Malin, la teinture naturelle

/// Teindre, c’est malin ///
Nouvel article du 14 Février 2020
Je suis bien revenue en France et j’y serai jusqu’au 12 novembre
Organisons donc des ateliers! C’est facile

Malin, recycler des vêtements

Jeter des vêtements qui peuvent être remis à jour, ce n’est pas malin… Nous allons voir ce que nous pouvons faire avec peu de moyens… La quantité de vêtements “fast fashion” jetés à la poubelle ne fait qu’augmenter chaque année, générant chaque fois plus de déchets polluants. En outre, nombre de ceux-ci sont détruit avant usage. Quel gâchis!

Cependant, je ne veux pas vous écraser sous des monceaux de chiffres alarmants. Il paraît que cela fait sérieux dans les blogs. Hélas, ceux-ci sont fort inquiétants. Sans doute, pouvons-nous faire notre apport créatif et personnel.

Ainsi, nous devons donc d’abord choisir des vêtements en fibres naturelles. Ils seront plus durables et nous pourrons les reteindre. Enfin, nous leur donnerons une nouvelle vie. Il suffit de les choisir de couleur le plus clair possible, car les teintures naturelles ne sont pas couvrantes (si vous avez des toiles noires, ne cherchez pas à les teindre, essayez plutôt de les déteindre à l’eau oxygénée).

Moi-même, j’ai testé avec des vêtements d’occasion au Brésil. J’investissais peu pour des résultats surprenants. Le coton n’est pas la fibre la plus facile à teindre, loin de là… En outre, la production du coton est souvent loin d’être écologique, malheureusement… Donc, si on a des vêtements en coton, essayons de les faire durer.

Ecoprint

L’ecoprint est un système de teinture très malin. Il suffit de très peu de plantes, car c’est plutôt une technique d’impression.

Voici comment profiter de n’importe quelle ballade, pour décorer un vêtement blanc ou de couleurs claires, en récoltant de feuilles et des fleurs. L’idéal est de les garder fraîches afin qu’elles ne se recroquevillent pas trop.

Puis, on passe à l’étape créative, en appliquant les feuilles sur le textile. Éventuellement, on peut tester avec du papier un peu fort. On plie ou on enroule directement le support. Maintenant, il faut patienter en laissant tremper. Et enfin on fait chauffer et on laisse à nouveau reposer.

En effet, la patience est nécessaire. Car, il faut laisser la nature relâcher ses colorants cachés au fonds des cellules. La surprise est au bout du chemin.

Une fois le support déroulé et épluché, il faut le laisser sécher pour que se développent des réactions chimiques qui influent sur la couleur et sa solidité.

Application de végétaux sur un ecoprint, c'est malin
Application de végétaux sur un ecoprint, c’est malin

Après cette étape, il faut laver et rincer la pièce.

On peut facilement pratiquer cette teinture maline avec des enfants.

Shibori

Le shibori (tie-dye) est une technique de réserve que les Japonais, notamment à Arimatsu, ont développé de manière très poussée.

Ils s’agit de protéger des zones à ne pas teindre à l’aide de nœuds, d’attaches, de broderies qui empêcheront la teinture de pénétrer la toile.

C’est malin et aussi à la portée des enfants qui y prennent plaisir.

L’idéal est bien sûr l’indigo que l’on peut préparer simplement et de manière très sûre avec le bain 1-2-3 de Michel Garcia.

Shibori malin à l'indigo lors d'un atelier à Santa Fe, Argentine
Shibori malin à l’indigo lors d’un atelier à Santa Fe, Argentine

Batik

Le batik est une autre technique de réserve intéressante. Normalement, on utilise de la cire fondue. Mais, il existe des pâtes qui fonctionnent à froid, il faut patienter le temps qu’elles sèchent.

Cette technique, nécessite de travailler avec des teintures sans chauffer et surtout avec des toiles fines. L’indigo est encore une fois ici l’idéal.

Pochoir naturel et cire, batik malin à Talata, Madagascar
Pochoir naturel et cire, batik malin à Talata, Madagascar

Malin, teindre avec des déchets

Beaucoup de déchets organiques peuvent teindre avant d’arriver dans le bac à compost ou à la déchetterie.

Épluchures d’oignons

Aujourd’hui, j’ai reçu un message, me disant qu’il en faut beaucoup. L’oignon est très sain, il vaut mieux utiliser les épluchures d’oignons de garde, qui contiennent plus de quercétine. Moi, j’en récupère auprès des marchands de légumes ou auprès des restaurants. Il vaut mieux les laisser tremper quelques jours dans l’eau avant de mettre à chauffer, elles libéreront plus de colorants.

Teinture aux épluchures d'oignons, atelier à Santa Fe, au Centre, Culturel, La Esquina Encendida, Argentine
Teinture aux épluchures d’oignons, atelier à Santa Fe, au Centre, Culturel, La Esquina Encendida, Argentine

Voici le résultat de ce bain, pure récupération. Cela peut se faire avec de nombreuses teintures, le résultat s’éclaircit au fur et à mesure des bains.

Plusieurs bains consécutifs sortiront de cette casserole d'épluchures d'oignons. C'est encore malin
Plusieurs bains consécutifs sortiront de cette casserole d’épluchures d’oignons. C’est encore malin

Les artichauts

Quand on mange des artichauts, on en jette plus de la moitié. On peut récupérer tout ce que l’on élimine habituellement. À cela on peut ajouter les tiges et les feuilles, ainsi que l’eau de cuisson dont le sel participera aussi à la teinture.

Sauterelle en train de déguster de la laine teinte avec des déchets artichauts, à Copiapo, Región de Atacama, Chili
Sauterelle en train de déguster de la laine teinte avec des déchets artichauts, à Copiapo, Región de Atacama, Chili

Épluchures de pommes, de poires…

Vous faites un tarte aux pommes ou aux poires, les épluchures et les trognons peuvent donner un joli ocre.

Désolée. j’avais des photographies, elles ont eu des problèmes, je n’arrive pas à les récupérer.

De même, si vous faites des gelées de coings, il faut profiter de toutes les épluchures. Si vous avez des arbres fruitiers, les fruits non mûrs qui tombent au sol doivent aussi être utilisés car ils sont bourrés de tanins.

Les noyaux doivent aussi être testés. Je l’ai fait avec les noyaux de mangues récupérés auprès d’un vendeur de jus de fruits naturels à Iquique, cela m’a donné un magnifique jaune saumoné.

Les tailles de fruitiers, des haies

Les déchets de tailles de haies ou des arbres fruitiers, en BRF (bois raméal fragmenté) ou pas, sont de grandes sources de tanins. C’est malin d’en tirer parti.

Selon si ces déchets contiennent plutôt des feuilles ou plutôt des branches, ont obtiendra des résultats différents. À mes débuts en teintures naturelles, quand je vivait à Longotoma, j’ai testé de jeune branches d’abricotiers. J’avais séparé les feuilles et les tiges. Les feuilles m’ont donné un joli vert et les branches du beige.

Les “mauvaises herbes”

Partout, de nombreuses plantes invasives et “mauvaises herbes” teignent, il est facile d’en tirer parti. Je n’aime pas le terme “mauvaises herbes“. Car souvent, nous les connaissons mal, beaucoup sont médicinales, telles le plantain, la bourse à pasteur, les orties, le buddleia, les chardons… et on peut en tirer parti en teinture naturelle.

Teindre malin, c’est aussi savoir utiliser les “mauvaises herbes”, comme ici la Sorona, à Mamiña qui donne un très beau jaune

Ainsi, les orties nous donnent aussi des fibres qui étaient très employées au Moyen-Âge. Voici deux liens de videos sur la filature des orties.

Les ronces, les érigerons du Canada vous donnerons de jolis jaunes. En outre, les jeunes rameaux de ronces émettront une agréable odeur de confiture.

Les feuilles mortes

Au lieu de les jeter à la poubelle, ou avant de les mettre au compost, on peut teindre malin avec. En effet, elles présentent des taux élevés de tanins qui peuvent donner de jolis beiges, marrons, verts olive, ou gris selon si l’on ne mordance pas ou si l’on mordance au fer (ou au cuivre). On peut les mettre au compost après la teinture.

Teinture aux feuilles mortes, usage malin d'un déchet courant
Teinture aux feuilles mortes, usage malin d’un déchet courant

Brou de noix, coques de d’amandes, bogues…

Nous avons là de très bonnes sources de tannins. La réputation du brou de noix n’est plus à faire. Il s’agit de l’enveloppe verte et molle des noix qui devient brune par la suite, l’idéal est de la laisser fermenter le plus longtemps possible. Les coquilles dures peuvent aussi teindre, mais moins foncé.

Les coques d’amandes donnent un très joli beige rosée.

De même, les bogues de châtaignes et de marron d’Inde sont aussi bourrées de tannins.

Teindre avec des parasites

On peut aussi teindre avec des parasites, par exemple avec le Quintral del Molle

Cette magnifique plante qui attaque de nombreuses espèces d'arbres et un hémiparasite courant, ici sur un molle, donne un brun tabac très lumineux, c'est malin de teindre avec
Cette magnifique plante qui attaque de nombreuses espèces d’arbres et un hémiparasite courant, ici sur un molle, donne un brun tabac très lumineux, c’est malin de teindre avec

Voici le résultat…

Poncho tissé avec de la laine teinte au Quintral de molle, encore une fois teindre naturel, c'est malin
Poncho tissé avec de la laine teinte au Quintral de molle, encore une fois teindre naturel, c’est malin

La cochenille qui donnent une très grande variété de couleurs orange, roses, rouges, violets, gris… est aussi un parasite qui s’attaque tout particulièrement aux figuiers de Barbarie…

Malin, économique et écologique

Dans ce cas, comme souvent teindre naturellement est à la fois écologique et économique.

Malin, pourquoi

Pourquoi, parce que cela permet de recycler des vêtements et de prolonger leur vie en utilisant éventuellement des déchets, d’une manière à la fois ancestrale et innovante.

Malin et personnalisé

La personnalisation de ses vêtements permet un habillement original et créatif, qui sort de la standardisation habituelle, sans être forcément excentrique…

Malin - Bonnet teint une première fois à la camomille des teinturiers, adventice courante, puis personnalisé à l'indigo - shibori
Malin – Bonnet teint une première fois à la camomille des teinturiers, adventice courante, puis personnalisé à l’indigo – shibori

Malin et économique

Comme on peut s’entraîner avec des matières tinctoriales qui proviennent de déchets, et avec des vêtements d’occasion, les coûts se réduisent à la source de chaleur.

En outre, quand on a du temps et un peu d’espace à l’extérieur, on peut même teindre sans chauffer le bain.

Écologique aussi

Tout ce que je viens d’expliquer montre qu’il s’agit là d’une technique écologique.

Si vous avez le temps et un peu d’espace, vous pouvez utiliser le soleil.

Essai de teinture au soleil, c'est très malin avec certaines plantes
Essai de teinture au soleil, c’est très malin avec certaines plantes

Sain, bien sûr

Les teintures naturelles sont saines, il suffit d’éviter les plantes toxiques. En outre, l’indigo a même la réputation d’être répulsif pour les moustiques.

Une grande majorité des plantes à teindre sont aussi médicinales.

D’autre part, les teintures chimiques sont à base de produits toxiques tels que le cadmium ou le chrome. Mieux vaut les éviter.

Malin et facile

Si vous n’osez pas teindre de grandes quantités, ont peut teindre des fils pour broder… Il suffit qu’ils soient de fibres naturelles. En outre, cela permet de tester des couleurs facilement et utilement. Broder, peut être une autre manière de personnaliser pour pas cher un vêtement, ou de cacher certains défauts…

On peut aussi teindre un peu de laine à feutrer, et l’utiliser en feutrage pour faire des bijoux ou broder à l’aiguille avec sur des vêtements que l’on peut personnaliser avantageusement ainsi.

Quelle aubaine! Une vieille casserole, la plus grande possible que vous n’utilisez plus pour cuisiner. Les plantes de votre choix, un peu de mordants, ou des extraits préparés par Michel Garcia si vous êtes pressés.

Déchets perdus pour belles teintures, pas malin!

Il y a même des déchets qui se perdent, c’est le cas des “locos” et “locates“, fruits de mer très appréciés au Chili au point que leur pêche est parfois interdite. Il sont doté d’une glande hypobrachiale jaune du vivant du coquillage, qui devient violet-pourpre à l’exposition aux rayons ultra-violets du soleil, de même que les murex dont était tirée la fameuse Pourpre de Tyr dans l’Antiquité.

Ceux qui pêchent ces coquillages reviennent avec les mains pourpres, car ils nettoient les coquillages en pleine mer et y jettent tous les déchets, ce merveilleux colorant compris.

Essai de teinture aux "locos" et "locates", à Taltal, près d'Antofagasta, Chili
Ce serait malin à développer
Essai de teinture aux “locos” et “locates“, à Taltal, près d’Antofagasta, Chili
Ce serait malin à développer

Conclusion

Que vous manque-t-il pour commencer à teindre malin, c’est facile. Vous trouverez sur ce blog de nombreux conseils et nous pouvons organiser des ateliers où nous pourrons combiner toutes ces astuces.

J’attends avec impatience vos commentaires.

Magie de la teinture!

Une vraie magie

De la magie dans ma lecture… Je suis entrain de lire “Diskworld” (Les Annales du Mondedisque en français, il me semble) en traduction espagnole de Terry Pratchet. où il décrit un monde plein de magie et de magiciens un peu fous… c’est très drôle… Le traducteur a dû souffrir pour bien rendre tous les jeux de mots et les références littéraires cachées… C’est aussi un monde tout en couleur, le spectre en a huit!

Mais aussi dans ma vie professionnelle, la teinture naturelle est aussi une vraie magie, la magie de la chimie verte! Quelle est belle!

 

Une magie cachée

Mais où se cache donc la couleur? En effet, la couleur se cache souvent, elle est rarement apparente, et pourtant depuis la préhistoire, elle est très présente dans la vie des hommes… J’ai déjà consacré un article à ce sujet, dès la création de ce site.

Par exemple, aussi bien les fuchsia que les bougainvilliers donnent du jaune, malgré leurs jolies fleurs rose vif.

Il faut bien qu’il y ait une part de secret, d’ailleurs les teinturiers ne les disent que rarement et parfois nous engagent vers de fausses pistes… comme la betterave…

Une magie ancienne

Depuis la préhistoire la couleur fascine les hommes, ils ont très vite su teindre des fibres, en rouge, en bleu et bien sûr en jaune.

Des règles aussi se sont vite imposées quant à l’usage de certaines couleurs que se sont vite vues réservées à certaines élites.

Mais cette magie est toujours à l’ordre du jour, maintenant sans limites, car nous pouvons même semer les teintures! Et là, on apprécie encore mieux la nature…

A ce sujet, je vous recommande les livres de Michel Pastoureau et de Dominique Cardon qui sont passionnants.

Une magie renouvelée

A chaque teinture, on a des surprises… des bonnes ou des mauvaises, mais cela correspond rarement au photos des livres… Cela varie, avec la saison, la qualité de l’eau, la casserole, le temps de trempage, les fibres et bien sûr les mordants… On ne teint généralement pas dans des conditions de laboratoire.

Comme je prends rarement le temps de peser (je le fais habituellement lors des formations), je suis sujette à de nombreuses surprises. Et c’est tant mieux.

Une magie à plusieurs niveaux

Comment ne pas être fascinée par les effets  que donnent certains mordants/modificateurs.

Laines teintes à la cochenille
Laines teintes à la cochenille

Ici, la même laine mordancée à l’alun, le bain a été divisé en deux, pour la laine violette on a ajouté un peu de fer, pour la rouge de la crème de tartre.

Par la combination des mordants, on peut obtenir des dégradés de modifications. Michel Garcia illustre particulièrement bien dans ses livres et ses DVD les technique de dégradés et de mélanges de mordants.

Ces techniques ont permis d’imprimer en grandes quantités les indiennes, toiles de coton, a motifs variés et très colorés, à la mode au XIXème siècle, grâce aux techniques du tampon. Technique encore en usage en Inde.

Tampon en bois pour l'impression - Inde
Tampon en bois pour l’impression – Inde

Tampon en bois pour l'impression - Inde. un tampon pour chaque mordant, la même toile peut passer dans différents bains de teinture et de nettoyage...
Tampon en bois pour l’impression – Inde. un tampon pour chaque mordant, la même toile peut passer dans différents bains de teinture et de nettoyage…

C’est passionnant et très amusant.

Nous avons vu un DVD de Michel Garcia
Nous avons vu un DVD de Michel Garcia

Lors d’un des ateliers à La Redonda, Santa Fe, Argentine, nous avons regardé un de ses DVD, il y avait une des assistantes qui était chimiste de profession, et nous avons testé ces mélanges.

Les stagiaires ont préparé des solutions de mordants (fer et aluminium) plus ou moins concentrés dans du vinaigre et elles les ont testés en peignant sur des toiles de coton
Les stagiaires ont préparé des solutions de mordants (fer et aluminium) plus ou moins concentrés dans du vinaigre et elles les ont testés en peignant sur des toiles de coton

Certaines ont suivi les explications presque au pied de la lettre, nous avons ajoutè le sulfate de cuivre en bleu clair
Certaines ont suivi les explications presque au pied de la lettre, nous avons ajoutè le sulfate de cuivre en bleu clair

D'autres ont commencé à dessiner tout de suite
D’autres ont commencé à dessiner tout de suite

La toile d coton doit sécher et pourra être teinte
La toile d coton doit sécher et pourra être teinte

Vous pouvez en savoir plus sur ces ateliers de Santa Fe dans la présentation pour l’IFPECO de Madagascar en 2017 disponible sur academia.edu et sur slideshare.net.

Magie des combinaisons

Quelle magie, les couleurs se combinent bien, on n’a pas besoin de les séparer avec une couleur neutre: blanc, gris, beige, marron. noir… Rien n’est trop criard. C’est encore une histoire de chimie verte, chaque plante contient un certain nombre de colorants, certains de ceux-ci se répètent dans différentes plantes…

Il y a donc comme un continuum entre les différentes couleurs à l’opposé des anilines qui sont des colorants purs, sans mélanges…

Echantillons de couleurs végétales obtenues sur soie par Aranya Natural - Fondation Indienne
Echantillons de couleurs végétales obtenues sur soie par Aranya Natural – Fondation Indienne

Magie de recycler

La teinture naturelle permet de recycler un certain nombre de déchets de cuisine, de jardinage… C’est magique d’économiser sur une partie des matières premières. J’ai recyclé tant de déchets en teinture que j’ai déjà consacré un article complet à ce sujet.

D’autant plus que l’idéal est de travailler avec de l’eau de pluie qu’il est souvent facile de récupérer. Certains mordants peuvent être aussi de récupération, vinaigre de mauvais vin ou cidre qui tourne (mais aussi fait à partir de n’importe quel déchet sucré ou qui contient de l’amidon), cendres et même urine, si cela ne vous fait pas peur (cela est utilisé traditionnellement partout dans le monde), vieux clous ou ferrailles pour la “soupe de clous“… Même les casseroles peuvent être de récupération, une fois, quand j’étais en France chez mes parents, j’ai accompagné mon père à la déchetterie ou il voulait se débarrasser de choses encombrantes, et nous sommes revenus avec deux casseroles et une pile de drap ou de nappes anciennes en lin, en parfait état et tout propres… Tout cela m’a bien sûr beaucoup servi…

Casserole récupérée à la déchetterie de Loches, avec des ecoprint entrain de macérer
Casserole récupérée à la déchetterie de Loches, avec des ecoprint entrain de macérer

Magie des teintures spéciales

Teindre c’est très intéresssant, mais si on peut faire des dessins non teints sur une surface teinte, c’est encore mieux, d’autant que cela permet de faire des toiles multicolores! Ce sont les techniques de réserves.

Ikat

C’est une technique très ancienne, pratiquée dans différentes partie du monde (en Amérique Latine, elle est encore pratiquée au Pérou, et par les Mapuche sur la laine). Je l’ai vue pratiquée en Malaisie, quand je suis allée à l’ISEND de Kuching et à Madagascar lors de l’IFPECO 2017.

Ikat de raphia et soie domestique, création de Terre-Là, association de femmes à Mahajunga, Madagascar, animée par Andrée Mathilde Etheve
Ikat de raphia et soie domestique, création de Terre-Là, association de femmes à Mahajunga, Madagascar, animée par Andrée Mathilde Etheve

Détail d'un ikat exposé pendant l'IFPECO de Madagascar
Détail d’un ikat exposé pendant l’IFPECO de Madagascar

Nouage d'un ikat de raphia, lors de l'exposition à l'Alliance Française d'Antananarivo
Nouage d’un ikat de raphia, lors de l’exposition à l’Alliance Française d’Antananarivo

Elimination des liens de réserve sur une chaîne d'ikat en raphia teinte à l'indigo, à l'Alliance Française d'Antananarivo
Elimination des liens de réserve sur une chaîne d’ikat en raphia teinte à l’indigo, à l’Alliance Française d’Antananarivo

Chaîne d'ikat prête à être tissée, motifs traditionnels malgaches
Chaîne d’ikat prête à être tissée, motifs traditionnels malgaches

C’est une technique qui demande beaucoup de temps, car il faut attacher les fils de chaîne (mais aussi parfois de trame ou des deux à la fois) de manière à empêcher les colorants de pénêtrer sur ces zones, l’opération peut être répétée plusieurs fois à différents endroits si on veut des dessins multicolores.

Puis on monte la chaîne sur le métier définitif et on tisse. Le résultat peut montrer de petits décalages qui sont typiques de cette technique.

A Kuching, j’ai vu des pièces en coton fin, filé à la main, avec des dessins traditionnels très compliqués avec au moins deux bains de teinture. Edric Ong propose des vêtements en soie avec double ikat combiné avec le Batik.

Ikat ancien, représentant un rêve. selon la tradition, exposé au Muséede Kuching
Ikat ancien, représentant un rêve. selon la tradition, exposé au Muséede Kuching

Démonstration de tissage d'ikat au Musée de Kuching
Démonstration de tissage d’ikat au Musée de Kuching

Création du dessin du rêve, nouage des réserves
Création du dessin du rêve, nouage des réserves

Ikat en cours de tissage, celui-ci a eu deux bains de teintures avec création de réserves au préalable
Ikat en cours de tissage, celui-ci a eu deux bains de teintures avec création de réserves au préalable

Batik

Le batik est une autre technique de réserve, cette fois-ci sur la toile tissée, à l’origine en utilisant de la cire chaude, mais aussi en utilisant des pâtes qui serviront de blocage pour la teinture, généralement à base de farines…

L’usage de la cire exige de travailler avec des bains froids ou tièdes, car la cire d’abeilles fond à 60º C.

Avec mon ami Hilaire à Madagascar nous avons essayé le batik avec de la cire d’abeilles sur de la soie que nous avons teinte à la cochenille.

Le résultat n’était pas tout à fait celui prévu, nous avons eu beaucoup de difficultés à enlever la cire qui a d’ailleurs laissé des marques jaunes, le résultat a été cependant assez satisfaisant, l’écharpe s’est vendu dans la semaine qui suivait, elle est partie en France.

Batik sur soie à la cochenille qui vient juste de sortir de la casserole
Batik sur soie à la cochenille qui vient juste de sortir de la casserole

Après élimination de la cire
Après élimination de la cire

Artiste indonésien faisant une démonstration de batik lors des atelier de l'ISEND à Kuching, après l'application de la cire chaude au pinceau, il vaporisait des teintures d'autres couleurs sur la toile tendue entre deux poteaux
Artiste indonésien faisant une démonstration de batik lors des atelier de l’ISEND à Kuching, après l’application de la cire chaude au pinceau, il vaporisait des teintures d’autres couleurs sur la toile tendue entre deux poteaux

Shibori

Le shibori est une technique très pratiquée encore aujourd’hui au Japon, où de nombreuses variantes ont été développées et poussées à l’extrême, mais on la rencontre traditionnellement en Afrique et sur des textiles préincas au Pérou (Paracas, il me semble).

Cela fonctionnent bien avec des toiles fines (et même sur papier comme le fait Ana Lisa Heldstrom qui a édité des DVD à ce sujet, j’ai eu la chance de la rencontrer lors de l’IFPECO de Madagascar en 2017), car on y applique des noeuds et/ou des broderies qui sont éliminés après teinture. Ces attaches qui doivent être très serrées empêchent la pénétration des teintures et permettent des effets très variés.

Shibori basique qui commence à changer de couleur, double magie, celle de l'indigo et la créativité des noeuds
Shibori basique qui commence à changer de couleur, double magie, celle de l’indigo et la créativité des noeuds

Ecoprint

Il ne s’agit pas d’une technique de réserve mais plutôt d’impression, bien que parfois les feuilles agissent aussi comme réserve…

L’ecoprint est une technique récente, née en Australie qui permet de teindre avec seulement des feuilles, des tiges, éventuellement des pièces en fer rouillé… Cette technique ne nécessite pas forcément d’être chauffée, si l’on est patient… Dans cette techniques, les feuilles, les fleurs, les vieux clous… s’impriment de différentes manières, c’est si magique que je lui ai consacré un article.

Ecoprint sortant de la casserole, il faut terminer d'enlever les feuilles
Ecoprint sortant de la casserole, il faut terminer d’enlever les feuilles

Détail lors du repassage, feuille de rosier
Détail lors du repassage, feuille de rosier

Une variante de l’ecoprint que nous avons testé à La Redonda, est le martelage de feuilles entre deux tissus.

On martèle la feuille avec un marteau de carreleur en caoutchouc, ici feuille de ricin
On martèle la feuille avec un marteau de carreleur en caoutchouc, ici feuille de ricin

Résultat avant lavage
Résultat avant lavage

Impression révélée et fixée dans un bain de soupe de clous (acétate de fer)
Impression révélée et fixée dans un bain de soupe de clous (acétate de fer)

Magie de vivre et travailler avec des produits sains

Pour commencer il vaut mieux teindre des fibres naturelles, cela tombe bien, c’est meilleur pour la santé et on les trouve normalement adaptées au climat… Le coton pousse dans des régions chaudes où il convient de le porter, la laine provient plutôt de zones plus fraîches et permet de mieux se protéger du froid…

De plus, la majeure partie des plantes tinctoriales sont médicinales…et même souvent comestibles.

Vivre la magie

Je vous invite donc à vivre la magie de la teinture naturelle, teinture “slow”, responsable, “recyclante”, respectueuse de la nature, à portée de main de tout un chacun. C’est ma vie depuis plus de 10 ans, cela m’a aussi permis de voyager et d’en apprendre encore plus…

Ces voyages ont toujours été trop courts, c’est pourquoi je prévois un tour du monde technologique de la teinture naturelle et des textiles… J’espère pouvoir m’échapper rapidement vers de nouvelles cultures…

Expériences à Rancagua

Expérience de teinture dans un alambic
Expérience de teinture dans un alambic

Rancagua, Que d’expériences !

Une semaine d’expériences près de Rancagua (80 km au Sud de Santiago du Chili), chez une amie apicultrice  Lucie (Beella Colmena). Elle produit des huiles essentielles artisanales pour soigner ses abeilles et pour ses produits de beauté. Nous avons testé son alambic pour teindre. Nous avons fait des essais avec différentes plantes dont elle connaît les valeurs thárapeutiques : thym, romarin, menthes, boldo, molle, eucalyptus… J’en  suis repartie avec des plantes pour teindre plus tard…

C’est aussi une cultivatrice, qui se préoccupe de ses abeilles, elle a donc semé du sarrazin (inconnu au Chili, très intéressant pour les abeilles, mais aussi en teinture), du coton (dont certaines variantes colorées en vert, beige et marron sont très anciennes, la variante blanche est due aux croisements qu’ont faits les paysans précolombiens)…

Nous avons donc fait un premier essai d’ecoprint, avec une écharpe de feutre et des feuilles boldo, arbre médicinal (bon pour le foie) qui pousse dans la zone centrale du Chili. L’essai n’a pas été très concluant, il semblent qu’avec le temps, les feuilles apparaissent un peu plus. Sans doute le paquet n’était pas assez serré. De plus, il n’avait pas trempé avant.

Nous avons aussi teint avec de la cochenille, cela intéressait mon amie pour ses produits de beauté à base des bienfaits de la ruche (miel, cire, propolis, gelée royale, pollen…)

Nous avons testé des plantes locales (duraznillo qui ressemble beaucoup à la persicaire) pour savoir si elles contenaient de l’indigo, en essayant de l’extraire, il n’y en avait pas, mais nous avons obtenu un joli jaune.

Nous avons préparé une cuve d’indigo, selon la technique 1-2-3 de Michel Garcia dans son DVD.

En combinant les bains de cochenille, indigo et “duraznillo”, nous avons obtenues des laines multicolores.

Bonnet, teinturelle, cochenille, indigo,
Bonnet, teinturelle, cochenille, indigo, “duraznillo”, métier à clous, finitions crochet.

Dès que nous aurons l’occasion de nous retrouver, nous ferons beaucoup d’autres expériences encore plus novatrices. Ce sera l’occasion d’un prochain article.

Je tiens à vous préciser que je n’ai pas de formation en marketing et que bien sûr, je ne pense pas revendre les données ainsi collectées!

Je vous invite à laisser vos commentaires.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save