Nous les avions déjà visitées l’an passé, dans l’Emmenthal. J’avais acheté beaucoup de types de matières premières (soie, lin, alpaga, chanvre, ramie…) et des livres que j’ai exploités pendant toute l’année, notamment pour les teintures cette année. Je suis très contente.

On devait voir aussi les prix pour les laines filées main. C’est très difficile pour moi d’établir un prix juste.

Toutes ces laines attendent un prix juste pour la Fête de la Préhistoire
Toutes ces laines attendent un prix juste pour la Fête de la Préhistoire

Cette fois-ci, j’ai encore trouvé des livres intéressants, un petit métier à tisser les plaquettes, des paquets de plaquettes, des aiguilles spéciales, de nombreux petits outils… Tout faisait envie!

Le rouet

Évidemment, mon acquisition principale a été un tout petit rouet électrique, spécial pour artisan nomade. Il tient dans mon sac à dos. De plus, il est léger et très silencieux. Il voyagera avec moi en Scandinavie.

On dirait un jouet, mais il est très professionnel. Il me permettra de préparer plus de laines à teindre pour la Fête de la Préhistoire
On dirait un jouet, mais il est très professionnel. Il me permettra de préparer plus de laines à teindre pour la Fête de la Préhistoire

Ces boutiques ont de très bonnes librairies, surtout en allemand et en anglais. Mais c’est très difficile de se retenir d’acheter. Bien sûr, toute cette documentation est vraiment très utile pour moi.

J’y ai également trouvé des fibres de chameau, je suis très curieuse de les filer.

J’en ai aussi profité pour acheter 1 kilo d’alun et j’ai bien fait. En effet, ce mordant a toujours la mauvaise idée de manquer au mauvais moment.

Cette visite est tombée au bon moment. J’aurai encore plus de choses à montrer pour la Fête de la Préhistoire.

Je vous parlerai de tous ces achats dans de prochains articles, quand je commencerai à les exploiter. J’ai complété ces achats en Scandinavie.

De retour à Gletterens, j’ai vu passer un hérisson près de la yourte. Je n’ai pas eu le temps de le photographier. Il est parti se cacher trop vite. On m’avait déjà commenté son existence.

10 août

Nous allons tenter de récupérer au maximum les bains restants. Car, nous pouvons en obtenir des pigments pour peindre. Il faut que je revoie les DVD de Michel Garcia, il y en a un qui traite de ce sujet. Je n’ai pas eu le temps aujourd’hui, j’espère que demain, je pourrai.

J’ai vidé tous les paquets de feuilles et écorces qui ont servi aux teintures sur le tas de compost. J’ai fait du rangement dans l’atelier provisoire de teinture.

Je vide les matières solides usées et je garde les bains pour les concentrer et éventuellement les concentrer. De nouveaux tests pour la Fête de la Préhistoire à Gletterens
Je vide les matières solides usées et je garde les bains pour les concentrer et éventuellement les concentrer. De nouveaux tests pour la Fête de la Préhistoire à Gletterens

Comme aujourd’hui il faisait beau, j’ai lavé presque toutes les laines teintes et je les ai mises à sécher dans l’arbre.

Chaque jour, je décorais l'arbre à laine, cela annonçait la Fête de la Préhistoire
Chaque jour, je décorais l’arbre à laine, cela annonçait la Fête de la Préhistoire

Du nouveau, teinture aux graines de cornouiller pas mûres, nombreux tests d’indigo avec les visiteurs.

Essai d’évaporation du gros bain mélangé. À la fin de la journée, il en reste beaucoup. Je croyais que la concentrations des vieux bains serait plus rapide.

Le coracle

Il s’agit du projet principal du Rassemblement Préhistorique. Il est presque prêt à l’usage, mais nous devons encore le soigner…

Nous avons remis le coracle sous son “fumoir”, je dois entretenir le feu pour qu’il fume assez longtemps. Ce sera la vedette de la Fête de la Préhistoire.

Le coracle, vedette de la Fête de la Préhistoire est entrain de se faire fumer. En effet, cette peau n'est pas tannée, il faut en éloigner la vermine...
Le coracle, vedette de la Fête de la Préhistoire est entrain de se faire fumer. En effet, cette peau n’est pas tannée, il faut en éloigner la vermine…

Alors, j’alimente le feu avec des branchages verts, ce qui fume plus.

Cette fumée est un traitement bénéfique pour le coracle qui entrera en scène lors de la Fête de la Préhistoire
Cette fumée est un traitement bénéfique pour le coracle qui entrera en scène lors de la Fête de la Préhistoire
Bogolan

Enfin, j’ai fini par me décider à sortir le drap teint aux tannins pour le test de bogolan, il s’agit d’une technique africaine très intéressante qui consiste à appliquer des boues ferrugineuses sur des toiles teintes avec des tannins légers. Dominique Cardon parle de cette technique, il y a longtemps que je voulais l’essayer.

Cette activité supplémentaire pour la Fête de la Préhistoire plaît aux plus petits et aux plus grands
Cette activité supplémentaire pour la Fête de la Préhistoire plaît aux plus petits et aux plus grands
La technique

La technique est simple, mais donne de très belles possibilités. Elle est pratiquée au Mali, mais aussi en Amazonie péruvienne, notamment par les Shipibo. Elle est basée sur la réaction des tannins avec le fer.

J’avais teint le drap avec un bain de tannins, de différentes écorces récupérées de la fabrication de cadres pour le tannage, d’arcs et du métier à sprang. J’avais de l’argile que j’avais tamisée pour fabriquer un récipient, j’y ai ajouté de la soupe de clous.

Mais, on en s’improvise pas teinturier en bogolan.

Les enfants y laissent leurs traces

J’ai fait faire le test à des enfants sur un drap sec préparé à l’avance. Ne sachant pas où trouver une source dotée des caractéristiques recherchées, j’ai décidé d’utiliser l’argile que j’avais tamisée pour tenter de faire des récipients archaïques pour teindre, elle était encore très humide, j’y ai ajouté ma soupe de clous et dans un autre pot le reste d’oxalate de titane.

Là, une dame a enduit une feuille avec l'argile ferreuse et l'appliqué sur la toile
Là, une dame a enduit une feuille avec l’argile ferreuse et l’a appliquée sur la toile

La réaction se fait bien avec le fer, mais un peu pâle. J’ai aussi voulu tester avec le titane qui devait donner un bel orange, comme en ecoprint, mais cela semble sans effet. Je trouve que le liquide se diffuse un peu trop, laissant les formes peu reconnaissables.

Pour renforcer ma soupe de clous (acétate de fer), j’avais mis à tremper des aiguilles que j’utilise pour les métiers à clous qui avaient commencé à rouiller.

Mes aiguilles avant traitement/recyclage en soupe de clous
Mes aiguilles avant traitement/recyclage en soupe de clous

Je les ai sorties, nettoyées avec un peu au papier de verre, puis je les ai graissées.

J'ai rénové mes aiguilles en préparant de la soupe de clous, une petite fête pour elles
J’ai rénové mes aiguilles en préparant de la soupe de clous, une petite fête pour elles

Bien que je ne soie pas totalement satisfaite de ce test de bogolan, l’effet sur les visiteurs est intéressant. Chacun apporte son petit grain de sel, sa technique d’application de la pâte.

Pot d'argile ferrugineuse, réactif utilisé pour ce test
Pot d’argile ferrugineuse, réactif utilisé pour ce test, chimie verte
Sauvetage de hérisson

Nous allions faire de nouveaux ecoprint avec Doris, mais des visiteurs ont découvert un petit hérisson malade près de l’atelier provisoire de teinture. Il était sortit en plein soleil, ce qui n’était pas normal, il avait l’air très faible.

Doris a décidé de l’emmener chez le vétérinaire à Morat. Il a été recueilli par une association qui essaie de sauver les hérissons. S’il est guéri, il sera relâché près de son nid, là où on l’a trouvé.

Ce petit hérisson ne profitera pas des restes de la Fête de la Préhistoire
Ce petit hérisson ne profitera pas des restes de la Fête de la Préhistoire

Le soir nous avons essayé de faire tourner le nouveau rouet, mais il faisait déjà presque nuit.

11 août

À 7h30, j’ai préparé le rouet et je me suis installée dans les toilettes, où il y a une prise de courant. Premier test positif, seulement il faut mieux nettoyer les pailles qui restent dans la laine.

Au premier test, j’ai déjà pu filer assez fin.

Premier test de filage avec mon petit rouet, avant la Fête de la Préhistoire
Premier test de filage avec mon petit rouet, avant la Fête de la Préhistoire

J’ai de nouveau sorti le drap et pot d’argile modifiée pour le bogolan.

Les graines de cornouiller sanguin ont donné un joli jaune, j’ai plongé la moitié de l’écheveau dans l’indigo, j’ai obtenu une laine bicolore, jaune et vert pâle.

Un peu de graines de cornouiller dans une petite casserole, encore un test pour la Fête de la Préhistoire

Encore quelques tests d’indigo avec les visiteurs.

Rinçage des laines teintes la veille
Rinçage des laines teintes la veille

Aujourd’hui pas de feu. Lavage des laines non lavées.

Nouvelle décoration du saule mort avec les laines teintes.

Cet arbre mort me rend un fier service, je le décore différemment chaque jour, jusqu'à la Fête de la Préhistoire
Cet arbre mort me rend un fier service, je le décore différemment chaque jour, jusqu’à la Fête de la Préhistoire

Préparation d’un petit bain avec les deux garances, de la cochenille, du tannin de galles du chêne et pour m’assurer un peu d’alun. Cuisson demain. Un peu de laine mérinos et de soie.

J'enveloppe les poudres dans une petite serviette, pour qu'elles ne se répandent pas trop dans la casserole
J’enveloppe les poudres dans une petite serviette, pour qu’elles ne se répandent pas trop dans la casserole

J’ai presque fini les mitaines pour Martin, elles ont beaucoup plu à Doris qui m’en a demandé d’une autre couleur.

12 août

Je suis retournée filer avec mon rouet dans les toilettes, il semble que ma rallonge m’a lâchée. Il faut que je m’habitue à nettoyer mieux ma laine, car cela en pardonne pas. Contrairement au rouet à pédale, là la vitesse est régulière et on en peut pas ralentir sans lâcher la laine. Parfois, la laine se casse et s’enroule sur la bobine et le bout se cache dans la laine enroulée.

Depuis les premiers tests, j’ai filé 5 grammes de laine sale que j’ai retordue au fuseau pour bien voir les défauts et enlever les petites saletés restantes. Je viens de la laver au savon pour faire un test d’indigo avec demain.

J’ai redécoré le vieux saule avec les laines et redéployé le drap à bogolan.

Je ne me fatigue pas de photographier cet arbre à laines
Je ne me fatigue pas de photographier cet arbre à laines
Tissage

J’ai fini dans la soirée la petite pochette à rayures commandée par Tania, elle a choisi les couleurs dans l’arbre à laines, m’a indiqué son idée.

Petite pochette pour Tania
Petite pochette pour Tania

J’ai filé un peu de laine de mouton suisse teinte au henné.

Filage de laine suisse teinte au henné
Filage de laine suisse teinte au henné, avec un fuseau turc de ma fabrication
Teinture

La teinture à la garance additionnée de cochenille m’a donné un joli vieux rose après ajout d’un peu de crème de tartre. Ce soir, j’ai complété ce bain avec un peu de garance Rubia cordifolia et de tannin de gale de chêne. Il y aura cette fois un petit écheveau de mérinos, un peu de soie de Madagascar, un peu de soie en ruban et un peu de laine de mouton suisse bien lavé.

Bain de garance complété
Bain de garance complété

Je venais juste de finir les mitaines de Martin et je commençais celles de Doris, le ciel s’est obscurci et le vent s’est mis à souffler très fort. C’est le début d’un orage qui secoue l’auvent de l’abri et sa porte en toile.

Début des mitaines de Doris
Début des mitaines de Doris

Plus qu’une semaine pour la Fête de la Préhistoire

13 août

J’ai filé ce matin de l’alpaga, assez bien préparé, avec beaucoup plus de facilité.

Le bain de garance amélioré a donné quasiment la même teinte qu’hier, la laine de mouton bien dégraissée n’a donné qu’un ton saumon pâle, la soie décreusée bleu clair a donné un joli grenat.

Bains de différents rouges, un peu de couleur pour la Fête de la Préhistoire
Bains de différents rouges, un peu de couleur pour la Fête de la Préhistoire

Il faudra réessayer demain en mordançant avant.

Voici les fibres après rinçage, elles avaient séché auparavant sur l'arbre à laines. De nouvelles couleurs pour la Fête de la Préhistoire
Voici les fibres après rinçage, elles avaient séché auparavant sur l’arbre à laines. De nouvelles couleurs pour la Fête de la Préhistoire

J’ai presque fini les mitaines de Doris, il faut que je file la laine pour les coutures et tours de finition.

Pour terminer les mitaines de Doris, je dois filer un peu de laine pour les coutures et les bordures
Pour terminer les mitaines de Doris, je dois filer un peu de laine pour les coutures et les bordures

Test d’indigo sur lin pour la chaîne du métier à sprang pour la fête de la Préhistoire, le 22 août.

Il va falloir refaire la cuve d’indigo. Ce sera fait dans quelques jours.

Le drap à bogolan se couvre peu à peu.

14 août

À 7 heures du matin, je m’installe à la porte des toilettes avec une rallonge que m’a prêtée Doris, pour filer. D’abord, je finis la petite quantité d’alpaga gris et teint marron qui me restait. Je change de bobine et démarre la laine pour finir les mitaines de Doris. À 10 heures, j’ai fini de filer les 65 g de laine multicolore.

Je vais faire une bobine à deux bouts avec la laine filée sur une baguette, pour la retordre
Je vais faire une bobine à deux bouts avec la laine filée sur une baguette, pour la retordre

Je range le rouet et je décore de nouveau l’arbre à laine. Puis, je mets sur le feu le mordançage de lin, laine, soie et vue d’un bain de henné et d’un autre de cochenille.

Je retord l’alpaga et la laine multicolore et finis les mitaines. Il reste de la laine et je décide de faire une petite pochette avec cette laine, puis une autre.

Nouvelle petite pochette pour la Fête de la Préhistoire
Nouvelle petite pochette pour la Fête de la Préhistoire

Normalement le rouet peut retordre automatiquement, il en reste qu’à déplacer la petite bague qui détermine l’endroit où va s’enrouler la laine. Mais pour cela, il faut filer des fibres très propres qui en nécessitent pas de révision, du top, par exemple. Cela est rarement le cas pour moi.

D’autre part, il faut séparer la laine à filer sur 2 bobines égales.

J’aurai l’occasion d’en parler ultérieurement.

Heureusement que je retord à la main. Je dois d’abord préparer une bobine avec deux bouts sur un bâton.

Retords manuel, on voit sur mon pantalon quelques derniers déchets éliminés lors de cette opération
Retords manuel, on voit sur mon pantalon quelques derniers déchets éliminés lors de cette opération

Lors de ce bobinage, j’élimine encore des morceaux de paille, je dois renouer parfois quand le fil est trop fragile.

15 août

Ce matin vers 7 heures, je m’installe de nouveau à côté des toilettes. C’est très agréable de filer au grand air. Le rouet est très silencieux, j’entends les oiseaux…

Cette fois-ci, j’ai choisi de filer un reste de Thones et Martod sale, mais sans pailles. En un peu plus d’une heure, j’ai filé presque une demie bobine. Les bobines font à peu près 100 grammes.

Après la décoration de l’arbre à laine, je finis une pochette et j’en fais une autre.

Deux petites pochettes, elles seront vendues lors de la Fête de la Préhistoire
Deux petites pochettes, elles seront vendues lors de la Fête de la Préhistoire

Quand je tisse dehors, j’entends des commentaires assez sympathiques. Il y en a qui se demandent si le coracle sert d’urinoir. C’est vrai qu’il en sent pas très bon, mais il s’améliore avec le temps.

Le coracle prend le soleil chaque jour, il faut le mettre à l'abri dès qu'il pleut. Ainsi il sera prêt pour son rôle lors de la Fête de la Préhistoire
Le coracle prend le soleil chaque jour, il faut le mettre à l’abri dès qu’il pleut. Ainsi il sera prêt pour son rôle lors de la Fête de la Préhistoire

J’ai préparé un nouveau bain de cochenille pour demain et j’ai à nouveau mordancé en prévision de cette teinture. En outre, j’ai fait un test de mordançage au lait.

Test de mordançage au lait
Test de post-modançage à la cendre
Test de post-modançage à la cendre

Puis, j’ai encore fais un bain avec du lin dans le reste de henné et de Cosmos sulfureus.

Dans l’après-midi, le village lacustre est très tranquille. Je décide de tester le filage d’un paquet de laine de mouton valais propre et cardée. En environ 2 heures, j’ai filé presque 100 grammes de laine. J’ai même osé accélérer la vitesse de filage.

Filage de laine de mouton valais cardée pour la Fête de la Préhistoire
Filage de laine de mouton valais cardée pour la Fête de la Préhistoire

Il faut que j’en fasse une deuxième bobine pour tester le retord qui doit être automatique.

 Laine retordue, écheveaux prêts à être teints pour la Fête de la Préhistoire
Laine retordue, écheveaux prêts à être teints pour la Fête de la Préhistoire

En rangeant le drap à bogolan, je m’aperçois que l’envers semble plus marqué que l’endroit.

De 19 h à 21h30, je suis retournée filer à côté des toilettes la laine des moutons valais que m’a donnée Doris, encore plus fine cette fois-ci et avec un peu de soie. La vitesse doit être un peu plus lente pour un fil plus fin.

16 août

Je rembobine ce que j’ai filé la veille au soir sur un bâton pour libérer la bobine du rouet et avoir une bobine à deux bouts pour la retordre au fuseau, elle est parfois un peu fragile, ce sont encore les premiers essais.

Comme d’habitude, décoration de l’arbre à laine, cependant un peu plus tard que d’habitude à cause d’un risque de pluie. Petit bain de cochenille avec laines mordancées et nouveau mordançage.

Évidemment, je parle toujours de laines, mais j’ai aussi teint de nombreuses autres fibres.

Teintures naturelles sur soie, lin et autres fibres
Teintures naturelles sur soie, lin et autres fibres
Vue détaillée de soie teinte à la cochenille
Vue détaillée de soie teinte à la cochenille

Ce bain de cochenille a très bien pris. Lorsque j’ai enlevé les laine du bain de mordançage j’ai eu la surprise de trouver de gros cristaux d’alun de plusieurs centimètres au fond de la casserole. La veille, j’avais récupérer de l’alun qui s’était échappé de son sachet trop fragile. Peut-être que les impuretés et l’excès ont favorisé la cristallisation.

Bogolan, le canal de la Broye vu par un enfant
Bogolan, le canal de la Broye vu par un enfant

Sur le drap à bogolan, un enfant de 4 ans me dessine un curieux serpent, son grand-père m’explique qu’il s’agit du canal de la Broye, sujet d’actualité du fait des inondations dues aux récentes pluies diluviennes dans la région.

Alors, je retords les 70 g de fil fin de la veille, mais pas dans le sens habituel. En effet, par erreur, le bouton sur la machine était passé en torsion Z. Mais, cela me facilite le retord manuel.

Aujourd’hui, ils ont fait les foins sur le terrain devant la caisse, avec plusieurs mois de retard. Du fait des inondations, le tracteur ne pouvait pas passer, les plantes auront eu le temps de fleurir et de se resemer. Cela sent bon.

Dommage que les odeurs ne passent pas internet
Dommage que les odeurs ne passent pas internet

Dans l’après-midi je file à nouveau un peu de fil fin.

17 août

Aujourd’hui, je devais aller à Neuchâtel pour visiter le Musée Ethnographique que Jacques Reinhard m’avait conseillé d’aller voir. En outre, je dois aussi faire réparer mes lunettes dont un verre s’échappe constamment. Mais, on me dit que les musées sont gratuits le mercredi. Donc, j’irai demain.

Comme d’habitude, décoration de l’arbre à laines, un peu teinture, lavage des dernières laines teintes, filage, retord.

Je passe beaucoup de temps à laver les fibres avant de les teindre
Je passe beaucoup de temps à laver les fibres avant de les teindre, il s’agit de coton que l’on m’a donné

18 août

D’abord, je rencontre Jack qui avait reçu un petit appareil pour couper des lanières de cuir. Il a toujours de bonnes informations pour les matériels et petits outils pour l’artisanat. L’outil est arrivé très vite. La démonstration et vraiment impressionnante.

Puis, je pars à Neuchâtel en bateau. Les bateaux ont été rétabli, car ils avaient été supprimé pendant plusieurs mois à cause des inondations.

Vue de la navette entre Port Alban à quelques kilomètres de Gletterens et Neuchâtel
Vue de la navette entre Port Alban à quelques kilomètres de Gletterens et Neuchâtel

J’ai réussi à faire réparer mes lunettes qui paraît-il ont été très mal montées et le verre devrait à nouveau tomber très prochainement. Me voilà prévenue.

Que de magasins de chocolat! Cela fait très envie, mais les prix font peur.

Le musée

Aujourd’hui, je suis partie voir le musée d’Ethnographie, bien caché dans la verdure. Il y avait une exposition de photographie des années 1950 sur des Peuls du Sahel, intéressante.

Voici l'entrée sur la rue
Voici l’entrée sur la rue

Enfin, je finis par trouver l’entrée du musée qui n’était indiquée nulle part.

En réalité, l'entrée de la salle d'exposition est bien cachée au milieu d'un parc
En réalité, l’entrée de la salle d’exposition est bien cachée au milieu d’un parc

J’ai d’abord visité l’exposition permanente organisée par thèmes: plumes, ambassades, sandales, cordes, croix, contenants… J’avoue que j’aurai aimé avoir plus d’informations sur certains objets.

Une salle présente de merveilleuses coiffes...
Une salle présente de merveilleuses coiffes…

Je retiendrai tout particulièrement deux fuseaux très décorés et des bijoux en pailles tressées.

Deux magnifiques fuseaux
Deux magnifiques fuseaux
Les expositions

Puis j’ai visité deux expositions temporaires, l’une sur les missions suisses au Mozambique et l’autre sur le mal du voyage qui montre bien les déformations que peut provoquer le tourisme sur l’artisanat local.

Par exemple au Pérou, une casquette avec des motifs shipibo (d’indigènes d’Amazonie, Nord du Pérou), normalement dessinés en noir (de fer) sur une toile teinte avec des tannins où est écrit Cusco (Andes du Sud du Pérou). Quelle étude de marché a fait produire un objet aussi insensé? Sans compter le fait que ces dessins ont une signification importante pour ceux qui les ont créés. Découpés en petits morceaux, ils deviennent de vulgaires motifs qui pourront être remplacés par d’autres au gré des modes.

Toiles et casquette montrant des dessins shipibo, avec une étiquette qui dit Cusco
Toiles et casquette montrant des dessins shipibo, avec une étiquette qui dit Cusco

On peut aussi y voir une video très instructive sur un groupe de femmes qui présentent avec un certain humour, mais très organisées, la teinture à la cochenille, au village de Chinchero à 20 minutes de Cusco que j’ai vu lors mon voyage au Tinkuy.

Le show est intéressant mais si rapide (les touristes sont toujours pressés) que l’on en se rend pas compte de la complexité et de la lenteur du travail représenté.

Cependant, ces femmes qui doivent être des artisanes qualifiées paraissent plus être des actrices. Quand ont-elles le temps de produire de l’artisanat si les groupes défilent les uns après les autres gratuitement et leur salaire provient des ventes? Quand je les ai rencontrées, il y a plus de 10 ans déjà, leur principal intérêt était de me vendre leur chapeau ou leur gilet, quand je cherchais de la laine d’alpaga et des plantes pour teindre en bleu et en rouge.

Certes la partie de l’exposition sensée représenter un marché artisanal faisait la part belle au Pérou qui est spécialiste de l’artisanat industriel, mais il y avait aussi des stands sur les Esquimaux qui produisaient de petites reproductions de kayak en impression 3D ou les imitations d’objets en ivoire africains…

J’ai oublié de prendre une photo des kayaks en plastique fluo. C’est dommage.

19 août

Jack a fini le métier à sprang, alors nous pourrons monter la chaîne demain et commencer à le tisser. Maintenant, il tient droit et devra rester fixé à une poutre. Au passage, j’ai appris le système de nœuds utilisé à cet effet.

Métier à sprang en place pour la Fête de la Préhistoire
Métier à sprang en place pour la Fête de la Préhistoire
Fils de lin pour le sprang pour la Fête de la Préhistoire
Fils de lin pour le sprang pour la Fête de la Préhistoire
Recharge du bain d’indigo

Puis, avec Jack nous avons complété la cuve d’indigo. Je l’ai testée comme d’habitude avec des visiteurs.

Recharge du bain d'indigo, pour la Fête de la Préhistoire, nous pourrons refaire plus de tests
Recharge du bain d’indigo, pour la Fête de la Préhistoire, nous pourrons refaire plus de tests

Elle m’a donné un bleu plus soutenu, nous avions récupéré l’eau de rinçage qui contenait certainement assez de pigments. Bien sûr, nous avons utilisé la même cruche.

Le bleu le plus foncé vient d'un simple trempage dans notre bain renforcé
Le bleu le plus foncé vient d’un simple trempage dans notre bain renforcé
Soie en ruban, test d'indigo
Soie en ruban, test d’indigo

J’ai cuit une casserole de cochenille où j’avais mis un peu de soie en ruban, un peu de soie de Madagascar décreusée, un peu de laine propre et du lin pour le sprang. Le tout était mordancé à l’alun avec un peu de vinaigre.

Retord Navajo

Puis, j’ai terminé de filer une bobine de laine de Thones et Martod sale au rouet. Je voulais tester le retord dit navajo avec cette laine. Ce type de retord est à la mode actuellement. Une seule bobine suffit.

Pour cela, il s’agit de retordre en faisant d’énormes chaînettes avec les mains. Ainsi, on obtient une laine à 3 brins. Je l’ai pesée, elle faisait 126 g. puis d’abord rincée, et enfin lavée avec un peu de savon liquide. Elle sera teinte avec des écorces de saule.

Autres teintures

François a coupé des branches de saule pour faire le fonds du coracle, il m’a laissé les écorces pour teindre. J’ai déjà mis à tremper cette laine dans le mordant pour la teindre avec cette teinture, on ne peut plus locale.

Branches et écorces de saule, encore des déchets pour teindre
Branches et écorces de saule, encore des déchets pour teindre

Comme prévu, j’ai commencé à préparer des étiquettes de prix pour la Fête de la Préhistoire qui approche à grands pas.

20 août

Bain de cochenille avec 70 g de laine de mouton valais filée au rouet, retordue au fuseau. Mordançage de la laine pour le saule.

Au matin, l’eau avait un peu jauni et montrait quelques petites bulles. Laine mise à tremper avec supplément d’écorces et de feuillage.

Bain de déchets de saules, démonstration prête pour la Fête de la Préhistoire

Maintenant, le sol du coracle est fini et est mis en place à sécher chargé de pierres pour qu’il prenne sa forme définitive, les tensions le font craquer le soir.

Maintenant, le coracle a son fond, il est prêt pour la Fête de la Préhistoire

J’ai fait des bobines avec les fils des rayures du sprang. Puis, j’ai commencé à monter la chaîne. Enfin, j’ai décidé de faire 4 petites tresses pour maintenir les débuts et fin de sprang, je ne sais pas si c’est nécessaire. C’est comme cela quand on expérimente en autodidacte. J’ai teint 2 des tresses en indigo.

Cordelettes pour les finitions du sprang
Cordelettes pour les finitions du sprang

Teinture en indigo d’un écheveau de laine de mouton et d’un autre en alpaga-soie beige, comme test. Pour le moment, c’est beau, nous verrons le résultat une fois rincé.

Plusieurs heures passées à faire des étiquettes en cuir avec l’adresse du site, le poids, le prix et le type de fibre, la teinture utilisée. Cela a été long. Maintenant, l’arbre à laines est doté de chiffres.

Je découpe les étiquettes et les écris au feutre, avec wwww.tinctoriales,com, le téléphone, le prix et le type de matière première, la teinture utilisée...
Je découpe les étiquettes et les écris au feutre, avec wwww.tinctoriales,com, le téléphone, le prix et le type de matière première, la teinture utilisée…

Quand j’ai sorti les laines de la cochenille, j’ai ajouté un peu de crème de tartre dans le bain, elles ont donné un rose assez soutenu. J’ai complémenté avec de la garance pour le lendemain.

J’ai aussi préparé un petit bain avec des déchets variés: épluchures d’échalotes, d’avocat…

François a joué de la cornemuse ce soir, c’était beau.

Puis, sont arrivés les constructeurs du coracle. Ils se sont décidés à aller l’essayer tout de suite, essai concluant. Ils ont décidés où ils débarqueraient pour l’arrivée des marchands lors de la Fête de la Préhistoire.

Le test s’est passé dans une très bonne humeur, comme d’habitude à Gletterens.

Fardeau de laines avant de décorer l'arbre à laine, toutes prêtes pour la Fête de la Préhistoire
Fardeau de laines avant de décorer l’arbre à laine, toutes prêtes pour la Fête de la Préhistoire

21 août – Demain, c’est la Fête de la Préhistoire

Nouvelles journée passée à doter de prix mes travaux, c’est difficile de faire ni trop cher, ni trop peu cher. Les visiteurs sont toujours trop pressés.

Colliers et  bracelets étiquetés pour la Fête de la Préhistoire
Colliers et bracelets étiquetés pour la Fête de la Préhistoire

Nouveau test du coracle, cette fois-ci avec les marchandises. Nouveau succès.

Journée très calme, Jack m’a imprimé des cartes de visite, car il ne m’en restait presque plus.

Nouveau bain de cochenille. Encore une expérience, reteinte d’un écheveau rose de cochenille en indigo. Un écheveau de bois de Campêche violet, le bain de déchets variés a donné un très beau jaune, il est resté à tremper.

Derniers préparatifs pour la Fête de la Préhistoire.

C’est la Fête de la Préhistoire

22 août

Il a beaucoup plu pendant la nuit, heureusement la journée a été assez belle.

Comme souvent, j’ai allumé les feux de bonne heure. Bain d’écorces et de feuilles de saules qui trempent depuis 2 jours, épuisement des bains de cochenille et déchets divers. Retord à la dernière minute de laine sale filée au rouet pour alimenter ces bains.

Je viens de retirer l'écheveau de l'aspe, il devra être soigneusement lavé avant teinture
Je vien de retirer l’écheveau de l’aspe, il devra être soigneusement lavé avant teinture

J’ai décoré l’arbre à laine avec les dernières teintures lavées le matin même, les nouvelles teintures de la veille et toujours les rubans et autres fibres non filées.

Les “marchands” débarquent les marchandises, il y a beaucoup de visiteurs. Je n’ai pas eu le temps de prendre beaucoup de photos.

Arrivée des "marchands" avec le coracle, vedette de la Fête de la Préhistoire
Arrivée des “marchands” avec le coracle, vedette de la Fête de la Préhistoire
Les "marchands" de la Fête de la Préhistoire ont déballé leurs marchandises
Les “marchands” de la Fête de la Préhistoire ont déballé leurs marchandises

Une dame m’a donné 4 grands cônes de coton. C’est un beau cadeau, je pense en teindre une partie pour mes premiers galons aux plaquettes. Il va falloir les passer en écheveaux, les faire bouillir avec du savon et les mordancer.

Mise en écheveaux d'un cône de coton, avant mordançage et teinture
Mise en écheveaux d’un cône de coton, avant mordançage et teinture

Une Mapuche chilienne m’a enseigné à faire une tresse à 5 fils doubles, le résultat est très joli.

Les “marchands” ont bien vendu, surtout des laines teintes.

En fait, la journée est passée si vite que je n’ai presque `pas pris de photos. Il y avait beaucoup de monde.

Après la Fête…

23 août

Vers 6 heures du matin, j’ai vu une grosse pleine lune entre les arbres, j’ai eu beaucoup de mal à la photographier car le ciel s’éclaircissait plus en photo qu’en réalité. Puis, j’ai vu passer un écureuil brun foncé dans les arbres.

Encore une fois, j’ai vidé sur le compost les restes de végétaux qui encombraient les bains de teinture à filtrer.

Préparations pour le départ

J’ai beaucoup à faire pour préparer mon départ. Je dois préparer un peu mon itinéraire.

Il faudrait aussi que je fasse les derniers ecoprint tant que j’ai des casseroles, que j’épuise les bains ou les transforme en teintures ou pigments.

En fait, j’ai passé presque toute la journée à transformer un cône de 850 g de coton en écheveaux. Comme, j’avais besoin de nouveaux récipients pour filtrer les vieux bains et laver le coton, j’ai accompagné Tania à la déchetterie pour se débarrasser des ordures de la Fête de la Préhistoire, j’en ai profité pour récupérer quelques pots utilisables.

J’ai donné une deuxième vie à une bonbonne de bière en plastique, après avoir enlevé l’étiquette, je découvrais une grosse bouteille en plastique que j’ai pu percer avec un couteau en silex, puis j’ai continué aux ciseaux.

Découpe de la bonbonne de bière, déchet de la Fête de la Préhistoire qui deviendra un utile récipient

J’ai aidé Tania à démonter une petite yourte et j’ai beaucoup appris sur le montage de celles-ci, il faudra que je modifie mon article sur la yourte de Chevrainvilliers.

Détail de montage d’une yourte

Aujourd’hui, j’ai pu parler avec Mireille qui organise le Festival Yelen à Baulme en Septembre. Elle m’a confirmé que je pouvais y participer, elle aussi pratique la teinture naturelle et notamment le bogolan. Il me semble que cela va être très intéressant.

Dans la soirée, Doris et Martin sont venu ramener le petit hérisson souffrant à son nid. Il semble avoir récupéré sa santé, il a eu aussi droit à deux jours de nourriture spéciale pour lui. Je suis bien contente.

Doris remet le petit hérisson dans son nid
Doris remet le petit hérisson dans son nid, il aura même droit à un supplément de nourriture spéciale pour lui

Lorsque je rangeais l’arbre à laine, il m’est venu à l’idée de tester l’indigo avec de la soie tussah, le résultat est très beau, je vais sans doute recommencer demain.

24 août

Enfin, vient la teinture des écheveaux de coton, 2 en indigo, mordançage de 2 autres au lait, le reste est réparti entre un bain de cochenille-alun-crème de tartre et mordançage à l’alun.

Épuisement des bains, réduction pour transformer les restes en encre après tamisage. Les filtres à café en servent pas, ils se percent les uns après les autres. Je finis par aller chercher la vieille passoire pour les cendres aux toilettes sèches je l’ai recouverte d’une toile comme tamis.

Malgré le fait que j’épuise les bains, je suis assez contente des couleurs obtenues en coton.

Une dame qui vit au Mali et connaît des artistes qui travaillent le bogolan m’a invité chez elle là-bas. Ce serait passionnant. Mais, ce voyage semble un peu compliqué. Maintenant, alors que j’écris cet article, je me débats avec les bureaucraties tant française que chilienne, tout bêtement pour pouvoir rentrer au Chili.

J’ai commencé le bonnet jaune et violet que l’on m’a commandé dimanche. Je le finirai en voyage.

Dernières teintures sur coton et un peu de soie.

Beaucoup de vent.

Je commence à concentrer les bains. Dernière promenade à la déchetterie pour compléter la panoplie de vieilles casseroles.

Mise au compost des restes solides des bains.

25 août carnet

Fin de concentration des bains accélérée.

Rangement un peu brusqué de tout mon bazar, pour mon départ le lendemain.

Tri organisé rapide des bagages qui m’attendront au Village Lacustre jusqu’au Festival Yelen.

J’ai encore récupéré un peu de fibre de houblon qui avait eu le temps de rouir. Curieusement, j’avais rêvé de ces tiges de houblon.

Demain départ pour la Scandinavie

Prochain article pour bientôt… Si mes démarches pour mon retour au Chili m’en laissent le temps.

Malin, la teinture naturelle

/// Teindre, c’est malin ///
Nouvel article du 14 Février 2020
Je suis bien revenue en France et j’y serai jusqu’au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Malin, recycler des vêtements

Jeter des vêtements qui peuvent être remis à jour, ce n’est pas malin… Nous allons voir ce que nous pouvons faire avec peu de moyens… La quantité de vêtements “fast fashion” jetés à la poubelle ne fait qu’augmenter chaque année, générant chaque fois plus de déchets polluants. En outre, nombre de ceux-ci sont détruit avant usage. Quel gâchis!

Cependant, je ne veux pas vous écraser sous des monceaux de chiffres alarmants. Il paraît que cela fait sérieux dans les blogs. Hélas, ceux-ci sont fort inquiétants. Sans doute, pouvons-nous faire notre apport créatif et personnel.

Ainsi, nous devons donc d’abord choisir des vêtements en fibres naturelles. Ils seront plus durables et nous pourrons les reteindre. Enfin, nous leur donnerons une nouvelle vie. Il suffit de les choisir de couleur le plus clair possible, car les teintures naturelles ne sont pas couvrantes (si vous avez des toiles noires, ne cherchez pas à les teindre, essayez plutôt de les déteindre à l’eau oxygénée).

Moi-même, j’ai testé avec des vêtements d’occasion au Brésil. J’investissais peu pour des résultats surprenants. Le coton n’est pas la fibre la plus facile à teindre, loin de là… En outre, la production du coton est souvent loin d’être écologique, malheureusement… Donc, si on a des vêtements en coton, essayons de les faire durer.

Ecoprint

L’ecoprint est un système de teinture très malin. Il suffit de très peu de plantes, car c’est plutôt une technique d’impression.

Voici comment profiter de n’importe quelle ballade, pour décorer un vêtement blanc ou de couleurs claires, en récoltant de feuilles et des fleurs. L’idéal est de les garder fraîches afin qu’elles ne se recroquevillent pas trop.

Puis, on passe à l’étape créative, en appliquant les feuilles sur le textile. Éventuellement, on peut tester avec du papier un peu fort. On plie ou on enroule directement le support. Maintenant, il faut patienter en laissant tremper. Et enfin on fait chauffer et on laisse à nouveau reposer.

En effet, la patience est nécessaire. Car, il faut laisser la nature relâcher ses colorants cachés au fonds des cellules. La surprise est au bout du chemin.

Une fois le support déroulé et épluché, il faut le laisser sécher pour que se développent des réactions chimiques qui influent sur la couleur et sa solidité.

Application de végétaux sur un ecoprint, c'est malin
Application de végétaux sur un ecoprint, c’est malin

Après cette étape, il faut laver et rincer la pièce.

On peut facilement pratiquer cette teinture maline avec des enfants.

Shibori

Le shibori (tie-dye) est une technique de réserve que les Japonais, notamment à Arimatsu, ont développé de manière très poussée.

Ils s’agit de protéger des zones à ne pas teindre à l’aide de nœuds, d’attaches, de broderies qui empêcheront la teinture de pénétrer la toile.

C’est malin et aussi à la portée des enfants qui y prennent plaisir.

L’idéal est bien sûr l’indigo que l’on peut préparer simplement et de manière très sûre avec le bain 1-2-3 de Michel Garcia.

Shibori malin à l'indigo lors d'un atelier à Santa Fe, Argentine
Shibori malin à l’indigo lors d’un atelier à Santa Fe, Argentine

Batik

Le batik est une autre technique de réserve intéressante. Normalement, on utilise de la cire fondue. Mais, il existe des pâtes qui fonctionnent à froid, il faut patienter le temps qu’elles sèchent.

Cette technique, nécessite de travailler avec des teintures sans chauffer et surtout avec des toiles fines. L’indigo est encore une fois ici l’idéal.

Pochoir naturel et cire, batik malin à Talata, Madagascar
Pochoir naturel et cire, batik malin à Talata, Madagascar

Malin, teindre avec des déchets

Beaucoup de déchets organiques peuvent teindre avant d’arriver dans le bac à compost ou à la déchetterie.

Épluchures d’oignons

Aujourd’hui, j’ai reçu un message, me disant qu’il en faut beaucoup. L’oignon est très sain, il vaut mieux utiliser les épluchures d’oignons de garde, qui contiennent plus de quercétine. Moi, j’en récupère auprès des marchands de légumes ou auprès des restaurants. Il vaut mieux les laisser tremper quelques jours dans l’eau avant de mettre à chauffer, elles libéreront plus de colorants.

Teinture aux épluchures d'oignons, atelier à Santa Fe, au Centre, Culturel, La Esquina Encendida, Argentine
Teinture aux épluchures d’oignons, atelier à Santa Fe, au Centre, Culturel, La Esquina Encendida, Argentine

Voici le résultat de ce bain, pure récupération. Cela peut se faire avec de nombreuses teintures, le résultat s’éclaircit au fur et à mesure des bains.

Plusieurs bains consécutifs sortiront de cette casserole d'épluchures d'oignons. C'est encore malin
Plusieurs bains consécutifs sortiront de cette casserole d’épluchures d’oignons. C’est encore malin

Les artichauts

Quand on mange des artichauts, on en jette plus de la moitié. On peut récupérer tout ce que l’on élimine habituellement. À cela on peut ajouter les tiges et les feuilles, ainsi que l’eau de cuisson dont le sel participera aussi à la teinture.

Sauterelle en train de déguster de la laine teinte avec des déchets artichauts, à Copiapo, Región de Atacama, Chili
Sauterelle en train de déguster de la laine teinte avec des déchets artichauts, à Copiapo, Región de Atacama, Chili

Épluchures de pommes, de poires…

Vous faites un tarte aux pommes ou aux poires, les épluchures et les trognons peuvent donner un joli ocre.

Désolée. j’avais des photographies, elles ont eu des problèmes, je n’arrive pas à les récupérer.

De même, si vous faites des gelées de coings, il faut profiter de toutes les épluchures. Si vous avez des arbres fruitiers, les fruits non mûrs qui tombent au sol doivent aussi être utilisés car ils sont bourrés de tanins.

Les noyaux doivent aussi être testés. Je l’ai fait avec les noyaux de mangues récupérés auprès d’un vendeur de jus de fruits naturels à Iquique, cela m’a donné un magnifique jaune saumoné.

Les tailles de fruitiers, des haies

Les déchets de tailles de haies ou des arbres fruitiers, en BRF (bois raméal fragmenté) ou pas, sont de grandes sources de tanins. C’est malin d’en tirer parti.

Selon si ces déchets contiennent plutôt des feuilles ou plutôt des branches, ont obtiendra des résultats différents. À mes débuts en teintures naturelles, quand je vivait à Longotoma, j’ai testé de jeune branches d’abricotiers. J’avais séparé les feuilles et les tiges. Les feuilles m’ont donné un joli vert et les branches du beige.

Les “mauvaises herbes”

Partout, de nombreuses plantes invasives et “mauvaises herbes” teignent, il est facile d’en tirer parti. Je n’aime pas le terme “mauvaises herbes“. Car souvent, nous les connaissons mal, beaucoup sont médicinales, telles le plantain, la bourse à pasteur, les orties, le buddleia, les chardons… et on peut en tirer parti en teinture naturelle.

Teindre malin, c’est aussi savoir utiliser les “mauvaises herbes”, comme ici la Sorona, à Mamiña qui donne un très beau jaune

Ainsi, les orties nous donnent aussi des fibres qui étaient très employées au Moyen-Âge. Voici deux liens de videos sur la filature des orties.

Les ronces, les érigerons du Canada vous donnerons de jolis jaunes. En outre, les jeunes rameaux de ronces émettront une agréable odeur de confiture.

Les feuilles mortes

Au lieu de les jeter à la poubelle, ou avant de les mettre au compost, on peut teindre malin avec. En effet, elles présentent des taux élevés de tanins qui peuvent donner de jolis beiges, marrons, verts olive, ou gris selon si l’on ne mordance pas ou si l’on mordance au fer (ou au cuivre). On peut les mettre au compost après la teinture.

Teinture aux feuilles mortes, usage malin d'un déchet courant
Teinture aux feuilles mortes, usage malin d’un déchet courant

Brou de noix, coques de d’amandes, bogues…

Nous avons là de très bonnes sources de tannins. La réputation du brou de noix n’est plus à faire. Il s’agit de l’enveloppe verte et molle des noix qui devient brune par la suite, l’idéal est de la laisser fermenter le plus longtemps possible. Les coquilles dures peuvent aussi teindre, mais moins foncé.

Les coques d’amandes donnent un très joli beige rosée.

De même, les bogues de châtaignes et de marron d’Inde sont aussi bourrées de tannins.

Teindre avec des parasites

On peut aussi teindre avec des parasites, par exemple avec le Quintral del Molle

Cette magnifique plante qui attaque de nombreuses espèces d'arbres et un hémiparasite courant, ici sur un molle, donne un brun tabac très lumineux, c'est malin de teindre avec
Cette magnifique plante qui attaque de nombreuses espèces d’arbres et un hémiparasite courant, ici sur un molle, donne un brun tabac très lumineux, c’est malin de teindre avec

Voici le résultat…

Poncho tissé avec de la laine teinte au Quintral de molle, encore une fois teindre naturel, c'est malin
Poncho tissé avec de la laine teinte au Quintral de molle, encore une fois teindre naturel, c’est malin

La cochenille qui donnent une très grande variété de couleurs orange, roses, rouges, violets, gris… est aussi un parasite qui s’attaque tout particulièrement aux figuiers de Barbarie…

Malin, économique et écologique

Dans ce cas, comme souvent teindre naturellement est à la fois écologique et économique.

Malin, pourquoi

Pourquoi, parce que cela permet de recycler des vêtements et de prolonger leur vie en utilisant éventuellement des déchets, d’une manière à la fois ancestrale et innovante.

Malin et personnalisé

La personnalisation de ses vêtements permet un habillement original et créatif, qui sort de la standardisation habituelle, sans être forcément excentrique…

Malin - Bonnet teint une première fois à la camomille des teinturiers, adventice courante, puis personnalisé à l'indigo - shibori
Malin – Bonnet teint une première fois à la camomille des teinturiers, adventice courante, puis personnalisé à l’indigo – shibori

Malin et économique

Comme on peut s’entraîner avec des matières tinctoriales qui proviennent de déchets, et avec des vêtements d’occasion, les coûts se réduisent à la source de chaleur.

En outre, quand on a du temps et un peu d’espace à l’extérieur, on peut même teindre sans chauffer le bain.

Écologique aussi

Tout ce que je viens d’expliquer montre qu’il s’agit là d’une technique écologique.

Si vous avez le temps et un peu d’espace, vous pouvez utiliser le soleil.

Essai de teinture au soleil, c'est très malin avec certaines plantes
Essai de teinture au soleil, c’est très malin avec certaines plantes

Sain, bien sûr

Les teintures naturelles sont saines, il suffit d’éviter les plantes toxiques. En outre, l’indigo a même la réputation d’être répulsif pour les moustiques.

Une grande majorité des plantes à teindre sont aussi médicinales.

D’autre part, les teintures chimiques sont à base de produits toxiques tels que le cadmium ou le chrome. Mieux vaut les éviter.

Malin et facile

Si vous n’osez pas teindre de grandes quantités, ont peut teindre des fils pour broder… Il suffit qu’ils soient de fibres naturelles. En outre, cela permet de tester des couleurs facilement et utilement. Broder, peut être une autre manière de personnaliser pour pas cher un vêtement, ou de cacher certains défauts…

On peut aussi teindre un peu de laine à feutrer, et l’utiliser en feutrage pour faire des bijoux ou broder à l’aiguille avec sur des vêtements que l’on peut personnaliser avantageusement ainsi.

Quelle aubaine! Une vieille casserole, la plus grande possible que vous n’utilisez plus pour cuisiner. Les plantes de votre choix, un peu de mordants, ou des extraits préparés par Michel Garcia si vous êtes pressés.

Déchets perdus pour belles teintures, pas malin!

Il y a même des déchets qui se perdent, c’est le cas des “locos” et “locates“, fruits de mer très appréciés au Chili au point que leur pêche est parfois interdite. Il sont doté d’une glande hypobrachiale jaune du vivant du coquillage, qui devient violet-pourpre à l’exposition aux rayons ultra-violets du soleil, de même que les murex dont était tirée la fameuse Pourpre de Tyr dans l’Antiquité.

Ceux qui pêchent ces coquillages reviennent avec les mains pourpres, car ils nettoient les coquillages en pleine mer et y jettent tous les déchets, ce merveilleux colorant compris.

Essai de teinture aux "locos" et "locates", à Taltal, près d'Antofagasta, Chili
Ce serait malin à développer
Essai de teinture aux “locos” et “locates“, à Taltal, près d’Antofagasta, Chili
Ce serait malin à développer

Conclusion

Que vous manque-t-il pour commencer à teindre malin, c’est facile. Vous trouverez sur ce blog de nombreux conseils et nous pouvons organiser des ateliers où nous pourrons combiner toutes ces astuces.

J’attends avec impatience vos commentaires.