Voyage hors normes

/// Voyage hors normes ///
Article cr´´eé le 23 novembre 2021, modifié le
J’aurais dû être de retour au Chili le 22 Novembre 2021, mais un formulaire lié au Covid en a décidé autrement – Retour en Europe probable printemps 2022 – Beaucoup de nouveautés
Orga
nisons donc des ateliers! C’est facile
+33 7 69 905 352 (whatsapp) – publicobre2000@yahoo.es
Plusieurs nouveaux articles sont en cours de rédaction et seront bientôt publiés.

Le voyage hors normes, si l’on peut dire, n’est pas une nouveauté pour moi. D’habitude, il s’agit surtout d’un excès de bagages… Mais, les choses se compliquent par le temps qui courent. Vous vous en doutez, il semble de bon ton qu’un certain virus ne veuille laisser personne tranquille. J’espère que cet article puisse éviter à d’autres les déconvenues qui viennent de m’arriver. Je n’ai encore décelé la norme que je n’ai pas respectée.

Mon retour au Chili aurait dû être une simple formalité et je devrais déjà être entrain de faire de nouvelles expériences. Mes prochains articles aurait dû vous relater la Fête de la Préhistoire à Gletterens et les voyages qui l’ont suivi… Mais, l’actualité a tout bousculé…

Voyage un peu trop chargé

Après 18 mois en Europe et des expériences merveilleuses, mes bagages ont pris de l’embonpoint, sous la forme de matières premières, d’outils et bien sûr de livres…

Je passe sur les réflexions déplacées des agents de la SNCF qui ne comprennent pas que l’on voyage avec des valises… Leurs limites seraient de 18 kg! C’est-à-dire moins que les 23 kg autorisés en avion!

Je regrette toujours, l’absence d’ascenseurs, ou plutôt de rampes (comme en Suisse). Celles-ci ne tombent pas en panne. Les escaliers sans autres alternatives sont encore trop nombreux en France. Déjà, je m’en suis plaint dans mon premier article sur le Village Lacustre de Gletterens.

Les charriots ont complètement disparus. Les toilettes aussi. Et les consignes, qui existent encore un peu partout en Europe, ont disparu du paysage français.

Cette fois-ci, je suis revenue à la gare de Lyon à Paris, vers 20:00 heures. Comme, il n’y a pas de de charriot, j’ai donc tiré mes 8 bagages, un par un, sous l’œil goguenard des fiers-à-bras qui font office d’agents de surveillance.

Personne n’a été capable de m’indiquer les consignes. J’ai dû prendre un taxi van pour l’hôtel.

Arrivée à la Gare de Lyon, quel voyage!
Arrivée à la Gare de Lyon, quel voyage!

Quand au jour où je suis retournée à Nemours, le taxi me laisse juste devant un ascenseur interdit à cause d’une alerte à la bombe. J’ai dû faire les 400 m qui me séparaient de l’entrée principale en tirant les 8 bagages.

Agréable exception, la Suisse

Je dois un remerciement exceptionnel à tous les Suisses qui m’ont aidés à chacun de mes transferts.

Quand on voyage chargée, la Suisse est un paradis, même les jeunes proposent de l’aide, même quand ils vont dans une autre direction. C’est remarquable!

Contenu hors norme, voyage d’études pratiques

D’habitude on voyage avec les vêtements nécessaires et quelques souvenirs.

Moi, je transporte des outils, des matières premières et bien sûr quelques tissages… En outre, j’ai une fâcheuse tendance à collectionner les livres. En effet, ils m’apportent des informations de nature différente à l’internet. Cela change la donne. Mais si je veux pouvoir faire des démonstrations, il faut bien que j’ai un peu de matériel.

Déménagement hors de prix

Ou comment ramener au Chili un métier à tisser?

Lors de mes wwoofing en Normandie, j’ai rencontré une dentellière, ancienne tisserande qui vendait un métier à 4 pédales. Ce métier avait été construit par son père. Il est très beau.

Une fois démonté, il n’est pas monstrueux, il doit tenir dans le coffre d’une Diane.

Je rêvais de ce genre de métier depuis longtem`ps. En outre, chez Rincón de Angel, il y a un employé originaire d’Otavalo (Équateur) qui a de l’expérience avec ce genre de métier.

Rouet et métier à pédales, démonté
Rouet et métier à pédales, démonté

Vu que j’ai passé plus de 6 mois en France et que j’ai la double nationalité française et chilienne, j’ai la possibilité de faire entrer du matériel sans frais de douane au Chili.

En fin de compte, le seul transporteur qui ait daigné me répondre, et ce seulement 2 jours avant la date prévue pour mon départ, me fait un devis de 4.500 euros, pour 4 m3! Soit beaucoup plus que nécessaire. Pour 2 m3, c’est le même prix!

Autant dire que l’affaire ne les intéressait pas. Mon déménagement était trop petit pour être dans les normes.

Si vous êtes intéressé par ce genre d’affaires à un prix plus honnête, n`’hésitez pas à prendre contact avec moi.

Grande décision

Je compacte le maximum d’affaires en 4 valises, 2 sont déjà comprises dans le billet d’avion. Les 2 autres seront en supplément.

Je laisse mes vêtements, le matériel de teinture, les laines et les tricots chez Gérard.

Je regrette beaucoup de devoir laisser ce métier à tisser en attente, il serait beaucoup plus utile à Puerto Montt.

Vol réservé

Le 8 novembre 2021, j’appelle la compagnie aérienne pour activer la date de mon retour, celui-ci avait été bloqué à cause d’un fameux virus. Maintenant, on doit pouvoir voyager.

Donc, pour la date du voyage de retour, nous retenons le 21 Novembre, en payant un supplément de 95 euros. Car le 22, le supplément monte déjà aux environs de 500 euros, soit déjà presque un aller simple.

Comme toutes ces tractations passent par des appels sur des numéros en 0800….. cela m’occasionnent des suppléments à mon forfait basique de 5 euros après chaque coupure. Lors de chaque appel, il y a des temps d’attente d’au moins 1/4 d’heure… et on tombe sur un agent différent qui ne peut pas savoir ce qui a été fait par son collègue, quelques minutes auparavant.

Les temps sont donc très court pour les diverses démarches.

Préparation du voyage

Les valises

Dans ces conditions, je dois préparer en urgence les valises. Les livres que je devais expédier par bateau au Chili, avec le métier à tisser, iront dans les 4 valises. Ils seront la cause de tout excès de poids.

Pour une fois, elles ne sont pas bourrées à craquer. Je n’ai pas eu de mal à les fermer.

Le formulaire de www.c19.cl

J’aime bien l’informatique, mais je préfère quand cela fonctionne.

Ce formulaire, comme beaucoup d’autres, est doté d’un “capcha” pour s’assurer que je ne soit pas un robot. Mais, le résultat négatif, immédiat et sans explications, provient d’un robot.

Les délais pour le remplir sont très courts. Je m’y suis pris `plus d’une semaine à l’avance. Il est très peu explicite, certaines rubriques en excluent d’autres. Les dates du voyage ne peuvent être sélectionnées que 3 jours à l’avance, et sont aussi conditionn´´ees par le test PCR.

Voyant mes difficultés pour remplir ce questionnaire benoîtement intitulé “Déclaration jurée“, j’appelle par whatsapp mon ami de Rincón de Angel qui essaie de s’informer.

Test PCR

Je l’ai passé à le 19 novembre à 8:38 h, les résultats ne me sont parvenus qu’à 20:21 h. Peut-être, l’ai-je passé un peu trop tôt, car mon arrivée à Santiago était prévue à le 22 à 09:09 h. Pour moi, il´´ était clair que je devais en subir un autre en arrivant.

Peut-être aurais-je dû le passer plutôt vers 9h30?

Le certificat du test PCR, doit aussi être fourni aussi en anglais, seulement le laboratoire qui m’avait dit que c’était automatique, a oublié de me l’envoyer. Et cela faisait aussi partie des exigences. Peut-être, était-il caché dans le QR-code?

Double nationalité?

Si, le formulaire `prévoit bien deux documents, il ne prévoit pas la double nationalité. Sachant que je rentre au Chili, j’indique de `préférence la nationalité chilienne.

D’autant plus, que si j’indique ma nationalité française, je suis assujettie à une assurance de voyage pour un minium de 30.000 dollars, qui m’est inutile. En effet, je bénéficie de la sécurité sociale chilienne, Fonasa, quand je suis au Chili. Les Chiliens sont donc exemptés de cette assurance voyage.

En outre, le système informatique ne laisse pas entrer 2 nationalités et 2 numéros de passeport. J’avais donc imprimé ce formulaire laissant vides les cases concernant les nationalités et documents de voyage. Je pensais le remplir manuellement en cas de difficulté.

Ce même système insiste sur le fait que l’on doit donner le numéro du document d’identité sur lequel sont inscrits les vaccins.

C’est curieux, mais lors de la vaccination, en France, rien n’a été inscrit sur mon passeport!

Transit aux États-Unis

Le retour prévoit une escale à New-York, en transit. J’avais demandé à temps l’ESTA, par le site officiel, cette fois-ci. À ce niveau tout allait bien.

Mais, si je voyageais en tant que chilienne, il aurait fallu que je demande un visa aux États-Unis.

Les vaccins

Vu que je devais voyager dans des pays plutôt pointilleux au sujet des vaccins Covid19 (Allemagne et Italie), j’ai décidé de me faire vacciner contre mon gré. Je suis donc à jour avec mes 2 doses.

Donc, j’ai le fameux “pass” à jour, et j’ai pu faire tout le circuit que j’avais prévu. J’ai même eu le plaisir de constater que ce document n’était même pas nécessaire en Scandinavie.

Reconnaissance des vaccins par le Chili

Au cours des nombreuses heures passées à faire des recherches sur internet, je découvre l’existence de www.mevacuno.gob.cl, première étape obligatoire, et l’apparition au Chili d’un “clave única” pour toutes les démarches administratives.

Il faut d’abord s’y inscrire.

Écran d’entrer pour faire enregistrer les vaccins Covid19

Puis, il faut remplir un questionnaire avec photographie des documents d’identité et de vaccination. Les documents ne doivent pas être trop lourds, j’ai dû les convertir pour les alléger. Heureusement que j’ai un peu d’expérience en conversion de fichiers informatiques!

Il va falloir encore attendre au moins 7 jours à partir du 20 novembre. Je guette l’état de mes démarches.

Bien que je soie parfaitement bilingue et que j’aie l’habitude des documents administratifs chiliens, je me dois d’insister sur le manque de clarté de ceux-ci.

Pour tout problème“, on indique un numéro en 800 (chilien et payant) et un autre à Santiago du Chili, bien sûr inaccessible depuis mon portable français. J’ai à nouveau recours à mon ami de Puerto Montt qui me fais écouter en boucle la bande sonore enregistrée qui ne me donne pas d’informations complémentaires. Encore une dépense inutile.

Puis, il arrive à me mettre en contact avec une fonctionnaire du Minsal (Ministère de la Santé Chilien) qui me donne une adresse pour envoyer un e-mail. Ce que je fais. J’attends encore la réponse qui était pourtant urgente.

J’ai aussi appelé au service d’urgence du Consulat du Chili à Paris, nous étions un samedi, qui ne m’a jamais rappelé.

Quarantaine

Pour ceux qui risquerait d’apporter le Covid, une quarantaine de 7 jours s’applique. Cela doit jouer dans le cas où le test PCR à l’arrivée à Santiago serait positif. Ce serait le comble de malchance.

Vu que j’habite à Puerto Montt, la logique est de l’effectuer à mon adresse où je ne dérange personne.

Le formulaire précise que je dois me rendre à cette adresse par mes propres moyens, sans utiliser de transport en commun, même pas l’avion! Qu’est-ce qui m’empêcherait de louer une voiture pour m’y rendre?

En effet, si j’indiquais l’adresse d’une amie à Santiago, je bloquerais tous les habitants de cette maison qui ne pourraient plus aller travailler. Il faut en donner la liste avec nº de carte d’identité dans le formulaire.

et l’hôtel…

Il reste l’option “hôtel“. Je tape sur mon moteur de recherche “liste des hôtels pour quarantaine Santiago de Chile“. Je tombe sur un site officiel avec un calendrier de réservation. Curieusement, il reste bloqué en octobre 2021. Cependant, nous sommes déjà presque à la fin novembre!

Je n’ai pas pu voir la liste complète des hôtel, les 3 qui apparaissaient sur la page indiquaient des prix de l’ordre de 130.000 pesos chiliens la nuit. En euro, il faut diviser par 900 (145 euros). Soit plus d’1/3 d’un salaire mensuel chilien. À ce prix, cela doit être une prison dorée.

Beaucoup de questions sans réponses

Comme je suis confiante dans l’avenir et que je pensais avoir affaire avec des êtres humains, doués de raisons avec lesquels on peut s’expliquer. Comme prévu, je pars à Roissy CDG, avec un gros dossier afin d’expliquer ma situation le cas échéant.

J’amenais donc avec moi tous les justificatifs d’inscription pour les vaccins, le fameux formulaire de 5 pages à demi-rempli…

Pourquoi le formulaire est-il refusé?

  • L’inscription des vaccins?
  • Le numéro du passeport?
  • L’assurance?
  • L’adresse de quarantaine?
  • Ou une autre raison à laquelle je n’ai pas pensé?

Je n’ai pas encore compris ce qui étais hors normes dans ma façon de remplir ce formulaire.

Voyage annulé

21 novembre

Par chance, Gérard, qui m’a reçu ces derniers jour, à la très grande gentillesse de m’accompagner avec mes 4 valises et d’attendre avec moi que mes bagages soient enregistrés. Nous étions partis du Gâtinais à 4:00 h du matin pour être à temps. Il faut être là au moins 3 heures avant le vol prévu à 9:40 h-

Quelle ne fut pas ma surprise quand l’employée de la ligne aérienne m’annonce que je ne peux pas voyager.

Je lui ai expliqué avec l’aide de Gérard tout ce que je viens de vous expliquer,

Alors, nous avons refait le formulaire www.c19.cl , toujours négatif. Mais, il s’abstient de nous dire pourquoi. Le doute plane toujours.

Résultat négatif immédiat, voilà de quoi empêcher un voyage!

C’est ainsi que je découvre comment on obéit aveuglément à un système informatique. La compagnie aérienne estime que sa responsabilité est en jeu.

Cependant, il me semble qu’en arrivant au Chili, j’aurais pu expliquer ma situation, vu que j’étais tout de même vaccinée, ce qui est le point principal. Vu les conditions actuelles, on risque pas d’oublier ces injections.

Cela me rappelle le livre de Jean-Michel Besnier: “Le syndrome de la touche étoile“.

Encore des questions en suspens

Bien sûr, je dois reconnaître que le personnel de la compagnie aérienne a été très aimable et compréhensif. Mais, ils ne m’ont proposé que de bloquer mon billet et de le réactiver quand le problème serait résolu. Je crains d’avoir un gros supplément à payer. Ils étaient totalement muets à ce sujet.

Il faudra que je les rappelle le moment venu au même numéro en 08 qui cou`pe en plein milieu de la conversation et occasionne des suppléments de 5 euros ou que je retourne à l’aéroport.

Démarches à distance

De retour chez Gérard, qui m’a encore très généreusement, hébergée chez lui, je fais de nouvelles recherches.

L’assurance pour les Français coûte environ 60 euros par mois. Faudrait-il que je voyage comme française?

J’en suis encore à me demander comment dois-je remplir ce formulaire-couperet afin de ne pas avoir de nouvelles mauvaises surprises à la dernière minute, au moment de l’enregistrement.

23 novembre

En suivant les conseils d’une amie chilienne, je dépose une réclamation au bureau des OIRS du Ministère de la Sant´é Chilienne.

24 novembre

J’ai enfin re´çu une demande concernant les documents qui n’étaient pas lisibles, selon eux, mais il a fallu les alléger pour qu’ils passent.

J’ai découvert la possibilité de récupérer une copie en .pdf du certificat de vaccination français, auprès de la Sécurité Sociale.

Cela fait plusieurs fois que je renvoie les documents, ils ne sont toujours pas assez lisibles!!!

25 novembre

J’envisageais une visite au Consulat du Chili pour apprendre à remplir ce formulaire.

J’y suis allée le 25/11, et j’ai eu la surprise de découvrir que le Consulat du Chili à Paris est fermé pour cause de Covid19.

Par une fenêtre, on m’a passé un petit papier avec un e-mail. Tout doit se passer par courrier électronique!

À peine rentrée chez Gérard, j’ai répondu à un autre mail de l’enregistrement des vaccins au Chili, qui n’arrivait pas à lire les documents. En répondant au lien indiqué, je reçois un mail de “failure notice“. C’est-à-dire qu’il n’est pas arrivé à son but!

Puis, j’ai envoyé un mail à l’adresse du Consulat. J’espère avoir des nouvelles demain.

26 novembre

Il est 17:15, toujours pas de réponse du Consulat, malgré mes divers appels téléphoniques, je tombe toujours sur un répondeur, sur lequel je laisse bien sûr un message reprécisant mon numéro de téléphone.

Le service qui me redemandait des documents n’a toujours pas répondu, ont-ils reçu mes courriers électroniques?

Le service www.mevacuno.gob.cl est toujours en attente de ma réponse!

État de ma demande sur www.mevacuno.gob.cl
État de ma demande sur www.mevacuno.gob.cl
Deux surprises de la dernière heure

À 20:00 h, je reçois un mail du Consulat qui donne l’impression d’être automatique. Ils ne peuvent pas intervenir sur les règles, ni sur les services sanitaires. Donc, la seule option est toujours remplir le www.c19.cl et toujours sans informations.

D’autre part, ils ne répondent pas au sujet des suppléments de la Compagnie Aérienne.

Puis, mon amie de La Serena qui essaie de me guider dans les démarches, m’indique qu’il faut que je communique toutes les informations concernant la 1ère dose. Il faut que je recherche ce document.

Elle a aussi trouvé qu’il faut que je contacte un autre service, le Seremi de Salud, à Puerto Montt et m’envoie le contact qui suit:

Adresse à contacter
27 novembre

Cela semble très officiel, mais il y a une faute dans l’adresse web. En réalité, c’est https://seremi10.redsalud.gob.cl/

Sauf, qu’il n’y a pas de ligne “contact” dans leur menu. Mais, je trouve un menu “Apostilla” qui est la nouvelle démarche à effectuer.

De bonne heure, je me suis connectée à Doctolib.fr histoire de chercher un rendez-vous pour la 3ème dose du vaccin, en passe de devenir obligatoire aussi bien au Chili qu’en France. Dans le meilleur des cas, les rendez-vous ne sont disponibles qu’à partir de fin janvier et dans certaines villes, fin mars!

Il est 10:00 h et je viens déjà de consacrer plus d’une heure à ce sujet! Puis, encore une heure en vain, à fouiller au fond de mes valises pour retrouver mon certificat de 1ère dose, malheureusement introuvable. Il faut que je rappelle le CHU de Caen, lundi matin, pour en obtenir un double.

Solution au voyage, enfin

Il y a peu, j’ai découvert par hasard, sur France Culture, un article sur l’histoire de la ponctuation et la proposition d’une nouvelle ponctuation émotionnelle. Dommage qu’elle ne soit pas disponible pour le web! J’en aurais fait un usage immodéré.

Je dois vous avouer que mes amis chiliens ont été plutôt choqué par cette situation.

J’espère que cet article ne vous paraîtra pas trop cauchemardesque et qu’il pourra vous être utile.

Je vous informerai dès mon arrivée au Chili.

Gletterens, préparations

/// Gletterens, préparations/// —- Encore en cours de rédaction (de nouvelles photos vont arriver)
Nouvel article du 21 juin 2021 — Mis à jour le 8 octobre 2021 —
Prochain articleLaver la laine
Organisons donc des ateliers! C’est facile – 07 69 905 352

Pour Gletterens 2021, il y a tant à faire que je ne sais plus par quoi commencer! En réalité, je m’y prépare depuis le Rassemblement Préhistorique de l’an dernier, au Village Lacustre. Depuis l’obtention de mon diplôme je mets les bouchées doubles… Je voudrais arriver à tout faire. Un prochain article fera le compte rendu de ces expériences.

Lectures et rencontres pour Gletterens

Comme de bien entendu toute nouveauté est précédée de rencontres et de lectures et bien sûr d’expérimentations.

Quelles lectures?

Les sources

Elles sont multiples et très variées, elles vont des bibliothèques des amis, les médiathèques municipales, ma propre collection personnelle que j’enrichis chaque fois que je le peux et sites aux internet, en passant par les inoubliables leçons de la nature.

Voici quelques précieuses sources internet:

  • hal.fr, thèses et articles en français
  • academia.edu, semblable, mais plus international, m’a beaucoup servi
  • libraryxyz, livres pdf ou epub, mais aussi beaucoup d’articles
  • bnf, multimédia, sur livres anciens, s’avère très intéressant parfois
  • archive.org, de nombreux documents anciens
  • wikipedia, n’est pas toujours sans intérêt, les articles sont parfois un peu légers, mais les liens tels que celui-ci, peuvent être intéressants
  • Pinterest, la recherche peut être longue, mais c’est très visuel et on peut y découvrir des pépites
  • video youtube
  • cours de Ver de Terre production
  • conférences du Collège de France, c’est agréable à écouter quand on file, tisse ou fait la cuisine et j’y ai beaucoup appris…

Quelle panoplie, je ne n’arrive pas à tout exploiter. J’ai de quoi faire pour les longues soirées d’hiver.

Le sujets

Comme vous le savez sans doute déjà, je ne me limite pas à la teinture et au travail des fibres.

Les video

Bien sûr, je continue à m’intéresser aux orties et aux autres plantes à fibres, j’ai donc vu de nombreux documentaires sur ces sujets, certaines sont listées dans cet article.

Les rencontres

Wwoofing

Comme Aline m’a amenée de nombreuses fois à la médiathèque d’Argentan, j’y ai puisé de nombreuses informations qui me seront utiles.

Elle m’a procuré une expérience prolongée de filage au rouet… Elle m’a aussi aidée à monter ma boutique Etsy. Cela m’a donné envie d’avoir un petit rouet de voyage qui me permettrait de filer un peu n’importe où.

Chez elle, j’ai rencontré Gregory, wwoofeur aussi, très doué en vannerie et construction végétale qui sera aussi présent à Gletterens en 2021…

Vannerie végétale, œuvre de Grégory qui sera présent à Gletterens en 2021
Vannerie végétale, œuvre de Grégory qui sera présent à Gletterens en 2021

Avec Grégory, les surprises ne manquaient pas.

Vue intérieure d'une "petite" hutte kanak que Grégory est entrain de construire
Vue intérieure d’une “petite” hutte kanak que Grégory est entrain de construire, un peu trop long pour en construire une à Gletterens tout de suite, mais qui sait un jour…

Aline m’a aussi présenté une de ses amies tisserande et dentellière qui m’a beaucoup enseigné. J’ai vu chez elle de magnifiques outils anciens.

Magnifique rouet ancien, chez Michelle, la Dentellière
Magnifique rouet ancien, chez Michelle, la Dentellière

Chez Gilles, j’ai beaucoup appris sur les moutons, sur le cidre accessoirement et sur beaucoup d’autres choses passionnantes…

Je lui dois aussi une très bonne laine brute que j’ai répartie entre filature et feutrage. Toutes les laines que j’ai filées ont été tissées et teintes.

Écharpe pour Gilles, il me reste de la laine pour Gletterens
Écharpe pour Gilles, il me reste de la laine pour Gletterens

Amis

Monique, Gérard, Aline et beaucoup d’autres m’ont beaucoup aidée dans mes recherches et je ne les remercierai jamais assez.

Musées

Dès l’ouverture des musées, Monique m’a amenée au Musée des Civils pendant la Guerre à Falaise et Gérard m’a fait visiter le Musée de la Préhistoire à Nemours.

Fragments de textiles datant de l’âge du Bronze, Musée de Nemours

Nouveautés pour Gletterens

Nouvelles matières premières

Orties, nouvel essai

Chez Gérard, j’ai fait un nouvel essai pour récupérer des fibres d’orties, d’après des informations recueillies sur internet qui a raté encore une fois. J’attends le prochain Rassemblement Préhistorique et de faire la connaissance de Jacques Reinhard pour en savoir plus.

Test pour obtenir des fibres d'orties, mais aussi mauves et liber des baguettes que j'ai préparées pour les fuseaux pour Gletterens
Test pour obtenir des fibres d’orties, mais aussi de mauves et de liber des baguettes que j’ai préparées pour les fuseaux pour Gletterens

À Falaise, j’ai eu l’occasion de briser des tiges de roses trémières qui avaient roui naturellement pendant l’automne et l’hiver, elles contenaient de fines fibres blanches, mais il faudrait en avoir de grandes quantités pour en tirer un écheveau ou une bobine…

Fibres de roses trémières qui pourraient être filées. Il y en avait pas assez pour Gleterrens
Fibres de roses trémières qui pourraient être filées. Il y en avait pas assez pour Gleterrens
Dans le jardin botanique du Château de Falaise, j'ai aussi pu voir les vrais cardères utilisés dans le monde textile. Dommage, il n'y avait plus de graines pour Gletterens
Dans le jardin botanique du Château de Falaise, j’ai aussi pu voir les vrais cardères utilisés dans le monde textile. Dommage, il n’y avait plus de graines pour Gletterens

Nouveaux tissages pour Gletterens

Les nouvelles matières, les limitations matérielles et le peu de temps disponibles m’ont obligé à essayer d’innover. De plus, je ne pouvais pas revenir à Gletterens qu’avec ce qui me restait de l’an passé. Il fallait du nouveau et de la variété.

Alors, j’ai fait quelques écharpes en laine, deux ponchos légers en coton et lin, des petites pochettes, des bracelets… Vous les verrez dans le prochain article sur Gletterens 2021.

Outils qui sortent du commun, spécial Gletterens

Comme je suis toujours à la recherche de nouveaux outils: fuseaux, métiers à tisser… je m’équipe de mieux en mieux. Vu que cela prend de la place, il faut aussi que j’essaie de faire petit et léger.

Fuseau maya, une nouveauté pour Gletterens

Petite découverte fascinante due à Pinterest. Les rares producteurs étant soit aux États-Unis, soit en Angleterre, je me suis décidée à en faire ma propre version bricolée.

Mon premier fuseau maya en cours de test, cela fonctionne
Mon premier fuseau maya en cours de test, cela fonctionne, j’en ferai une version plus rustique pour Gletterens

C’est très facile à manier et j’ai même pu filer fin avec. En outre, il est démontable, léger et n’occupe que peu d’espace.

En outre, il est totalement archéocompatible. Il suffira de le refaire avec des matériaux moins élaborés que ceux-ci.

D’ailleurs, bien avant le néolithique, des tablettes assez proches servaient à tordre des cordons, ficelles et cordes.

Photo de mon écran alors que je regardais un cours de Jean-Jacques Hublin au Collège de France, la photographie du trou agrandie met en évidence les traces d'usure provoquées par le frottement des fibres des cordes produites avec cet outil
Photo de mon écran alors que je regardais un cours de Jean-Jacques Hublin au Collège de France, la photographie du trou agrandie met en évidence les traces d’usure provoquées par le frottement des fibres des cordes produites avec cet outil

Fuseau turc léger

Le fuseau turc est très intéressant car il fournit directement une pelote prête à l’usage.

A la fin de mon séjour en Suisse, à Gletterens, l’an dernier, mes amis bronziers m’avaient amené voir une immense boutique de laines. Je m’en suis acheté un. Malheureusement, il est un peu trop lourd, à mon goût.

Ma version est beaucoup plus légère et économique. En effet, le plus léger pèse 7 grammes.

Fuseau turc acheté en Suisse et fuseau turc léger de ma production, nouveauté pour Gletterens
Fuseau turc acheté en Suisse et fuseau turc léger de ma production, autre nouveauté pour Gletterens

Fuseau basque

Je l’ai découvert très récemment sur Pinterest et Gérard m’en a fait un à sa façon. Ce fuseau aussi fournit une pelote prête à l’usage.

Fuseau basque fabriqué par Gérard, déjà à l'essai. Ben qu'assez lourd, il est assez efficace. Un outil de plus à montrer à Gletterens
Fuseau basque fabriqué par Gérard, déjà à l’essai. Ben qu’assez lourd, il est assez efficace. Un outil de plus à montrer à Gletterens

“Métier” à bracelets

Vu que je n’ai pas de grosses quantités de laine, le filage au fuseau est très long et qu’il ne me reste presque plus de grandes pièces tissées, je me suis mise à tisser des bracelets et des pochettes.

J’ai cherché un outil archéocompatible (mon métier à clous ne l’est pas).

Voici ce que j’ai trouvé.

Nouveau métier à tisser archéocompatible pour Gletterens
Nouveau métier à tisser archéocompatible pour Gletterens

Lavage de laine

Pour ne pas partir avec autant de laines sales, avec des déchets, j’ai aussi fait des essais concernant le lavage de la laine.

Aussi, j’ai essayé d’éliminer de la paille qui rendait une laine d’alpaga difficile à filer. J’ai tenté une recette vu dans des livres pourtant sérieux décrivant une technique industrielle pour débarrasser les laines des déchets végétaux. Il s’agit de les faire tremper dans une solution à 5% d’acide sulfurique ou chlorhydrique. J’ai testé l’acide sulfurique disponible en bouteille au supermarché.

Alors, j’ai essayé à plusieurs concentrations, j’ai laissé agir pendant plus d’une semaine, mais apparemment pas d’effet, les pailles étaient toujours là.

Je m'attendais à ce que la paille soit carbonisée ou pour le moins fragilisée et qu'elle tomberait en poussières, ce ne fut pas le cas, malgré des trempages de plus d'une semaine.
Je m’attendais à ce que la paille soit carbonisée ou pour le moins fragilisée et qu’elle tomberait en poussières, ce ne fut pas le cas, malgré des trempages de plus d’une semaine.

Feutre

Mes tests de lavage m’ont incitée à feutrer certaines laines.

Préparation d’une écharpe en feutre, laine de brebis Thones et Marthod, pour Gletterens
Feutre encore entrain de sécher, pour Gletterens
Feutre encore entrain de sécher, pour Gletterens

D’autres n’ont absolument pas voulu feutrer (shropshire), je les ai préparées pour le filage, certaines ont été teintes chez Gérard.

Ces laines n'ont pas voulu feutrer, malgré mon acharnement, je les tricoterai à Gletterens,
Ces laines n’ont pas voulu feutrer, malgré mon acharnement, je les tricoterai à Gletterens, elles ont juste eu le temps de sécher avant mon départ

Autres techniques

Suite à la rencontre de Grégory, le constructeur de huttes kanak, je me suis plus intéressée à la vannerie, technique probablement ancêtre des textiles.

Poursuite de Gletterens l’an dernier

Matières premières non touchées avant Gletterens l’an dernier

Soie, lin, chanvre…

Avant de venir en Suisse, je n’avais pas pu tester ces matières si renommées. Depuis, grâce à mes amis bronzier, j’ai pu essayer de les filer et j’ai même osé les travailler.

Laine teinte à la cochenille avec filaments de soie, une autre nouveauté pour Gletterens
Laine teinte à la cochenille avec filaments de soie, une autre nouveauté pour Gletterens

Lapin angora

Il y a longtemps, j’avais un peu testé les fibres de mes lapins à Mamiña, mais j’en avais si peu que c’était comme si j’en avais pas eu. Avec Monique, nous sommes allées voir un producteur de fibres d’alpaga et de lapin angora.

Ce lapin angora est si poilu qu'on le devine à peine, de belles fibres pour Gletterens
Ce lapin angora est si poilu qu’on le devine à peine, de belles fibres pour Gletterens
Préparation de feutre, laine de Thones et Marhord, soie et angora, pour Gletterens
Préparation de feutre, laine de Thones et Marhord, soie et angora, pour Gletterens

Ecoprint pour Gletterens

Test d’autres plantes en ecoprint pour Gletterens

Depuis, mon arrivée en France, j’ai d’abord accumulé des toiles à teindre (draps et vieux vêtements, mais aussi toiles de soie). Puis, chez Monique et chez Gérard, j’ai eu l’occasion de partager cette technique.

Nouveaux ecoprint pour Gletterens
Nouveaux ecoprint pour Gletterens

Autres supports

À Falaise, j’ai acheté et testé des écharpes en laine fine, une toile de matelas et une toile légère de soie.

Ecoprint sur écharpe en laine fine
Ecoprint sur soie, je diviserai cette toile en 4 écharpes et un grand carré que je terminerai une fois arrivée à Gletterens
Ecoprint sur soie, je diviserai cette toile en 4 écharpes et un grand carré que je terminerai une fois arrivée à Gletterens
Je viens de découper la toile à matelas teinte en ecoprint chez Monique, de futurs sacs pour Gletterens
Je viens de découper la toile à matelas teinte en ecoprint chez Monique, de futurs sacs pour Gletterens

Filage pour Gletterens

J’ai filé au rouet pendant près de 4 mois, chez Aline. J’ai donc pu tester plusieurs variétés de laines et dans mes temps libres testés les soies, chanvre et autre lin que j’avais ramenés de Suisse.

Peu de temps avant mon départ pour Gletterens, j’ai reçu un paquet de fibres de bison, cadeau d’Éric d’Archeoshop, Je me suis dépêchée de tester ces fibres, d’abord seules, mais elles sont assez courtes, puis mélangées à de la laine de mouton sale. Là, cela se filait un peu plus facilement. Nouvelle expérience sympathique.

Essai de filage de la fibre de bison d’Éric, seule, pour Gletterens

Cette fibre n’est pas très facile à filer seule, comme c’est le cas pour beaucoup de fibres difficiles à travailler, je l’ai mélangée avec de la laine de mouton, cela améliore la cohésion du fil.

Début de filage, bison et laine pour Gletterens

Voici, les deux produits finaux après retors.

Voici deux échantillons pour Éric, je les lui donnerai quand il arrivera à Gletterens

Filets

Lors de ma visite au Latenium à Neuchatel, l’an dernier, j’ai vu un autre outil ancien pour les filets, à tester.

Je ne me suis pas encore fait cet outil, je pensais le faire à Gletterens, mais je n’en ai pas eu le temps
Après les Rencontres Préhistoriques à Gletterens, je suis allée visiter le Latenium, j'y ai découvert cet outil à tisser des filets
Après le Rassemblement Préhistorique à Gletterens, l’an dernier, je suis allée visiter le Latenium, j’y ai découvert cet outil à tisser des filets

Arrivée à Gletterens en avance

Arrivée le 14 juillet

Voyage sans encombre, un grand merci pour Gérard qui m’a accompagné jusqu’au train à la Gare de Lyon. Des Suisses inconnus m’ont beaucoup aidé avec les bagages au changement de train à Lausanne.

Seul mon petit charriot m’a lâchée juste en arrivant à Gletterens, mais c’est sans doute réparable.

Avec surprise, je découvre l’inondation. Par la suite, le petit supermarché fermera pendant 3 jours de crainte des coupures de courant dues au débordement du Lac de Neuchatel. Tous les lacs de la région ont largement débordés.

Je devais repartir en laissant l’essentiel des bagages pour revenir quelques jours avant le Rassemblement Préhistorique, mais on a eu pitié de moi, ma tente n’était pas adaptée à la météo du moment. On m’a dit de m’installer dans un des abris préhistoriques qui était parfaitement sec.

Du 15 au 19 juillet

Coutures des ourlets sur les écharpes en soie, j’ai tenu à le faire avec des files de soie, ma soie était très emmêlée et j’ai passé beaucoup de temps avec cela.

Préparation des ourlets des pièces de soie en ecoprint, à Gletterens
Préparation des ourlets des pièces de soie en ecoprint, à Gletterens
Finition au crochet des pìeces d’ecoprint, à Gletterens en préparation des Rencontres Préhistoriques

En outre, j’ai aussi raccommodé avec de la soie les petits trous des bouffettes sur les sacs en toile de matelas écoprintés. Pour les sacs, il me reste à faire les lanières que je tresserai avec du lin et du chanvre que j’ai filé au fuseau. Ce sera solide.

Une petite touche de kintsugi sur ces sacs en toile de matelas, du nouveau pour Gletterens
Une petite touche de kintsugi sur ces sacs en toile de matelas, du nouveau pour Gletterens

Préparation de nouveaux fuseaux compatibles néolithiques.

Reproduction d’un fuseau trouvé dans une tombe à La Ligua visible au Musée de La Ligua. Là-bas, on m’avait dit qu’il n’avait certainement pas du être utilisé, que ce devait être une miniature. En effet, il était constitué d’un simple bâtonnet et d’une petite huître percée au centre.

Petit fuseau à coquillage semblables à ceux vus au Musée de La Ligua (Chili) à côté d'un fuseau traditionnel péruvien
Petit fuseau à coquillage semblables à ceux vus au Musée de La Ligua (Chili) à côté d’un fuseau traditionnel péruvien

Les amis de Gletterens m’ont aidé, ils m’ont fourni un petit coquillage, Tatiana l’a percé en frottant l’extérieur d’abord sur une pierre à polir, puis avec un poinçon en silex elle a préparé le trou à l’intérieur, puis elle l’a terminé à la vrille préhistorique.

J’ai trouvé une baguette, je l’ai tout de suite testé avec de la laine mouton. Cela fonctionne bien, il est très léger et peut filer très fin, seulement on ne peut pas produire de grosses bobine avec.

Fabrication d’un fuseau Maya à partir des matériaux du bord. Finition d’autres fuseaux Maya avec des perles ajustées avec une colle néolithique à base de brai de bouleau.

Fuseau dit “maya”, recontitution archéocompatible à Gletterens

20 juillet

Pour le Rassemblement Préhistorique, il faut dans la mesure du possible utiliser du matériel qui ne soit pas anachronique.

Et nous manquons de casseroles, il va falloir en faire en argile.

Préparation de l’argile

À Gletterens, il y a un tas d’argile qui sert pour le torchis des murs des maisons, elle doit être bonne, mais elle a été envahie par les racines des arbres et quelques ronces.

Tas d'argile qui tend à se rapprocher des conditions préhistoriques, la pelle, les bâches et le sac en plastique sont anachroniques mais n'ont pas encore disparu de Gletterens
Tas d’argile qui tend à se rapprocher des conditions préhistoriques, la pelle, les bâches et le sac en plastique sont anachroniques mais n’ont pas encore disparu de Gletterens

J’en ramasse un paquet dans un sac poubelle. D’abord, je l’égraine dans un seau d’eau.

Puis, je malaxe bien le résultat, il reste encore beaucoup de radicelles. Enfin, je vais essayer de la tamiser. Puis je la laisse décanter dans un bac en espérant qu’elle sèche. Heureusement, il fait beau et chaud avec un peu de vent. J’essaie d’éliminer les quelques centimètres d’eau qui surnage.

Tentative de préparation de l’argile à Gletter

Le matin, au petit déjeuner, j’ai la visite d’une petite mésange charbonnière très entreprenante. D’abord, elle me picore les mains, puis elle saute sur mes genoux, s’accroche à mon pull, grimpe sur mon épaule et enfin sur ma tête.

Lors de la visite du lendemain, elle se pose sur ma tasse de chocolat, puis va picorer ma tartine… Même les mésanges sont spéciales à Gletterens
Lors de la visite du lendemain, elle se pose sur ma tasse de chocolat, puis va picorer ma tartine… Même les mésanges sont spéciales à Gletterens

21 juillet

Je vais chercher un nouveau seau d’argile le matin.

Cette fois-ci, je fais plus simple et rapide. Je rajoute l’eau dans le seau. Puis le soir, je malaxe, j’enlève à la main les grosses racines et je tamise deux fois.

Je laisse décanter la nuit.

22 juillet

D’abord, j’élimine l’eau qui surnage dans les deux récipients. Le premier est déjà plus consistant.

Bac d'argile qui s'assèche à Gletterens
Bac d’argile qui s’assèche à Gletterens

Normalement, j’aurai du aller chercher du sable fin pour amaigrir une partie de cette terre, mais elle est déjà très sablonneuse. Puis, dès que la terre aura une bonne consistance je la battrai pour éliminer les bulles d’air. Enfin, j’essaierai de faire quelques perles et fusaïoles, avant d’essayer de faire des casseroles. De toute manière, la quantité préparée est sans doute insuffisante. Et il faut laisser le temps à la terre de sécher avant de la cuire.

Fusaïoles et perles qui sèchent à Gletterens

Donc, aujourd’hui, la terre sèche tranquillement.

Je suis allée récolter des orties pour refaire des essais. Doris m’a gentiment indiqué ce qu’elle avait fait l’an dernier:

    • Récolte
    • Enlever les feuilles
    • Faire des bottes et les mettre à sécher
    • Une fois sèches, il faut les mettre à rouir
    • Une fois rouies, il faut les refaire sécher
    • Puis, il faudra les battre pour récupérer les fibres à filer

J’ai récupéré les feuilles pour la teinture.

Belles orties de Gletterens
Belles orties de Gletterens

D’autre part, j’ai commencé à récolter des graines de cornouiller sanguin et de bourdaine qui font partie des fameuses “Graines d’Avignon” que je n’ai pas encore testées.

De gauche à droite, plantain, feuilles d'orties, graines provenant des haies du Village Lacustre de Gletterens. De quoi commencer à teindre pour les Rencontres Préhistoriques
De gauche à droite, plantain, feuilles d’orties, graines provenant des haies du Village Lacustre de Gletterens. De quoi commencer à teindre pour ls Rassemblement Préhistorique, pour le moment cela donne un peu de vie à la Maison du Feu

Puis, j’ai avancé sur le poncho entouré de filet. J’avais déjà fait deux côtés, il m’en restait deux autres. J’en suis à la moitié du troisième côté.

Bordures au filet, avec une navette fine pour ce poncho spécial Gletterens

23 juillet

Nouvelle récolte d’orties, il y en a de très grandes. Préparation après quelques heures de séchage, elles piquent un peu moins. Je voudrais les photographier à la loupe. C’est vrai que cela pique, mais on finit par oublier et cela fait du bien aux articulations, je dors mieux la nuit…

Effeuillage des orties avant de les mettre à rouir, à Gletterens
Effeuillage des orties avant de les mettre à rouir, à Gletterens

J’avance sur le filet de bord du poncho, je viens d’attaquer le 4ème côté.

L’argile sèche petit à petit, premier essai de perle.

Gletterens, l'argile commence à prendre de la consistance
Gletterens, l’argile commence à prendre de la consistance, traces de gouttes de pluie

Tressage d’une lanière à 5 fils de lin et soie pour 1 sac ecoprint sur toile à matelas.

Gletterens, tresse à 5 brins de lin pour un sac en toile de matelas
Gletterens, tresse à 5 brins de lin pour un sac en toile de matelas

24 juillet

Petite visite à la déchetterie pour chercher de la ferraille pour la soupe de clous et de vieilles marmites pour la teinture. En effet, ma marmite archéocompatible ne sera certainement pas prête à temps pour les Rencontres Préhistoriques, la semaine prochaine. Les déchetteries sont une source d’approvisionnement très riche en Suisse.

Disparition insolite de l’argile encore mouillée entre 6h30 et 9h00. Donc, préparation d’argile nouvelle.

Couture de la lanière sur le sac, elle était trop fine, je l’ai agrémentée de 2 rangs de crochet de chaque côté.

Couture des tresses sur les sacs ecoprint à Gletterens
Couture des tresses sur les sacs ecoprint à Gletterens

Tressage d’une lanière à 8 fils de chanvre que j’ai du retordre auparavant. Pour la même longueur de fil, elle était plus courte et beaucoup plus longue à tresser. Elle est très douce au toucher.

25 juillet

J’ai tamisé et laisser reposer l’argile qui trempe depuis la veille.

Tressage d’une autre lanière, cette fois-ci combinaison de chanvre et lin-soie. Le résultat me plaît, mais c’est très long.

26 juillet

Tamisage de l’argile

Nouvelle tresse á 8 huit brins et une autre à 10 est presque finie.

J’avance sur le filet du bord du poncho, il ne me manque que 3 rangs.

Les mésanges viennent visiter l’abri préhistorique, elles sont vraiment très curieuses. Leur visite me met de bonne humeur le matin.

27 juillet

Je viens de m’installer dehors pour taper ce texte. Les mésanges viennent manger les miettes, se promènent sur le clavier, elles sont si légères qu’elles ne tapent pas de texte incongru. Puis, elles me picorent les pieds.

J’ai fini les tresses pour les sacs en ecoprint. Elles m’auront pris plusieurs jours.

Comme, j’ai fini le poncho entouré de filets., j’ai commencé la ceinture en filet.

Démarrage d'une ceinture en filet pour le poncho, à Gletterens
Démarrage d’une ceinture en filet pour le poncho, à Gletterens

Arrivée de Gregory, je suis contente qu’il ait pu venir, je pense que ce sera une bonne expérience.

28 juillet

Nouvelles visites des mésanges affamées par la pluie.

D’abord, j’ai cousu toutes les lanières des sacs ecoprint, Je suis contente, mais j’ai passé beaucoup de temps dessus.

Puis, j’ai rangé les bacs d’argile sous clef, car elle est presque assez sèche.

Enfin, j’ai récupéré les écorces de cornouillers et de noisetiers que Gregory a coupées pour faire le châssis pour le tannage de la peau de bison. Elles me serviront pour teindre. La texture du bois de cornouiller est très belle.

À Gletterens, je vais aussi teindre avec des déchets, ces écorces me seront très utiles
À Gletterens, je vais aussi teindre avec des déchets, ces écorces me seront très utiles

29 juillet

Poursuite de la ceinture en filet. J’en aurai pour un bon moment, elle n’est pas large, mais c’est très long.

Pour Gletterens, filet à mailles fines
Pour Gletterens, filet à mailles fines

Enfin, j’ai fini le dernier sac, je peux passer à d’autres taches.

Moulage d’un grand bol avec de l’argile que m’avait amenée Doris, j’espère qu’il se démoulera sans problème, pour le moment il sèche dans l’abri préhistorique.

Bol moulé en argile, il va partir sécher tranquillement
Bol moulé en argile, il va partir sécher tranquillement

J’ai encore fait deux fusaïoles et quelques perles.

Fusaïoles et perles en argile
Fusaïoles et perles en argile

J’ai testé la terre que j’ai tamisée, car elle commence à sécher. Elle se fendille quand on la modèle. Il paraît qu’il faut battre cette terre.

Je ramasse tous les jours de nombreuses feuilles de peupliers attaquées par un insecte qui provoque une boursoufflure sur la tige. C’est intéressant en teinture, car ces boules dues à un parasite concentrent les tanins.

Feuilles de peuplier atteintes par un parasite
Feuilles de peuplier atteintes par un parasite

30 juillet

Récolte de petits pois sauvages, dans le jardin. Il fallait le faire car les gousses commençaient à s’ouvrir et les graines se perdaient.

Petits pois provenant de semences anciennes cultivés ici, à Gletterens
Petits pois provenant de semences anciennes cultivés ici, à Gletterens

Ramassage d’une grosse botte d’orties

Le soir arrivée des premiers participants au Rassemblement Préhistorique: Andreas – tannage et pièges, il est chimiste, Dominique – tannage à la cervelle est aussi chimiste, Eric – silex, flûte, créateur d’archeoshop.com, puis François et trois amis. Grosse déception Pierre le Frondeur n’a pas pu venir.

Fin de soirée très agréable avec concert folk celtique… Filature de poils de lapin angora, fibre courte qui vole mais feutre aussi avec facilité.

Demain commencent le nouveau Rassemblement Préhistorique!!! Nous sommes prêts, la suite vient dans un prochain article.

Gletterens 2022

Nous espérons tous pouvoir nous revoir l’an prochain à Gletterens.

Métier María

Métier María, le connaissez-vous ?

Peut-être l’appelle-t-on différemment en français, mais ici au Chili, il et connu comme métier María. En Argentine, il est aussi connu comme “sureño” (du sud)…

C’est un métier à ensouple et peigne rigide, il n’a habituellement pas de pieds, ce qui permet de le poser sur une table, il peut être démontable, on peut le ranger dans un grand sac pour le transporter, même avec une chaîne montée et un tissage en cours…

On peut le travailler assis ou debout.

A Mamiña, je m'asseyais pour tisser
A Mamiña, je m’asseyais pour tisser

Si la chaîne est bien montée, le métier María permet de tisser des toiles de facilement plus de 10 mètres, ou bien plusieurs pièces les unes à la suite des autres (ou en les coupant une par une, c’est très facile) en utilisant la même chaîne, ce qui réduit les pertes.

La largeur peut aller de 40 cm à 1,20 m, la largeur de la pièce est toujours un peu inférieure bien sûr à la largeur du peigne.

On peut avoir différents peignes pour différentes grosseurs de fils de chaîne. Il existe des métiers María avec un dispositif pour monter deux peignes, ce qui permet de faire varier les dessins ou de tisser en cilindre ou double largeur, je n’ai pas encore testé cela.

Bien qu’étant rapide le métier María ne peut pas donner le rendement d’un métier à pédales, mais il est moins encombrant.

Mon premier métier María

J’ai acheté mon premier métier María à Santa Fe, Argentine, après avoir donné une formation en teintures naturelles en juillet 2013 à la Esquina Encendida, un centre culturel très ouvert à Santa Fe, je suis restée quelques jours chez mon amie Lucrecia avant de rentrer à Mamiña.

J’en ai profité pour acheter des livres, visiter des musées et El taller de la Guardia, un atelier de céramique très original, où l’on fait des copies de céramiques précolombines… des cuissons de céramique à ciel ouvert, impressionnant…

Comme j’avais bien vendu mes tricots, nous sommes allées chercher un métier à tisser, c’est ainsi que je suis revenue à Mamiña avec un métier et des livres en plus…

Montage de la chaîne à Mamiña
Montage de la chaîne à Mamiña

Je me suis dépêchée de l’essayer, car d’abord c’était pour moi une nouveauté, j’adore les nouvelles expériences. J’avais lu de nombreuses revue sur le métier María, mais il faut bien sûr passer à la pratique.

La pratique était aussi indispensable, car il était prévu que je donne un cours à Pica en novembre sur les teintures naturelles pendant une semaine, mais aussi une semaine sur métier María et métier à clous.

Je me suis donc bien entraînée pour ne pas décevoir les femmes de Pica.

Partie d'un poncho
Partie d’un poncho

Comme j’avais le temps et assez de laines à Mamiña, j’ai tissé un certain nombre de pièces et testé un certain nombre de techniques que j’ai pu enseigner par la suite.

Mes tissages exposés à Mamiña, près des bains thermaux Ipla
Mes tissages exposés à Mamiña, près des bains thermaux Ipla

Une amie d’Iquique, créatrice de costumes de théâtre, Jeannette Baeza, m’a acheté plusieurs grandes et les a transformées, puis elle a organisé un défilé de mode… au Palais Astoreca à Iquique, où elle m’avait aussi donné la possibilité d’exposer avec elle et deux autres artisanes mes travaux quelques années auparavant.

Une de mes toiles transformée en veste
Une de mes toiles transformée en veste

On peut adapter la plupart des points du métier à clous, mais on peut en utiliser d’autres comme les points de gases, sur de grandes longueurs si l’on veut, ce qui est plus compliqué avec le métier à clous où la chaîne devient vite trop tendue.

Poncho en laine d'alpaga au point de gase
Poncho en laine d’alpaga au point de gase

L’usage du peigne permet aussi de tisser beaucoup plus vite de grandes pièces, grands ponchos, couvertures de pied de lit, châles…

Pica

J’ai vite obtenu une grande variété de points et d’effets, les femmes de Pica n’ont pas été déçues. Elles avaient suivi de nombreux cours sans beaucoup de résultats, il y avait beaucoup d’indigènes Aymara parmi elles et elles savaient presque toutes tisser sur leurs métiers traditionnels de ceinture.

Je parle de cette expérience dans la présentation que j’avais préparé pour l’IFND de Taiwan disponible sur www.academia.edu et www.slideshare.net.

Mais les techniques diffèrent beaucoup, car c’est la chaîne qui fait les dessins sur les métiers indigènes (à pieux, de ceinture, Mapuche…), alors que sur le métier María comme sur tous les métiers occidentaux, c’est la trame qui fait les dessins. De plus, leurs tissages sont généralement très lisses et très serrés.

Avec le métier María, en général, les tissages sont plus souples, moins serrés (donc plus économiques en laine) et on peut faire des points en reliefs, c’est ce que je leur ai enseigné en priorité pour qu’elles puissent proposer par la suite des travaux différents de leurs collègues et concurrentes. Elles m’ont très agréablement surprise par leur créativité.

Avec l'une des organisatrices du cours, Graciela Palape, essayant un de mes ponchos
Avec l’une des organisatrices du cours, Graciela Palape, essayant un de mes ponchos

Exposition dans la salle de cours à Pica
Exposition dans la salle de cours à Pica

Les stagiaires,le premier jour, cours théorique.

Après Mamiña, Rincón de Angel

A Mamiña, j’ai beaucoup tissé et teint aussi, mais la route est devenue de plus en plus mauvaise et les touristes de plus en plus rares.

J’avais voyagé jusqu’à Angelmó antérieurement pour chercher de la bonne laine pour alimenter ce métier très gourmand, et c’est là que j’avais rencontré Angel qui m’avait proposé de venir l’aider. Je me suis souvenu de sa proposition.

A Angelmó, il y a beaucoup de matières premières, de quoi alimenter ce métier… J’y suis resté quatre mois avant de repartir en voyage en Equateur et à Moquegua, Pérou (pour chercher de la cochenille), puis j’ai déménagé définitivement pour Angelmó.

Un bon métier María

Là, nous avons enfin trouvé un bon fournisseur de métier María en attendant de pouvoir fabriquer le nôtre, en perfectionnant quelques détails. En effet, ils ne sont pas tous bons, le mien s’était usé (les freins étaient faits en carton-pâte !), il fallu le refaire presque entièrement (seul le peigne s’est sauvé), d’autres sont trop courts, certains sont mal terminés… Il faut tout de même que cela soit agréable à travailler.

A Angelmó, les femmes qui achètent ce genre de métier vont passer des heures et des heures tous les jours dessus pour faire de grandes pièces… Il faut donc qu’il soit ergonomique, c’est important.

Enfin, un bon métier María,chez Rincón de Angel
Enfin, un bon métier María,chez Rincón de Angel

Chez Angel, j’ai donc pu développer encore plus mes techniques, monter des chaînes beaucoup plus longues… et varier les effets.

Je vais bientôt en tester un de 1,20 m de large.

Je vous expliquerai dans un prochain article comment je travaille avec le métier María. N’hésitez pas à me poser des questions, pour que j’y réponde dans le prochain article.

Clous pour tisser

Vive les petits clous

Des clous, ou plus des petites pointes, j’en consomme de grandes quantités pour mes métiers à clous, comme je collectionne les outils (les livres aussi), les métiers à tisser se multiplient.

J’ai découvert ce métier lors de ma première foire à La Ligua, une exposante en avait un grand, triangulaire, j’ai trouvé le système très intéressant. Je m’en suis fait faire rapidement plusieurs modèles différents de ce que j’avais vu…

Les métiers à clous peuvent arborer différentes formes, s’adapter à la pièce que l’on veut tisser. Il m’en manque toujours un, j’en ai de beaux, fabriqués par des menuisiers professionels, d’autres simplement fonctionnels, certains vraiment bruts que j’ai faits moi-même (et je ne suis pas spécialiste du travail du bois et je n’avais pas toujours les bons clous…).

C’est facile à fabriquer, on peut utiliser de vieux cadres… Nous en avons même improvisé un à Antsirabe (Madagascar) avec mon ami Hilaire avec un morceau de meuble démonté… pour tester de nouveau points, avec du sisal local.

Métier à clous pour tester des points au sisal
Métier à clous pour tester des points au sisal

Echantillon terminé
Echantillon terminé

Des clous créatifs

J’ai bien sûr des carrés, des rectangles, des triangles, mais aussi octogones, ronds, losanges, hexagones, spécial boléros, trapèze pour les jupes, des longs pour les écharpes… en forme de coeur, poisson, goutte d’eau… la seule limite est le temps pour les fabriquer et les tisser.

Partie centrale d'un des premiers ponchos que j'ai tissés au métier à clous
Partie centrale d’un des premiers ponchos que j’ai tissés au métier à clous

Poncho, une fois fini, un carré et deux triangles unis
Poncho, une fois fini, un carré et deux triangles unis

Autre exemple, technique de tapisserie
Autre exemple, technique de tapisserie

J’en ai des grands qui sont plus longs à tisser, des moyens, des petits… des classiques, des originaux…

Châle recangulaire, pied de lit. laine mouton, teint au quintral, naturel, tissé métier à clous construit pour l¡occasionm finitions crochets
Châle recangulaire, pied de lit. laine mouton, teint au quintral, naturel, tissé métier à clous construit pour l’occasion, finitions crochets

En cours de tissage
En cours de tissage

J’en ai des tout petits, que m’a fabriqués mon père lors des mes voyages en France, pour tisser des bijoux, d’autres me rappellent des amis disparus, tels mes métiers pour faire des gilets. Chaque fois que je le tisse, je me souviens de Pato… qui me les a découpés.

Métiers à gilets
Métiers à gilets

Variété de métiers à clous
Variété de métiers à clous

Des clous pratiques

Comme de petits métiers permettent de tisser de grandes pièces (j’ai découvert une technique indigène pour unir les pièces lors du tissage, dans la bibliothèque  du musée d’Antofagasta, depuis je l’applique très souvent), ils sont pratiques pour voyager, et comme je voyage beaucoup, ils m’accompagnent souvent. On peut ainsi les utiliser lors de n’importe quel moment d’attente, comme le crohet ou les aiguilles à tricoter… Mais, ils utilisent moins de laine pour la même surface, ce qui peut être intéressant quand on a peu de matière première. Il vaut mieux ne pas utiliser de laines trop fines, avec de la vraie laine, cela se passe relativement bien, car elle a des petites écailles qui s’accrochent entre les fils, mais les fils synthétiques et végétales (lin, coton…) sont lisses et glissent, ils doivent donc être tissés serrés.

Poncho réunissant 64 carrés tissés sur métier à clous de 20 cm x 20 cm
Poncho réunissant 64 carrés tissés sur métier à clous de 20 cm x 20 cm

Ils sont très versatiles, car ils permettent de tester, inventer ou plutôt réinventer de nouveaux points que l’on peut utiliser ensuite avec le métier María plus efficacement.

On peut aussi les utiliser avec différentes fibres qui souvent ne peuvent pas passer dans les peignes ou les lisses des autres types de métiers (cuir, baguettes de bois, osier, rafia, laine cardée, cordons, ficelles, feuilles de maïs, plumes…). Cela permet de faire des piéces décoratives très originales…

Différentes manières de les tisser

Ce qu’enseignent les revues…

Le travail en diagonale, pas besoin d’aiguille, se tisse à la main.

Il faut rajouter les franges ultérieurement, les carrés se déforment beaucoup, cela fonctionne bien sur les carrés et les triangles réguliers, c’est plus compliqué avec les rectangles et cela devient dificile sur les formes créatives ou personalisées.

Ce je pratique habituellement

Je monte habituellement la chaîne à la verticale, généralement sur le coté le plus long du métier, et je tisse la trame en perpendiculaire, l’hexagone et les triangles peuvent permettre une chaîne et deux trames…

Habituellement, je tisse avec une aiguille à coudre les sacs de pommes de terre. Je peux en utiliser plusieurs, si je travaille avec plusieurs couleurs…

Tissage du triangle

Tissage du triangle avec des franges
Tissage du triangle avec des franges

Tissage du gilet

Variantes créatives

Pour des tableaux, on peut aussi monter la chaîne d’autres manières, c’est ce que j’ai enseigné aux femmes du groupe de Pica.

Chaîne en diagonale
Chaîne en diagonale

Chaîne en rayon, comme si le métier était rond
Chaîne en rayon, comme si le métier était rond

Rectangle chaîne en diagonale presque terminé
Rectangle chaîne en diagonale presque terminé

Chaînes inusuelles terminées. Quelle créativité!
Chaînes inusuelles terminées. Quelle créativité!

Techniques d’union

On peut tout simplement coudre les pièces à l’aiguille ou les unir au crochet.

Mais cette technique indigène, pratiquement oubliée est très élégante…

Union de deux carrés
Union de deux carrés

Union de deux carrés, détail
Union de deux carrés, détail

Petit tutoriel

Tissage d’un tableau brodé simple

Les photos sont souvent plus parlantes que les mots…

Les pièces ainsi obtenues peuvent être complétées par de la broderie à l’aiguille ou au feutre à l’aiguille, quand elles sont encore montées sur le métier, ou une fois sorti de celui-ci.

Vu la tension sur le métier et que la laine est un peu élastique, les pièces rétrécissent un peu en sortant du métier, il ne faut donc pas trop tirer sur la laine quand on tisse. Le rétrécissement dépend aussi de la grosseur de laine utilisée.

Si vous avez des questions. n’hésitez pas…

Comme toujours, j’attends vos commentaires…


Je tiens à vous préciser que je n’ai pas de formation en marketing et que bien sûr, je ne pense pas revendre les données ainsi collectées!

J’aimerai beaucoup savoir quels thèmes vous souhaiteriez voir développés, quels types de formation vous intéresserait…

Métier à tisser de fortune

Tisser sans métier à tisser

Teindre c’est bien agréable, mais il faut aussi utiliser la laine. Je travaille donc au crochet, mais aussi sur métier à tisser et le feutre. Je combine souvent les techniques.

Quand je suis arrivée à Concón, je n’avais pas encore récupéré mes métiers à tisser. D’habitude, j’utlise différents types de métiers, métier à clous, métier María, métier maya… Mes métiers à tisser sont arrivés à Valparaíso seulement quand j’ai décidé de repartir vers Puerto Montt, ils ont donc voyagé inutilement. J’en ai donc dû en inventer un avec ce que j’avais sous la main.

Genèse d’un tissage

Premier essai

Le premier test, a été la photo d’entête de l’article, avec quelques dizaines de petits clous. Je suis partie sur l’idée d’un métier à clous, comme j’en utilise souvent, mais avec des clous seulement sur deux côtés. Il en est sorti une écharpe. Ce n’était pas très pratique à travailler, il fallait se tordre… Cette écharpe est plus large d’un côté que de l’autre.

Petite écharpe, teinture à l'écorce d'eucalyptus
Petite écharpe, teinture à l’écorce d’eucalyptus

Deuxième essai

Puis j’ai utilisé la petite structure devant ma pièce différemment, j’ai donc récupéré deux bambous que j’ai maintenus avec des clous et des cordons de manière à pouvoir le démonter.

J’ai monté la chaîne autour des bambous comme pour le métier mapuche, mais je me suis aussi inspirée d’une technique que j’ai vu employée par le célèbre tisserand péruvien Máximo Laura dans une de ses videos pour monter des lisses, par petits paquets de fils de chaînes. C’est pratique. La pièce tourne autour des bambous de base au fur et à mesure que l’on travaille.La position du bambou du bas doit être adaptée à la taille du tisserand qui ne doit pas se fatiguer le dos.

Il est assez difficile de maintenir la largeur du tissage, les fils de chaînes ont tendance à se rapprocher et vu que le métier est vertical, on ne peut pas utiliser la technique de la baguette avec un petit clou à chaque extrémité que j’ai vu utiliser chez mon ami Hilaire à Madagascar et par une tisserande de Quemchi (petite île près de Chiloe – sud du Chili). J’ai essayé, mais elle tombait toujours.

C’est long à travailler, mais cela permet de faire varier les points, comme avec les métiers à clous et aussi de faire varier la grosseur des fils de chaînes ce qui est plus difficile avec le métier María par exemple.

Métier à tisser basé sur une caisse en carton

À Puerto Montt, j’avais déjà fait une expérience assez semblable en utilisant une caisse en carton.

Métier à tisser/caisse en carton
Métier à tisser/caisse en carton

La plus grande difficulté réside dans le montage de la chaîne, car la laine est élastique et a tendance à céder, à s’étirer. Lors de l’expérience avec la caisse, j’avais coupé tous les fils de chaîne et je les avais noués, ce qui me permettait de défaire et refaire les noeuds si besoin.

Ici, j’ai utilisé des laines de grosseurs différentes, il y a même de gros cordons (blancs) qui ne pourraient pas passer dans le peigne du métier María et ne seraient pas très pratiques sur métier à clous.

Comme la caisse peut se travailler à l’horizontale ou en diagonale, c’est plus agréable.

Echarpe terminée
Echarpe terminée

Revenons à Concón

Mais sur la première pièce que j’ai faite à Concón, j’ai dû refaire toute la chaîne que j’avais montée la veille, parce que la nuit le vent avait soufflé (il y a beaucoup de vent à Concón) et la rosée avait ramollit la laine. D’ailleurs le résultat n’a pas été rectangulaire, mais trapézoïdale.

Premier essai sur métier à tisser de fortune
Premier essai sur métier à tisser de fortune

Troisème essai

La hauteur de l’installation ne m’a pas beaucoup plus et me provoquait mal au dos, je l’ai donc remonté à côté, un peu plus grand cette fois-ci. La position de travail (debout dans les trois cas) était un peu moins fatigante. C’est un point à tenir en compte quand on produit de grandes pièces. Ces pièces ont demandé plusieurs jours de travail.

Chaîne de la seconde gande pièce tissée à Concón

Cette fois-ci, la largeur et aussi la hauteur étaient plus grande, je l’ai travaillé avec des techniques de tapisserie. C’est pourquoi les trames ne sont pas toutes à la même hauteur.

Seconde grande pièce à mi-chemin
Seconde grande pièce à mi-chemin

Voici la pièce une fois terminée, je vais bientôt l’ajouter sur la boutique de ce site. Elle n’est pas parfaitement rectangulaire non plus, les bambous n’était pas parfaitement parallèles (je n’avais pas de niveau et j’ai monté l’installation seule, à vue de nez), et les bambous ont tendance à se courber au centre avec la tension de la laine. Les formes géométriques parfaites n’existent pas dans la nature.

Deuxième grande pièce terminée
Deuxième grande pièce terminée

Dans un prochain article je vous montrerai comment je travaille le métier à tisser à clous qui est aussi très économique mais offre de très grandes possibilités. Je m’en suis fabriqué beaucoup, simplement avec du bois, une scie manuelle, une règle, un marteau et des pointes. Je l’utilise beaucoup pour faire des tests de nouveaux points, avant de les utiliser sur des pièces de plus grandes dimensions sur métier María.

Je vous joints une petite galerie de photos.