Malin, la teinture naturelle

/// Teindre, c’est malin ///
Nouvel article du 14 Février 2020
Je suis bien revenue en France et j’y serai jusqu’au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Malin, recycler des vêtements

Jeter des vêtements qui peuvent être remis à jour, ce n’est pas malin… Nous allons voir ce que nous pouvons faire avec peu de moyens… La quantité de vêtements “fast fashion” jetés à la poubelle ne fait qu’augmenter chaque année, générant chaque fois plus de déchets polluants. En outre, nombre de ceux-ci sont détruit avant usage. Quel gâchis!

Cependant, je ne veux pas vous écraser sous des monceaux de chiffres alarmants. Il paraît que cela fait sérieux dans les blogs. Hélas, ceux-ci sont fort inquiétants. Sans doute, pouvons-nous faire notre apport créatif et personnel.

Ainsi, nous devons donc d’abord choisir des vêtements en fibres naturelles. Ils seront plus durables et nous pourrons les reteindre. Enfin, nous leur donnerons une nouvelle vie. Il suffit de les choisir de couleur le plus clair possible, car les teintures naturelles ne sont pas couvrantes (si vous avez des toiles noires, ne cherchez pas à les teindre, essayez plutôt de les déteindre à l’eau oxygénée).

Moi-même, j’ai testé avec des vêtements d’occasion au Brésil. J’investissais peu pour des résultats surprenants. Le coton n’est pas la fibre la plus facile à teindre, loin de là… En outre, la production du coton est souvent loin d’être écologique, malheureusement… Donc, si on a des vêtements en coton, essayons de les faire durer.

Ecoprint

L’ecoprint est un système de teinture très malin. Il suffit de très peu de plantes, car c’est plutôt une technique d’impression.

Voici comment profiter de n’importe quelle ballade, pour décorer un vêtement blanc ou de couleurs claires, en récoltant de feuilles et des fleurs. L’idéal est de les garder fraîches afin qu’elles ne se recroquevillent pas trop.

Puis, on passe à l’étape créative, en appliquant les feuilles sur le textile. Éventuellement, on peut tester avec du papier un peu fort. On plie ou on enroule directement le support. Maintenant, il faut patienter en laissant tremper. Et enfin on fait chauffer et on laisse à nouveau reposer.

En effet, la patience est nécessaire. Car, il faut laisser la nature relâcher ses colorants cachés au fonds des cellules. La surprise est au bout du chemin.

Une fois le support déroulé et épluché, il faut le laisser sécher pour que se développent des réactions chimiques qui influent sur la couleur et sa solidité.

Application de végétaux sur un ecoprint, c'est malin
Application de végétaux sur un ecoprint, c’est malin

Après cette étape, il faut laver et rincer la pièce.

On peut facilement pratiquer cette teinture maline avec des enfants.

Shibori

Le shibori (tie-dye) est une technique de réserve que les Japonais, notamment à Arimatsu, ont développé de manière très poussée.

Ils s’agit de protéger des zones à ne pas teindre à l’aide de nœuds, d’attaches, de broderies qui empêcheront la teinture de pénétrer la toile.

C’est malin et aussi à la portée des enfants qui y prennent plaisir.

L’idéal est bien sûr l’indigo que l’on peut préparer simplement et de manière très sûre avec le bain 1-2-3 de Michel Garcia.

Shibori malin à l'indigo lors d'un atelier à Santa Fe, Argentine
Shibori malin à l’indigo lors d’un atelier à Santa Fe, Argentine

Batik

Le batik est une autre technique de réserve intéressante. Normalement, on utilise de la cire fondue. Mais, il existe des pâtes qui fonctionnent à froid, il faut patienter le temps qu’elles sèchent.

Cette technique, nécessite de travailler avec des teintures sans chauffer et surtout avec des toiles fines. L’indigo est encore une fois ici l’idéal.

Pochoir naturel et cire, batik malin à Talata, Madagascar
Pochoir naturel et cire, batik malin à Talata, Madagascar

Malin, teindre avec des déchets

Beaucoup de déchets organiques peuvent teindre avant d’arriver dans le bac à compost ou à la déchetterie.

Épluchures d’oignons

Aujourd’hui, j’ai reçu un message, me disant qu’il en faut beaucoup. L’oignon est très sain, il vaut mieux utiliser les épluchures d’oignons de garde, qui contiennent plus de quercétine. Moi, j’en récupère auprès des marchands de légumes ou auprès des restaurants. Il vaut mieux les laisser tremper quelques jours dans l’eau avant de mettre à chauffer, elles libéreront plus de colorants.

Teinture aux épluchures d'oignons, atelier à Santa Fe, au Centre, Culturel, La Esquina Encendida, Argentine
Teinture aux épluchures d’oignons, atelier à Santa Fe, au Centre, Culturel, La Esquina Encendida, Argentine

Voici le résultat de ce bain, pure récupération. Cela peut se faire avec de nombreuses teintures, le résultat s’éclaircit au fur et à mesure des bains.

Plusieurs bains consécutifs sortiront de cette casserole d'épluchures d'oignons. C'est encore malin
Plusieurs bains consécutifs sortiront de cette casserole d’épluchures d’oignons. C’est encore malin

Les artichauts

Quand on mange des artichauts, on en jette plus de la moitié. On peut récupérer tout ce que l’on élimine habituellement. À cela on peut ajouter les tiges et les feuilles, ainsi que l’eau de cuisson dont le sel participera aussi à la teinture.

Sauterelle en train de déguster de la laine teinte avec des déchets artichauts, à Copiapo, Región de Atacama, Chili
Sauterelle en train de déguster de la laine teinte avec des déchets artichauts, à Copiapo, Región de Atacama, Chili

Épluchures de pommes, de poires…

Vous faites un tarte aux pommes ou aux poires, les épluchures et les trognons peuvent donner un joli ocre.

Désolée. j’avais des photographies, elles ont eu des problèmes, je n’arrive pas à les récupérer.

De même, si vous faites des gelées de coings, il faut profiter de toutes les épluchures. Si vous avez des arbres fruitiers, les fruits non mûrs qui tombent au sol doivent aussi être utilisés car ils sont bourrés de tanins.

Les noyaux doivent aussi être testés. Je l’ai fait avec les noyaux de mangues récupérés auprès d’un vendeur de jus de fruits naturels à Iquique, cela m’a donné un magnifique jaune saumoné.

Les tailles de fruitiers, des haies

Les déchets de tailles de haies ou des arbres fruitiers, en BRF (bois raméal fragmenté) ou pas, sont de grandes sources de tanins. C’est malin d’en tirer parti.

Selon si ces déchets contiennent plutôt des feuilles ou plutôt des branches, ont obtiendra des résultats différents. À mes débuts en teintures naturelles, quand je vivait à Longotoma, j’ai testé de jeune branches d’abricotiers. J’avais séparé les feuilles et les tiges. Les feuilles m’ont donné un joli vert et les branches du beige.

Les “mauvaises herbes”

Partout, de nombreuses plantes invasives et “mauvaises herbes” teignent, il est facile d’en tirer parti. Je n’aime pas le terme “mauvaises herbes“. Car souvent, nous les connaissons mal, beaucoup sont médicinales, telles le plantain, la bourse à pasteur, les orties, le buddleia, les chardons… et on peut en tirer parti en teinture naturelle.

Teindre malin, c’est aussi savoir utiliser les “mauvaises herbes”, comme ici la Sorona, à Mamiña qui donne un très beau jaune

Ainsi, les orties nous donnent aussi des fibres qui étaient très employées au Moyen-Âge. Voici deux liens de videos sur la filature des orties.

Les ronces, les érigerons du Canada vous donnerons de jolis jaunes. En outre, les jeunes rameaux de ronces émettront une agréable odeur de confiture.

Les feuilles mortes

Au lieu de les jeter à la poubelle, ou avant de les mettre au compost, on peut teindre malin avec. En effet, elles présentent des taux élevés de tanins qui peuvent donner de jolis beiges, marrons, verts olive, ou gris selon si l’on ne mordance pas ou si l’on mordance au fer (ou au cuivre). On peut les mettre au compost après la teinture.

Teinture aux feuilles mortes, usage malin d'un déchet courant
Teinture aux feuilles mortes, usage malin d’un déchet courant

Brou de noix, coques de d’amandes, bogues…

Nous avons là de très bonnes sources de tannins. La réputation du brou de noix n’est plus à faire. Il s’agit de l’enveloppe verte et molle des noix qui devient brune par la suite, l’idéal est de la laisser fermenter le plus longtemps possible. Les coquilles dures peuvent aussi teindre, mais moins foncé.

Les coques d’amandes donnent un très joli beige rosée.

De même, les bogues de châtaignes et de marron d’Inde sont aussi bourrées de tannins.

Teindre avec des parasites

On peut aussi teindre avec des parasites, par exemple avec le Quintral del Molle

Cette magnifique plante qui attaque de nombreuses espèces d'arbres et un hémiparasite courant, ici sur un molle, donne un brun tabac très lumineux, c'est malin de teindre avec
Cette magnifique plante qui attaque de nombreuses espèces d’arbres et un hémiparasite courant, ici sur un molle, donne un brun tabac très lumineux, c’est malin de teindre avec

Voici le résultat…

Poncho tissé avec de la laine teinte au Quintral de molle, encore une fois teindre naturel, c'est malin
Poncho tissé avec de la laine teinte au Quintral de molle, encore une fois teindre naturel, c’est malin

La cochenille qui donnent une très grande variété de couleurs orange, roses, rouges, violets, gris… est aussi un parasite qui s’attaque tout particulièrement aux figuiers de Barbarie…

Malin, économique et écologique

Dans ce cas, comme souvent teindre naturellement est à la fois écologique et économique.

Malin, pourquoi

Pourquoi, parce que cela permet de recycler des vêtements et de prolonger leur vie en utilisant éventuellement des déchets, d’une manière à la fois ancestrale et innovante.

Malin et personnalisé

La personnalisation de ses vêtements permet un habillement original et créatif, qui sort de la standardisation habituelle, sans être forcément excentrique…

Malin - Bonnet teint une première fois à la camomille des teinturiers, adventice courante, puis personnalisé à l'indigo - shibori
Malin – Bonnet teint une première fois à la camomille des teinturiers, adventice courante, puis personnalisé à l’indigo – shibori

Malin et économique

Comme on peut s’entraîner avec des matières tinctoriales qui proviennent de déchets, et avec des vêtements d’occasion, les coûts se réduisent à la source de chaleur.

En outre, quand on a du temps et un peu d’espace à l’extérieur, on peut même teindre sans chauffer le bain.

Écologique aussi

Tout ce que je viens d’expliquer montre qu’il s’agit là d’une technique écologique.

Si vous avez le temps et un peu d’espace, vous pouvez utiliser le soleil.

Essai de teinture au soleil, c'est très malin avec certaines plantes
Essai de teinture au soleil, c’est très malin avec certaines plantes

Sain, bien sûr

Les teintures naturelles sont saines, il suffit d’éviter les plantes toxiques. En outre, l’indigo a même la réputation d’être répulsif pour les moustiques.

Une grande majorité des plantes à teindre sont aussi médicinales.

D’autre part, les teintures chimiques sont à base de produits toxiques tels que le cadmium ou le chrome. Mieux vaut les éviter.

Malin et facile

Si vous n’osez pas teindre de grandes quantités, ont peut teindre des fils pour broder… Il suffit qu’ils soient de fibres naturelles. En outre, cela permet de tester des couleurs facilement et utilement. Broder, peut être une autre manière de personnaliser pour pas cher un vêtement, ou de cacher certains défauts…

On peut aussi teindre un peu de laine à feutrer, et l’utiliser en feutrage pour faire des bijoux ou broder à l’aiguille avec sur des vêtements que l’on peut personnaliser avantageusement ainsi.

Quelle aubaine! Une vieille casserole, la plus grande possible que vous n’utilisez plus pour cuisiner. Les plantes de votre choix, un peu de mordants, ou des extraits préparés par Michel Garcia si vous êtes pressés.

Déchets perdus pour belles teintures, pas malin!

Il y a même des déchets qui se perdent, c’est le cas des “locos” et “locates“, fruits de mer très appréciés au Chili au point que leur pêche est parfois interdite. Il sont doté d’une glande hypobrachiale jaune du vivant du coquillage, qui devient violet-pourpre à l’exposition aux rayons ultra-violets du soleil, de même que les murex dont était tirée la fameuse Pourpre de Tyr dans l’Antiquité.

Ceux qui pêchent ces coquillages reviennent avec les mains pourpres, car ils nettoient les coquillages en pleine mer et y jettent tous les déchets, ce merveilleux colorant compris.

Essai de teinture aux
Essai de teinture aux “locos” et “locates“, à Taltal, près d’Antofagasta, Chili
Ce serait malin à développer

Conclusion

Que vous manque-t-il pour commencer à teindre malin, c’est facile. Vous trouverez sur ce blog de nombreux conseils et nous pouvons organiser des ateliers où nous pourrons combiner toutes ces astuces.

J’attends avec impatience vos commentaires.

Ecoprint, kesako? et pourquoi?

Ecoprint – Article mis à jour le 22 janvier 2020
Prochain retour en France du 25 février au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Ecoprint sur lin, impression de feuilles et fleurs
Ecoprint sur lin, impression de feuilles et fleurs

Ecoprint, kezako? Je reviens sur cet article que j’ai publié au tout début de la création de ce blog. C’est un sujet important, et vous avez donc droit à une toute nouvelle version qui va se compléter au fur et à mesure de mes nouvelles expériences.

Pourquoi ecoprint

L’ecoprint n’est pas un “machin” ou “nouveau truc” pour “reverdir” la teinture. Le “greenwashing“, ce n’est pas mon genre.

C’est une technique très économe en matières tinctoriales, quelques feuilles bien choisies suffisent. Alors que normalement, il faut 3 kg de plantes pour 1 kg de fibres, et une très grande casserole et donc plus de combustible.

D’autre part, cela permet de changer l’allure d’une manière unique de n’importe quel vêtement usagé, de fibres naturelles, bien sûr. Une nouvelle forme de recyclage.

Depuis mon retour de Madagascar et mon voyage au Brésil, j’ai eu de nouvelles expériences d’ecoprint et je tiens à vous les présenter maintenant.

L’ecoprint, quelle magie!

Un peu de théorie sur cette technique

L’ecoprint est une technique développée par un groupe de designers australiennes à la tête desquelles se trouvent India Flint, Susan Fell McLean et le groupe Gondwana textiles… J’espère bien pouvoir aller visiter leurs ateliers lors de mon tour du monde…

C’est plutôt une impression qu’une teinture… Le végétal s’imprime essentiellement en surface.

Selon les méthodes et l’épaisseur du support, les empreintes végétales apparaîtront sur une ou deux face, ou éventuellement se répèteront en s’affaiblissant. Les deux face des feuilles donnent des résultats différents.

Ecoprint sur coton, à Talata, Madagascar

Cette technique n’utilise que peu de matériaux végétaux, étalés sur la toile, ou éventuellement sur papier ou carton (c’est aussi possible), enroulés serrés, se mettent à tremper pendant quelques jours, avec ou sans mordants, puis éventuellement chauffés et enfin déballés, laissent différentes empreintes.

On peut obtenir des dessins naturels d’une très grande finesse.

Ecoprint à Talata, Madagascar, les traits fins sont des aiguilles de pins australiens
Ecoprint à Talata, Madagascar, les traits fins sont des aiguilles de pins australiens

Premiers essais à Santa Fe – Argentina

Nous avons avons fait les premiers essais d’ecoprint, sans grand succès, lors d’une formation que j’avais donné au Centre Culturel “La Esquina Encendida“. Sans doute le rouleau n’avait pas été assez serré et qu’il n’a pas trempé assez longtemps.

Les tutoriels sur internet ne donnent pas toujours tous les détails, et ceux-ci peuvent être très importants.

Premier test d'ecoprint sur feutre au Centre Culturel
Premier test d’ecoprint sur feutre au Centre Culturel “La esquina Encendida” Santa Fe – Argentine

Lors d’une seconde formation donnée à Santa Fe, à La Redonda, cette fois, il y avait deux participantes qui pratiquaient déjà couramment cette technique.

Tee-shirt teint en ecoprint par cette dame de Santa Fe - Argentine
Tee-shirt teint en ecoprint par cette dame de Santa Fe – Argentine

Mais ce qui a retenu le plus l’attention du groupe a été une technique assez proche, qui se travaille à froid, avec un marteau à carreler.

Technique au marteau qui a eu beaucoup de succès
Technique au marteau qui a eu beaucoup de succès

Les feuilles fraîches sont glissées entre deux toiles de fibres naturelles, on martèle, puis on enlève les feuilles, on fait tremper les toiles dans un bain de “soupe de clous” (vieux clous + vinaigre = acétate de fer) qui révèle les tanins. Puis, on lave et on rince.

Et voici le résultat
Et voici le résultat

Ecoprint à Madagascar

L’effet est très délicat. Nous avons pratiqué l’ecoprint avec Monsieur Hilaire à Talata, Madagascar. Cette technique nécessite de la patience mais peu de moyens.

India Flint, la précurseur de cette méthode de teinture, raconte dans un de ses livres, qu’elle voyage partout avec sa casserole électrique et des échantillons de textiles naturels, qu’elle teste juste après sa récolte en se promenant dans les rues.

Malgré sa petite taille, la
Malgré sa petite taille, la “fetapera” permet de chauffer des casseroles relativement grandes avec très peu de combustible, ici du charbon de bambou à Antananarivo (Madagascar)…

A Talata, nous n’avons utilisé qu’une grande casserole et un petit réchaud traditionnel malgache (fatapera), avec du charbon de bois. Ce petit réchaud est très économique à l’usage et est très léger, fait en tôle recyclée. Je n’ai pas pu résister, je m’en suis achetée un. Chaque pièce teinte est unique, comme chaque feuille l’est dans la nature. C’est la magie de l’ecoprint. Tout doit être testé. Que de surprises!

Premières écharpes de soie teinte en ecoprint à Talata
Premières écharpes de soie teinte en ecoprint à Talata

Certaines feuilles donnent des résultats plus intéressants que les pétales de fleurs. Mais on peut retenir les fleurs d’oeillets d’Inde et de Cosmos Sulfureus (orange), nous avons testés les autres cosmos roses qui infestent les champs, sans résultat. J’ai beaucoup aimé la finesse des aiguilles de pin australiens et les fougères. Les feuilles de rosier et d’eucalyptus ont beaucoup plus à M. Hilaire.

À la suite de cette expérience à Talata Madagascar, j’ai préparé une présentation détaillant tout ce que nous avons fait en presque 15 jours. Cette présentation est maintenant disponible en téléchargement sur ma boutique.

Atelier Ecoprint à La Chapelle Blanche Saint Martin – France

Après mon retour de Madagascar, j’ai rencontré à Loches, une tisserande qui a organisé une petite formation sur le thème de l’ecoprint avec 6 autres personnes à La Chapelle Blanche Saint Martin (Indre et Loire – France) à l’élevage de Chèvres Mohair et Atelier de Brigitte, le dimanche 27 août 2017. J’ai d’ailleurs préparé une autre présentation sur cette journée qui a été très intéressante.

Très joli effet obtenu avec de petites racines de garance
Très joli effet obtenu avec de petites racines de garance

Ecoprint à Andacollo – Chili

Puis en février 2018, je suis allée donner un cours privé à un couple, près de La Serena, à 400 km au Nord de Santiago du Chili, ou après avoir teint de nombreuses laines et rubans de laine cardées avec les plantes de la propriété, nous avons estampé une écharpe de soie malgache (de Monsieur Hilaire) en ecoprint. Le résultat a beaucoup plu.

Solange avec sa première écharpe de soie en ecoprint
Solange avec sa première écharpe de soie en ecoprint

J’attends des nouvelles de mon amie qui doit lancer prochainement sa marque de vêtements et accessoires en fibres naturelles…

Au Chili, j’ai tissé un chemin de table avec le métier Tissanova et préparé quelques écharpes en laine feutré que je vais teindre en ecoprint, prochainement.

Récemment, en novembre 2019, nous avons faits de nouveaux tests, sans mordants (l’alun avait disparu de la maison), nous avons utilisés les tanins des écorces de grenades comme mordant.

Ecoprint à Andacollo, bain d'écorces de grenades, un peu de cochenille, feuilles d'eucalyptus, de noyer, et d'avocats, sur soie de Monsieur Hilaire
Ecoprint à Andacollo, bain d’écorces de grenades, un peu de cochenille, feuilles d’eucalyptus, de noyer, d’avocats, un peu de lacq dye, sur soie de Monsieur Hilaire

Ecoprint à Cajamarca, Pérou

Lors de mon dernier voyage au Pérou, j’ai rencontré un couple d’artisans à Cajamarca et nous avons fait un petit essai, sur coton.

Segundo est tisserand sur métier à pédales, il perpétue les points traditionnels péruviens et il est aussi professeur de tissage et de teinture.

Qu’avons nous fait ?

J’ai acheté un morceau de toile de coton léger, nous l’avons découpé en bandes. Nous les avons fait bouillir avec de la lessive, pour enlever l’apprêt, vu qu’il s’agissait d’une toile neuve.

Toutes les toiles neuves sont impregnées de nombreuses substances, d’abord pour faciliter la filature et le tissage, puis pour une meilleure tenue du tissu et éventuellement pour imperméabiliser ou apporter d’autres propriétés… Ces apprêts chimiques rendent plus difficile la teinture. Le débouillissage est donc absolument nécessaire.

Puis, nous avons présenté les plantes (schinus molle, sauge, et une plante de couleur pourpre qui avait attiré l’attention de mon ami…). Ces plantes sont disponibles en pleine ville. Nous avons trempé certaines plantes dans un bain de sulfate de cuivre et d’autres dans un bain de pierre d’alun. Nous n’avions pas de sulfate de fer, ni de “soupe de clous“.

Essai d'ecoprint sur coton avec Segundo à Cajamarca - Pérou
Essai d’ecoprint sur coton avec Segundo à Cajamarca – Pérou

Nous avons fait les petits rouleaux d’ecoprint et les avons laissé tremper jusqu’au lendemain.

Alors, nous les avons fait bouillir dans une casserole en aluminium que mes amis utilisent pour teindre. Le lendemain, nous avons défait les rouleaux, enlevé les plantes et rincé les toiles.

On déroule les rouleaux
On déroule les rouleaux

Résultat

Le résultat n’a pas été merveilleux, mais on voyait tout de même les feuilles de schinus molle imprimées en jaune. Peut-être aurions-nous dû faire sécher les toiles avant de préparer les rouleaux? Ou bien laisser tremper une nuit avant de faire chauffer.

Je préfère, en général, utiliser les vieilles feuilles, parfois blessées, trouées, dévorées par les insectes ou les limaces. Elles auront certainement plus de tanins et manqueront moins à la plantes que les jeunes pousses gorgées de sève.

Comme toujours. la saison de récolte influence le résultat.

Le coton est toujours plus difficile à teindre que la soie ou la laine. Peut-être que la toile n’était pas 100% naturelle. Les toiles de fibres naturelles pures deviennent rares.

Ecoprint au Brésil

Je suis partie pour le Brésil à l’aventure, je n’ai donc pris que peu de bagages.

J’ai donc acheté des vêtements d’occasion en coton qui m’ont servi de matière première pour mes essais.

Préparation d'ecoprint très fleurie de mon amie Iafa au Brésil
Préparation d’ecoprint très fleurie de mon amie Iafa au Brésil

Mon amie Iafa était très tentée par les fleurs multicolores, il y en a de vraiment très belles et partout. Je l’ai laissée faire. Le résultat était un peu pâle et s’est malheureusement décoloré au bout d’à peine quelques jours, bien que le vêtement avait séché à l’ombre.

Ecoprint fleuri de Iafa, pratiquement tout a disparu lors du séchage, pourtant à l'ombre
Ecoprint fleuri de Iafa, pratiquement tout a disparu lors du séchage, pourtant à l’ombre

Nous avons testé l’eau de mer, l’eau de la rivière, enterré des rouleaux sous le sable humide, d’autres dans une serre improvisés qui attiraient l’attention d’Ureba, le vautour apprivoisé très joueur… Beaucoup d’expériences…

Nous avons travaillé avec des fibres végétales, vêtements de seconde main, en coton généralement. On pouvait donc considérer que les apprêts avaient dû avoir été éliminés lors des lavages précédents. Cela explique peut-être les résultats un peu décevants à côté des expériences sur soie.

Ce qui a donné les meilleurs résultats ont été les feuilles de goyavier, de framboisiers, de fougères…

Et les ecoprint sèchent...
Et les ecoprint sèchent…

Les grosses taches rosées proviennent de tranches d’une patate douce non comestible, mais médicinale, utilisée comme antifongique.

Tour du monde des teintures

Lors de mes prochains voyages, j’espère bien pouvoir avoir de nouvelles expériences avec cette technique. Je ne manquerai pas l’occasion de vous en parler. Cet article devrait donc être suivi régulièrement pour être au courant des nouveautés.

Elle reflète parfaitement la végétation locale dont elle révèle toute la richesse parfois cachée et s’adapte facilement, car elle ne nécessite que peu de matériel.

Chaque pièce est unique, comme chaque feuille, écorce, racine… ces végétaux ne peux pas être réutilisés.

Comme, vous avez pu le voir, cette technique ne nécessite que très peu de matériel. On peut la combiner avec des techniques de shibori. Elle est très versatile et permet de découvrir les couleurs que peut donner n’importe quelle plante.

Un vrai plaisir, un élément à développer dans mon Ikigai et peut-être dans le vôtre aussi.